Vandoorne : "Alonso avait toujours ce qu'il voulait" chez McLaren

Stoffel Vandoorne assure que Fernando Alonso disposait toujours chez McLaren d'un meilleur matériel que lui, durant leur collaboration qui aura duré deux années en Formule 1.

Vandoorne : "Alonso avait toujours ce qu'il voulait" chez McLaren

Un an après avoir quitté la Formule 1, où McLaren ne l'a pas conservé, Stoffel Vandoorne a lancé le programme Formule E de Mercedes de belle manière ce week-end, en décrochant un double podium lors de l'E-Prix de Diriyah. Grâce au constructeur allemand, il conserve des liens avec la catégorie reine mais ne fait pas d'un retour en F1 une fin en soi. La décrivant comme "un monde contrefait dans lequel chacun défend ses propres intérêts", le pilote belge est heureux là où il est, après avoir également découvert l'Endurance ces derniers mois.

"En Formule E, au Mans ou en WEC, vous trouverez de la véritable course automobile actuellement", assure-t-il dans une interview accordée à Sport/Voetbalmagazine. "On va là-bas pour courir, pas pour faire de la politique. La Formule 1 reste le plus grand championnat, mais la Formule E est juste en dessous. C'est l'avenir. C'est pour cela que l'on voit de plus en plus de constructeurs."

Lire aussi :

Si Vandoorne décrit la Formule 1 avec ce sentiment doux-amer, c'est essentiellement en raison de ce qu'il a vécu chez McLaren en 2017 et 2018. Si dans les faits et dans les relations, la cohabitation avec Fernando Alonso n'a pas fait de remous ni provoqué de tensions particulières, elle a toutefois affecté le Champion GP2 2015 dans la manière dont l'écurie de Woking s'articulait intégralement autour du double Champion du monde.

Systématiquement battu en qualifications et en course par l'Espagnol, Vandoorne a vécu une saison 2018 proche du calvaire. "Vous ne voyez pas tout ce qui se passe en coulisses, toute la politique", lançait-il il y a un an tout juste"Je ne peux pas tout dire, mais vous pouvez bien imaginer certaines choses". Difficile, avec le recul, d'en parler sans donner le sentiment de cracher dans la soupe. Néanmoins, le Belge est revenu plus clairement sur ce qu'il avait déjà laissé entendre de sa collaboration avec Alonso.

"Je n'ai jamais eu de problèmes avec lui, mais il avait toujours ce qu'il voulait", assure Vandoorne. "Il y avait toujours deux ou trois personnes haut placées dans l'équipe, qui s'assuraient que tout se passait comme Fernando le voulait. L'équipe lui a apporté tout le soutien et les ressources nécessaires. N'importe quel pilote voudrait profiter d'un tel matériel supplémentaire pour être plus performant que son coéquipier."

"Sur le papier, je n'ai jamais terminé devant lui, mais de tous ses coéquipiers j'étais le plus proche. McLaren ne m'a jamais dit de ne pas finir devant lui, mais ils m'ont demandé en course de le laisser passer. Ils le faisaient presque toujours."

partages
commentaires
Ticktum pourrait quitter le sport auto s'il n'arrive pas en F1

Article précédent

Ticktum pourrait quitter le sport auto s'il n'arrive pas en F1

Article suivant

Gagner ne suffirait pas à convaincre Honda de rester en F1

Gagner ne suffirait pas à convaincre Honda de rester en F1
Charger les commentaires
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021
Pourquoi les qualifications freinent la progression de Pérez Prime

Pourquoi les qualifications freinent la progression de Pérez

À Monaco, Sergio Pérez a réalisé sa meilleure course depuis qu'il a rejoint Red Bull en s'élançant de la neuvième place sur la grille pour atteindre la quatrième position sous le drapeau à damier.

Formule 1
31 mai 2021