Valtteri Bottas en contact avec Alfa Romeo pour 2022

Alors que le marché des transferts s'agite en cette période précédant la pause estivale, Valtteri Bottas sonde ses options afin de trouver une voie de secours dans l'hypothèse où il devrait laisser son volant chez Mercedes à George Russell. À la place d'un retour chez Williams, il pourrait préférer rejoindre Alfa Romeo.

Valtteri Bottas en contact avec Alfa Romeo pour 2022

Où verra-t-on Valtteri Bottas en 2022 ? Après l'officialisation d'un renouvellement de deux ans du contrat qui lie Lewis Hamilton et Mercedes, l'avenir du pilote finlandais est dépendant du choix de son écurie, qui doit décider au cours de l'été s'il restera coéquipier du champion britannique ou s'il cèdera sa place à George Russell.

Le double vice-Champion du monde en titre, qui fêtera ses 32 ans le mois prochain, souhaite rester en Formule 1, et ce même si les alternatives sont bien peu nombreuses compte tenu des renouvellements de contrats que beaucoup de pilotes ont signé la saison dernière pour deux ans. Il a lui-même souvent évoqué l'hypothèse d'un retour chez Williams, écurie qui lui a mis le pied à l'étrier en F1, en 2013, et où il remplacerait alors Russell. Cependant, les bruits de couloir qui ont émergé dans le paddock de Silverstone, le week-end dernier, laissent penser que son premier choix serait en réalité Alfa Romeo.

Selon des sources très bien informées, Valtteri Bottas serait la cible clé de l'écurie suisse, et ce alors qu'il semble de plus en plus improbable que Kimi Räikkönen soit conservé à la fin de la saison. Quant à Antonio Giovinazzi, il n'est pas non plus certain de garder son volant à ce jour. "Nous pourrions garder les mêmes pilotes ou nous pourrions les changer, tout est ouvert", a ainsi indiqué Frédéric Vasseur à Silverstone.

Lire aussi :

La liste des candidats s'allonge à Hinwil avant la pause estivale. Bottas y figure en tête, et il semble déjà y avoir eu un contact entre le management du Finlandais et la direction de l'équipe afin de sonder la volonté des deux parties, étape préalable à l'engagement de négociations.

Le récent renouvellement d'Alfa Romeo avec Sauber garantit la stabilité de l'équipe, et pour Bottas la présence de Vasseur joue également un rôle important, le Français ayant été son directeur d'équipe pendant ses deux années en Formule 3 ainsi qu'en GP3 Series, championnat qu'il a remporté en 2011. Sa relation avec Vasseur lui donnerait la certitude d'intégrer l'équipe en confiance et jouissant de l'estime du management.

Le directeur de l'équipe et son propriétaire, Finn Rausing, ne sont quant à eux pas pressés, conscients qu'Alfa Romeo sera l'une des rares alternatives sur le marché une fois les écuries leaders au complet. "Nous allons voir comment le marché va évoluer. Je pense que, comme d'habitude, les places au sommet vont se remplir. Cela signifie que Mercedes doit prendre une décision, puis Red Bull doit prendre une décision. Ensuite, comme un domino, nous aurons quelques opportunités à saisir", a-t-il expliqué.

Interrogé par Motorsport.com sur l'éventualité que l'on puisse voir Bottas au volant d'une Alfa en 2022, Toto Wolff a habilement esquivé la question. "La Quadrifoglio est une bonne voiture !" a-t-il répondu en souriant, avant de souligner que son pilote continuait à faire son travail chez Mercedes : "Valtteri a la vitesse, Valtteri a du caractère et Valtteri a l'esprit d'équipe, ce qui est très important dans la dynamique d'un team."

"Je pense qu'il a eu une approche très positive lors des dernières courses, et cela se voit en piste. Il aurait pu être en pole [à Silverstone] s'il avait bénéficié de l'aspiration. Et il a terminé la course à quelques secondes des leaders, il est donc bel et bien là et je suis heureux de le voir", a ajouté le patron de l'écurie Mercedes. Quant à savoir si Bottas va devoir faire ses preuves au prochain GP de Hongrie, avant la trêve estivale, Wolff a répondu : "Il ne s'agit pas de prouver quoi que ce soit, il s'agit de réfléchir ensemble, ici et avec Mercedes, à la manière de définir l'avenir de notre line-up. Nous prendrons une décision dans le courant de l'été et nous déciderons ensuite quand la communiquer."

Valtteri Bottas semble en tout cas vouloir respecter pleinement le choix de l'équipe qu'il a rejointe en décembre 2016 et qui lui a permis de remporter jusqu'à présent neuf victoires et 17 pole positions. Cependant, si son aventure doit s'y terminer lors du dernier Grand Prix de cette saison 2021, son avenir sera alors entre ses mains, l'option Williams lui permettant de rester lié au groupe Mercedes et celle d'Alfa Romeo de tourner une nouvelle page.

Avec Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Comment Lawrence Stroll va faire gagner Aston Martin

Article précédent

Comment Lawrence Stroll va faire gagner Aston Martin

Article suivant

La gestion des pneus de Tsunoda récompensée par un top 10

La gestion des pneus de Tsunoda récompensée par un top 10
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021