Voiture de sécurité au Nürburgring : les explications de la FIA

Directeur de course de la Formule 1, Michael Masi a justifié l'intervention de la voiture de sécurité à une dizaine de tours de la fin du Grand Prix de l'Eifel.

Voiture de sécurité au Nürburgring : les explications de la FIA

Le Grand Prix de l'Eifel a été marqué par plusieurs abandons, dont deux qui ont provoqué l'immobilisation d'une monoplace en piste : d'abord pour la Williams de George Russell puis pour la McLaren de Lando Norris. Dans le premier cas, la voiture de sécurité virtuelle (VSC) a été déployée, tandis que dans le second cas le Safety Car est entré en piste.

Directeur de course de la F1, Michael Masi fait le point sur les décisions prises par la FIA lors de la course disputée au Nürburgring.

Lire aussi :

Pourquoi une voiture de sécurité et pas une VSC lors de l'abandon de Norris ?

"Il y a deux raisons à cela. L'une est naturellement le fait qu'il y avait de la fumée et du feu sur la voiture de Lando, c'est la première chose. L'autre est qu'au premier coup d'œil, nous n'étions pas convaincus que la voiture pourrait être évacuée par l'ouverture qu'il y avait [dans le rail], en raison de son étroitesse. Alors plutôt que de devoir réagir en cours de route, nous avons opté pour la voiture de sécurité, de manière à pouvoir gérer l'incident immédiatement et en une seule fois. C'était la mesure la plus sûre dans ces circonstances."

Pourquoi la voiture de sécurité est-elle restée si longtemps en piste ?

"C'est tout simplement ce que nous devions faire. Le Règlement Sportif dit qu'il faut laisser passer toutes les voitures qui sont à un tour. À ce moment-là, ça partait de la sixième position, soit dix ou onze voitures qui étaient encore en piste et qui devaient se dédoubler. Par conséquent, la neutralisation par la voiture de sécurité a été un peu plus longue que ce qu'elle aurait été normalement."

Daniil Kvyat, AlphaTauri AT01, va dans les stands avec son aileron avant cassé

Pourquoi un long drapeau jaune pour retirer les débris de Kvyat plutôt qu'une VSC ?

"Nous avons essayé avant toute chose de déterminer où était le poste de commissaires le plus proche pour s'en occuper, car c'est un endroit un peu étrange. Une fois que les commissaires étaient identifiés, nous avons déterminé s'il y avait suffisamment d'espace pour qu'il puisse y aller sous drapeau jaune. Je crois que l'écart était approximativement de 24 ou 25 secondes et qu'il pouvait être exploité de manière appropriée. Dans cette situation, une VSC n'a pas été jugée nécessaire."

Pourquoi les limites de pistes pouvaient-elles être dépassées au premier virage ?

"Avant le Grand Prix, il a été déterminé dans les notes du directeur de course que nous ne pouvions pas en permanence gérer le virage 1. Nous n'étions pas venus sur ce circuit depuis un certain nombre d'années, mais parfois nous jetions un œil, et il y a eu des discussions avec les équipes. Mais l'essentiel a été de considérer qu'il y avait une zone où il était possible de tirer un avantage durable, et c'était le virage 4, ce qui était assez clair dans les notes du directeur de course, tout comme le fait de couper le circuit et de rater les virages 13 et 14."

partages
commentaires
Sainz, cinquième après 60 tours de souffrance au Nürburgring
Article précédent

Sainz, cinquième après 60 tours de souffrance au Nürburgring

Article suivant

Hülkenberg : "J'ai été très prudent" au premier tour

Hülkenberg : "J'ai été très prudent" au premier tour
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021