Le Mans 2015 : quand Hülkenberg a rendu jaloux les pilotes de F1

Il y a cinq ans, Nico Hülkenberg faisait le pari de disputer les 24 Heures du Mans au beau milieu de sa saison de F1. Victorieux dans la Sarthe, il avait fait des envieux... dont Fernando Alonso !

Revivez ci-dessus les meilleurs moments des 24 Heures du Mans 2015. La version complète de cette édition et toutes les archives de l'épreuve sont disponibles sur Motorsport.tv. Abonnez-vous dès maintenant.

Lorsqu'en 2015 Porsche annonça l'engagement d'une troisième voiture pour les 24 Heures du Mans, l'intention était clairement d'en profiter pour y adjoindre un grand nom. Avec un large choix parmi ses propres pilotes, notamment en GT, le constructeur allemand ne manquait pas d'options mais avait manifesté son intérêt pour un pilote de Formule 1 afin de renforcer l'attractivité autour de sa future recrue. Fernando Alonso constituait une cible évidente compte tenu de ses affinités avec la discipline et de sa volonté de disputer un jour la classique mancelle. Des discussions avaient eu lieu mais elles s'étaient interrompues lorsque McLaren avait conclu en F1 un accord moteur avec Honda. La firme japonaise avait mis son veto au fait de voir l'Espagnol représenter une autre marque.

C'est ainsi que la porte s'ouvrit pour Nico Hülkenberg, alors pilote Force India. Avec la bénédiction de son patron Vijay Mallya, l'Allemand prit contact avec Porsche. "Il ne fait pas ça pour l'argent mais parce qu'il veut vraiment le faire et parce qu'il s'intéresse au WEC, et nous aimons vraiment son état d'esprit", expliqua Andreas Seidl, alors directeur du programme Porsche LMP1. "Il a la bonne attitude et il comprend qu'aller en WEC au milieu d'une saison de F1 sera un gros défi."

Lire aussi :

En 2015, les calendriers de la F1 et du WEC étaient alignés de telle manière qu'il était possible de disputer les 24 Heures du Mans sans pour autant manquer un Grand Prix. Néanmoins, l'emploi du temps du pilote allemand se retrouvait très chargé puisqu'il fallait ajouter à sa saison des séances d'essais à bord de la 919 Hybrid. Nico Hülkenberg fut associé à Nick Tandy et Earl Bamber, tous deux issus des rangs de Porsche en GT. Sérieux, méticuleux et investi, il réalisa un programme de test abouti et une préparation comprenant une participation aux 6 Heures de Spa-Francorchamps, six semaines avant le rendez-vous du Mans.

Cette première course ne se déroula pas sans heurts pour les trois hommes. En début d'épreuve Tandy s'accrocha avec une GTE dans le trafic. Il fallait alors s'employer pour remonter jusqu'à la sixième position, à trois tours des leaders. Tout cela n'était pas idéal pour la confiance, surtout au sein d'un plateau LMP1 très concurrentiel avec également Toyota et Audi aux avant-postes. "En étant débutant ici, sans aucune expérience, je veux juste être ouvert d'esprit, faire du bon travail et en profiter", disait Hülkenberg avant Le Mans. "Naturellement nous voulons bien faire et j'aimerais gagner, ce serait un rêve qui devient réalité, mais nous devons être réalistes."

#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber

Cette année était alors la deuxième du programme LMP1 de Porsche avec la 919 Hybrid. Le constructeur avait fait son retour un an plus tôt, après de longues années d'absence dans la lutte pour le classement général. Logiquement, la pression était forte sur les deux autos engagées à plein temps dans le championnat, ce qui permit de soulager celle pesant sur cette troisième voiture aux allures de joker. "On n'attendait pas grand-chose de nous", se souvient Nico Hülkenberg. "Nous étions la troisième voiture qu'ils alignaient au Mans, nous étions très libres. Nous n'en attendions pas trop. Nous avons pris ça au sérieux, tout en prenant du plaisir."

