"Encore une chute stupide" : Álex Rins dans une mauvaise passe

Après une bonne entame de championnat, Álex Rins enchaîne les chutes. Dimanche, au Mans, il est tombé deux fois pendant la course, gâchant une épreuve sur laquelle il était pourtant apparu en progrès.

"Encore une chute stupide" : Álex Rins dans une mauvaise passe

Pour la troisième course consécutive, Álex Rins manquait à l'appel à l'arrivée du Grand Prix de France, contraint à l'abandon sur chute. Le pilote espagnol cumule les bévues depuis quelques semaines, lui qui compte déjà six chutes en ce début de championnat. Dimanche, sous la pluie du Mans, il est même tombé deux fois à un quart d'heure d'écart, de quoi écorner encore un peu plus sa fierté.

Le bilan comptable, lui, est cruel, car alors qu'il avait quitté le Qatar avec deux résultats solides le plaçant cinquième du championnat, le voici à présent 12e, à 57 points du leader"On est dans une mauvaise passe en termes de résultats, mais je me sens très fort sur la moto", promet Rins.

Lire aussi :

Et force est de constater que ses performances ont effectivement été porteuses d'espoir, car bien que qualifié lointain 15e, il était sixième à la fin du premier tour et dans le top 3 trois boucles plus tard. L'intensification de la pluie a toutefois eu raison de ces promesses d'un bon résultat qu'il aurait pu obtenir sur le sec, et ce même s'il a parfaitement maîtrisé le changement de moto. Vingt secondes après avoir quitté les stands, il était en effet dans les graviers.

Reparti en queue de peloton après avoir perdu trois minutes pour repasser par les stands changer à nouveau de moto − il ne devançait plus que Franco Morbidelli, qui comptait quatre tours de retard −, le pilote Suzuki a su afficher de bons chronos, mais en vain. Une seconde chute a définitivement signé la fin de sa course à mi-distance.

En rencontrant la presse trois quarts d'heure plus tard, c'est en toute franchise qu'Álex Rins évoquait sa spirale négative, tout en rappelant que le tableau n'est pas intégralement noir.

Comment te sentais-tu avant la course et comment te sens-tu maintenant ? Que s'est-il passé pour tes chutes ?

Franchement, c'est dommage qu'il ait plu aussi fort. [Samedi] j'ai dit à mon équipe que je me sentais plutôt bien sur le sec et que nous pouvions terminer sur le podium. Mais ensuite vous avez vu : un départ parfait, des tours parfaits au début et puis quand la pluie a commencé à tomber, nous, tous les pilotes, avons pris beaucoup de risques dans ces conditions car c'était une grosse pluie. Ensuite, je suis sorti du box [après le changement de moto]... D’habitude, pendant les essais dans ce virage, le virage 4, nous n'utilisions pas les freins et cette fois, en sortant de la voie des stands, j’ai un peu freiné avec l'avant pour tourner et j’ai perdu l'avant.

Ensuite, je suis rentré [au box] pour changer à nouveau de moto et je suis sorti avec le medium et le soft, mais le plus gros problème était d'avoir le set-up pour piste sèche sur une moto [équipée de pneus] pluie. J'ai eu un peu de mal dans les premiers tours pour chauffer les pneus, mais je sentais en général la moto trop dure sur les freins. Je veux dire qu'elle n'était pas douce, un peu agressive, et j’ai à nouveau perdu l'avant. Voilà tout pour aujourd'hui.

 

Penses-tu que si Davide Brivio était là, les choses chez Suzuki seraient différentes en ce moment, en termes de résultats généraux pour l’équipe ?

Je ne sais pas. Ce n’est pas une question facile, car nous avons beaucoup amélioré la moto. Je dois demander pardon à l’équipe car cette année est celle où je me sens le plus fort sur la moto. Je fais ce que je veux − à part en qualifications ! Nous avons beaucoup de mal ici au Mans, et pourtant sur le sec, nous avons été très rapides depuis le début. En EL2, j'ai manqué la Q2 de peu : j'ai fini 11e en ne montant qu'un seul un pneu au début [il en a monté un autre à la fin de la séance, mais est tombé, ndlr].

Nous avons beaucoup progressé sur la moto. C’est juste que nous faisons des erreurs stupides. Aujourd'hui, nous avons fait l’impossible : dans le premier tour j’ai passé quatre ou cinq [pilotes], j'ai récupéré dix positions dans les premiers tours, quand je suis rentré au box j’ai changé de moto super vite et j'ai récupéré une place… Et puis, encore une chute stupide. Alors, je ne sais pas.

Lire aussi :

Tu sembles avoir tendance à tomber en ce moment. Que penses-tu pouvoir faire pour endiguer cela ?

C’est vrai que je tombe beaucoup. Cette saison, je fais toutes les chutes que nous n’avons pas faites ces dernières années ! Je ne sais pas. Nous travaillons tellement dur ! Je ne sais pas quoi vous répondre parce que je me sens bien, je travaille dur à la maison avec tout mon staff. Parfois, ça arrive. Je ne sais pas.

Est-il difficile mentalement pour toi d'essayer de surmonter ces chutes et ces abandons ? Est-ce que ça te fait perdre un peu de confiance ?

C’est un peu difficile en ce moment de voir les gars de l’équipe qui n'ont pas le moral. Nous traversons un moment difficile. Trois chutes sur les trois dernières courses, ce n'est pas facile. Pour moi aussi c’est dur, mais je vais encore remettre les compteurs à zéro et j’arriverai avec la même force au Mugello. J'essaierai de me battre au Mugello, c'est tout ce que nous pouvons faire maintenant.

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Tombé deux fois, Márquez a perdu l'opportunité offerte par la pluie
Article précédent

Tombé deux fois, Márquez a perdu l'opportunité offerte par la pluie

Article suivant

Pour Rossi, un meilleur résultat 2021 "qui n'a rien de spécial"

Pour Rossi, un meilleur résultat 2021 "qui n'a rien de spécial"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021