Brad Binder a fait un bond de 9 places en course

Il faut parfois reculer pour mieux avancer. Si Brad Binder suit ce raisonnement pour évoquer la première partie de championnat de KTM, il peut aussi s'appliquer à son Grand Prix d'Allemagne, où il a réussi à renverser la situation après une mauvaise qualification.

Brad Binder a fait un bond de 9 places en course

Brad Binder a opéré l'une des plus belles remontées observées pendant la course du Sachsenring, un circuit pourtant réputé pour grandement limiter les opportunités de dépassement. Qualifié 13e après être passé à un cheveu de la Q2 samedi, le pilote sud-africain s'est joué de ces difficultés : à la fin du premier tour, il avait déjà bondi à la septième place puis, après l'avoir longtemps conservée, il a avalé durant la dernière dizaine de tours Johann Zarco, Aleix Espargaró et Jack Miller pour finir quatrième à 1"150 du podium.

"Le départ a été le moment le plus important. Je savais que si je prenais un bon départ, je pourrais connaître une bonne course, parce que c'est très dur de doubler ici", explique-t-il au site officiel du MotoGP. "Je voulais vraiment attaquer, mais on savait depuis la veille que je dégradais totalement mon pneu arrière, donc je devais vraiment l'économiser. C'était vraiment dur d'avoir assez de confiance pour me dire 'OK, je dois attaquer', parce que je ne voulais vraiment pas connaître une course comme celle de Barcelone, où je n'étais qu'un passager [sur la moto] dans les cinq derniers tours après avoir détruit mes pneus. Donc je suis vraiment content parce que j'ai réussi à faire durer les pneus toute la course."

Admettant avoir été "un peu frustré" par la phase centrale de sa course, Binder a néanmoins réussi à se montrer fin gestionnaire et à en profiter par la suite. "Du huitième au 18e tour, c'est le moment qui a probablement été le plus dur pour moi. J'avais un groupe de trois ou quatre pilotes devant et la pression du pneu arrière est vraiment montée. Normalement, quand la pression monte, on a du mal à s'arrêter et à avoir une bonne moto à l'avant, le niveau de grip n'est plus le même. J'ai vraiment eu du mal à faire des dépassements parce que je n'arrivais pas à freiner tard. J'ai pu doubler les autres quand les pneus de tout le monde se sont dégradés."

Les difficultés initiales étaient peut-être nécessaires

Après deux cinquièmes places au Portugal et en Italie, il s'agit du meilleur résultat de Binder depuis le début de la saison et il lui permet de grimper au huitième rang du championnat, à 18 points désormais de son coéquipier, Miguel Oliveira, vainqueur en Catalogne. Après n'avoir obtenu que deux entrées dans le top 5 lors des cinq premières courses, KTM poursuit donc sa marche en avant en ayant confirmé sur chacune des trois pistes un potentiel bien plus élevé. Comme son équipier, Binder ne veut rien regretter au sujet du début de saison compliqué du constructeur, estimant que l'équipe devait peut-être en passer par là pour atteindre son niveau actuel.

Lire aussi :

"Parfois, il faut des journées difficiles… On a parfois besoin d'être tiré en arrière pour ensuite avancer", estime le Sud-Africain. "Je pense que les moments difficiles en début de saison étaient peut-être exactement ce dont nous avions besoin, pour trouver ce qu'on a en ce moment. Je sais que les gars travaillent énormément. On a tout le temps des nouveautés et de petites choses à tester. Ils n'aiment pas non plus être en difficulté, et c'est bien. On voit que la moto fonctionne beaucoup mieux et qu'elle est meilleure tous les week-ends, sur des circuits très différents. Donc je suis très content des progrès effectués."

Avec trois dernières courses très réussies, KTM inquiète sérieusement la concurrence, à commencer par Suzuki, sur qui l'écart s'est creusé. "C'est bien si on est remontés. Je pense qu'on va dans la bonne direction. On est troisième chez les constructeurs, ce qui est plutôt bien, et quatrième chez les équipes. On est sur la bonne voie et Miguel l'a montré avec trois podiums consécutifs", souligne Binder, toutefois prudent : "Je crois que c'est très important, mais je pense qu'on doit se concentrer sur les résultats et prendre les courses les unes après les autres, parce que les résultats définiront la hiérarchie finale au championnat des pilotes et dans celui des équipes."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Joan Mir : 9e, un résultat "réaliste" pour une Suzuki en difficulté

Article précédent

Joan Mir : 9e, un résultat "réaliste" pour une Suzuki en difficulté

Article suivant

Fabio Quartararo bien décidé à jouer la victoire à Assen

Fabio Quartararo bien décidé à jouer la victoire à Assen
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021