L'intégration d'Hülkenberg au sein de l'équipe allemande fut rapide et brillante, malgré la grande nouveauté pour lui que constituait le partage d'un baquet avec deux autres pilotes. "Sur ce plan, il était absolument parfait", raconte Nick Tandy dans un podcast récemment enregistré pour Motorsport.com. "Je crois qu'il a apprécié la camaraderie, le fait d'avoir des équipiers. J'imagine la tension qu'il y a quand on est en Formule 1 et qu'il y a deux gars, un de chaque côté du garage. Il s'est vraiment impliqué et il a apprécié. Il a fallu lui apprendre un peu le pilotage en Endurance, mais il a vite compris ça aussi. C'était une semaine formidable. Nous avons pris beaucoup de plaisir tous les trois." 

Lire aussi :

La semaine des 24 Heures du Mans, le trio s'appliqua à dérouler un travail sans accroc, sans erreur. Pour Porsche, les qualifications furent une démonstration avec un triplé des trois prototypes et une pole position signée par Neel Jani à bord de la #18. En début de course, la Porsche des trois novices se retrouva derrière les Audi et fut en quelque sorte sacrifiée en adoptant un rythme raisonnable. Une intervention de la voiture de sécurité ne fit que confirmer cette tendance, avant que les choses ne commencent à s'inverser dans la soirée.

La nuit tombée, au volant d'un proto qui avait été réglé de manière à être particulièrement bien équilibré et efficace dans les conditions nocturnes, Hülkenberg aligna des chronos qui firent naître l'espoir de quelque chose de grand… "Nico était dans la voiture avant moi, et en trois heures il s'est retrouvé à 20 ou 30 secondes des leaders qu'étaient les deux Audi et la Porsche #17", se souvient Nick Tandy. "Je me rappelle que je me suis dit : 'Nous pouvons le faire, c'est peut-être notre chance'."

#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber

Tandy prit la suite d'Hülkenberg pour un brillant quadruple relais de nuit qui allait faire la différence. Au petit matin, la Porsche #19 était en tête des 24 Heures du Mans et n'en lâcherait plus les commandes jusqu'au drapeau à damier, celui-ci saluant un doublé Porsche pour la première victoire de la marque dans la Sarthe depuis 1998.

Hülkenberg eut le privilège de franchir la ligne d'arrivée, lui qui remportait là sa première course toutes catégories confondues depuis 2009. Quelques années plus tard, il en garde un souvenir intact. "La manière dont les choses ont tourné fait que la victoire est venue à nous, mais nous avons aussi fait en sorte que ce soit le cas", souligne-t-il. "Nous avons gagné au mérite, nous avons gagné avec le rythme. Ce projet avec Porsche était une expérience très cool, que je n'aurais pas voulu manquer. Je n'avais jamais fait ça avant. Je savais que ce serait grand, que c'était une course légendaire. Voir ça de près, l'ascenseur émotionnel, l'évolution de la course, le pilotage de nuit… c'était incroyable." 

Nico Hülkenberg devint à l'époque le premier pilote de F1 en activité à remporter Le Mans en 24 ans. Une semaine plus tard, alors que la F1 avait rendez-vous en Autriche, il était le sujet de conversation de tout le paddock et suscitait curiosité et envie des autres pilotes éventuellement intéressés par un futur engagement au Mans. Quelques années plus tard, Fernando Alonso avouera même avoir ressenti une pointe de jalousie : "En 2015 j'étais très proche de courir [au Mans]. J'ai longtemps regretté, car Nico a pris la place, mais pas seulement, il a pris le trophée !"

La #19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid, vainqueur des 24 heures du Mans 2015 : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
partages
commentaires
Tom Kristensen, du coup d'éclat à "Monsieur Le Mans"

Article précédent

Tom Kristensen, du coup d'éclat à "Monsieur Le Mans"

Article suivant

ESPN parmi les diffuseurs TV mondiaux des 24H du Mans virtuelles

 ESPN parmi les diffuseurs TV mondiaux des 24H du Mans virtuelles
Charger les commentaires
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021