Critique envers lui-même, Vettel a fait preuve d'honnêteté

Revenant sur l'autocritique qu'il a exercée dès dimanche dernier, Sebastian Vettel estime être "suffisamment honnête" pour admettre qu'il aurait pu faire mieux en 2019.

Critique envers lui-même, Vettel a fait preuve d'honnêteté

À l'arrivée du dernier Grand Prix de la saison, dimanche à Abu Dhabi, Sebastian Vettel a immédiatement basculé dans l'autocritique. Estimant qu'il devait "faire mieux" et qu'il n'avait pas réalisé une "super année", le quadruple Champion du monde a refusé de se voiler la face. Cinquième du championnat pilotes, battu par son nouveau coéquipier Charles Leclerc, l'Allemand a réalisé sa moins bonne saison depuis son arrivée chez Ferrari en 2015, même s'il a remporté un Grand Prix.

Lire aussi :

Interrogé plus à froid sur la spontanéité avec laquelle il avait reconnu son manque de performance global, Vettel assure qu'il a simplement fait preuve de franchise et que ses déclarations n'avaient rien à voir avec un éventuel coup de fatigue, légitime en fin de saison.

"Je pense juste avoir été honnête", explique-t-il. "Je n'ai pas toujours eu l'impression d'avoir fait ce que je pouvais. Je pense être là depuis suffisamment longtemps et être suffisamment honnête pour l'admettre, alors je crois qu'ici et là j'aurais dû faire mieux. Je sais que je peux faire plus de mon côté, donc je regarde vers moi-même en priorité, pour corriger tous les points qui doivent l'être selon moi. Je pense qu'il y a des choses que je peux mieux faire, je le sais. C'est la première chose que j'analyse, et j'essaierai évidemment de faire mieux l'année prochaine."

"Quelques erreurs que je n'aurais pas dû faire"

Déjà critiqué en fin d'année dernière pour sa propension à commettre des erreurs en piste, Vettel s'est à nouveau mis à la faute à plusieurs reprises en 2019. Il y a eu le tête-à-queue à Bahreïn alors qu'il luttait face à Lewis Hamilton, la sortie de piste rattrapée mais pénalisée au Canada lui ayant coûté la victoire, l'accrochage avec Max Verstappen à Silverstone, ou encore le tête-à-queue à Monza. Le pilote Ferrari ne pense pas avoir besoin de remettre en cause toute son approche, mais se dit conscient des points à améliorer.

Sebastian Vettel, Ferrari SF90 en tête-à-queue

Sebastian Vettel en tête-à-queue lors du GP d'Italie.

"C'est toujours dans les détails, les petits ajustements, donc il n'y a rien d'énorme ou de majeur", tempère-t-il. "Je n'ai pas besoin de piloter différemment, je sais comment piloter et nous travaillons tous ensemble pour tenter d'améliorer la voiture afin de la rendre plus rapide. Mais comme je l'ai mentionné auparavant, il faut toujours commencer par soi-même. Je ne fais pas la même chose qu'il y a dix ans, j'ai évolué, positivement je pense. Cependant, il y a des choses pour lesquelles on a toujours le sentiment de pouvoir faire mieux."

Outre l'autocritique sur ses erreurs et son niveau personnel, Vettel se doit également de rappeler que le début de saison de Ferrari n'a pas été à la hauteur. Malgré des essais hivernaux prometteurs, la monoplace de Maranello n'a presque jamais permis à ses pilotes de concurrencer les Mercedes durant la première partie de championnat.

"Nous avons passé la première partie de l'année à essayer de comprendre où nous manquions de performance, à essayer de trouver des réponses précises, de trouver ce qui manquait à la voiture, à tenter beaucoup de choses", souligne-t-il. "Ici et là, je crois que nous aurions pu nous concentrer davantage sur la performance du jour. Mais ça fait également partie du processus. Ce n'est pas énorme, mais j'ai le sentiment que dans la manière donc je pilotais parfois, j'ai commis quelques erreurs que je n'aurais pas dû faire. Concernant l'approche et tout le reste, il peut y avoir des petites choses à faire."

partages
commentaires
Avec la F2 2020, Schumacher aura "un temps d'avance" pour la F1

Article précédent

Avec la F2 2020, Schumacher aura "un temps d'avance" pour la F1

Article suivant

Red Bull fait confiance à la FIA pour le contrôle des règles moteur

Red Bull fait confiance à la FIA pour le contrôle des règles moteur
Charger les commentaires
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021