Réactions
24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

"On tuait les pneus" : les Cadillac privées de podium au Mans

Les pilotes Cadillac Alex Palou et Earl Bamber ont confié que les problèmes de pneus dans des conditions mixtes ont été leur "plus gros problème" dans une course du Mans qu'ils menaient à trois heures du drapeau à damier.

 #2 Cadillac Racing Cadillac V-SeriesR: Earl Bamber, Alex Lynn, Alex Palou

Photo de: Alexander Trienitz

Si elle était descendue en 17e position au bout de trois heures de course, alors qu'elle avait été qualifiée au deuxième rang par Alex Lynn, la Cadillac V-Series.R n°2 a réalisé une course solide par la suite lors de la 92e édition des 24 Heures du Mans.

Malgré des conditions météorologiques très instables, la voiture de l'équipe Blue Chip Ganassi n'a connu que peu d'ennuis, parmi lesquels un changement de museau dans la nuit. Elle s'est donc hissée en tête, une position qu'elle occupait encore à la 21e heure de course, même si sa stratégie n'était pas synchronisée avec celle de ses rivales, ce qui l'a souvent fait dégringoler dans le classement lors des arrêts au stand.

Cependant, la Cadillac n°2 a connu des difficultés dans la dernière partie de la course, alors que plusieurs averses ont humidifié une piste qui séchait lentement, et elle a terminé seulement septième, à 49 secondes de la Ferrari #50 à laquelle est revenue la victoire.

"Je suis évidemment triste de ne pas avoir pu me battre pour la victoire", a déclaré Álex Palou à Motorsport.com après ce qui était sa première participation aux 24 Heures du Mans. "Nous étions très bien, je dirais, à partir de dix heures de course. Et même les deux dernières heures. Malheureusement, nous n'avons pas eu le rythme nécessaire à la fin. Nous avons eu beaucoup de mal avec l'adhérence générale sur la pluie et dans des conditions mixtes. On s'est beaucoup amusé, on a fait de très bons relais, mais au final, on n'avait pas le rythme qu'il fallait."

#2 Cadillac Racing Cadillac V-Series.R: Earl Bamber, Alex Lynn, Alex Palou

#2 Cadillac Racing Cadillac V-Series.R : Earl Bamber, Alex Lynn, Alex Palou

Photo : Shameem Fahath

À la question de savoir si Cadillac et lui-même pouvaient améliorer certaines choses au vu de leur performance sur le circuit de la Sarthe, Palou a répondu : "Toujours ! Il y a toujours des choses à améliorer sur les petites courses, alors imaginez sur une course de 24 heures ! Je pense que tout le monde est du même avis."

"Nous avons eu beaucoup de mal avec les conditions mixtes. Je pense que nous étions bons sur le mouillé, bons sur le sec, mais pas très bons dans les conditions mixtes. Nous devons voir si c'est la configuration de la voiture, si c'est le pilotage, si c'est la BoP qui n'a pas aidé. Pour l'instant, je ne sais pas, mais c'est sûr que ce n'était pas idéal."

Invité par la suite à préciser son sentiment quant aux conditions mixtes, Palou a ajouté : "Juste un manque de rythme. Nous ne pouvions pas aller vite. Quand on essayait de pousser, on tuait les pneus. Nous avions un manque de rythme normal. Les sensations avec la voiture étaient bonnes jusqu'à ce que nous essayions de suivre le rythme des autres, et alors nous avons perdu beaucoup d'adhérence."

Son coéquipier Earl Bamber, vainqueur absolu au Mans avec Porsche en 2015 et 2017, a abondé dans le même sens : "Nous avions un bon rythme sur le sec, mais finalement pas sur le mouillé. C'est ce qui a en quelque sorte tué notre course à la fin. Nous étions vraiment dans le coup, c'est un pas de plus vers l'objectif."

Bourdais dans les graviers

Les deux autres Cadillac ont connu une course beaucoup plus difficile, la voiture n°3 partagée par Sébastien Bourdais, Scott Dixon et Renger van der Zande étant affectée par une fuite d'huile fatale après 18 heures. Elle avait déjà écopé d'une pénalité pour excès de vitesse sous le drapeau jaune, et avait fait un tour dans les graviers avec Bourdais au volant dans le virage d'Indianapolis, tout en subissant un choc contre le rail de la part de Van der Zande.

Pendant ce temps, la voiture n°311 engagée sous la bannière Whelen Cadillac Racing a subi un impact massif contre la barrière de pneus lorsque Pipo Derani a perdu le contrôle à Indianapolis, ce qui a mis fin à sa course.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent En déficit de performance, Peugeot défend le nouveau concept de la 9X8
Article suivant Crash Kubica/Vanthoor : BMW juge la pénalité de la Ferrari trop clémente

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France