Une dernière "émouvante" pour Crutchlow, heureux de voir l'arrivée

Clap de fin pour Cal Crutchlow, qui a mis un terme à sa carrière à Portimão après dix ans de Grand Prix. Entre émotion et soulagement, il s'est dit heureux de sa sortie.

Une dernière "émouvante" pour Crutchlow, heureux de voir l'arrivée

Cal Crutchlow a raccroché son casque de pilote de course dimanche, au terme du Grand Prix du Portugal. Après avoir obtenu la veille sa deuxième meilleure qualification (quatrième) d'une saison globalement rude pour lui, le pilote anglais a fait le show en course, se battant aux portes du podium avant de rétrograder à la 13e place. Bien que déçu par son résultat, il retenait le positif de sa performance tout en se disant heureux d'en finir, prêt à 35 ans à entrer dans une nouvelle phase de sa vie en tant que pilote d'essais Yamaha et papa plus présent pour sa fille.

Lire aussi :

Ta dernière journée en Grand Prix a plutôt bien commencé, avec le meilleur temps au warm-up, puis en course ça a été un peu plus difficile. Raconte-nous !

Oh, ça n'a pas été tellement compliqué, j'ai manqué mon point de freinage plusieurs fois dans le virage 1 en essayant de me battre pour ma place, et c'est la raison pour laquelle j'ai fini là parce que j'ai perdu quatre ou cinq positions à chaque fois. Mais globalement je suis content que ce soit fait. Je suis content de la manière dont on s'est battu ce week-end, j'y suis allé, je me suis bagarré contre de super pilotes en piste, dans un gros groupe. […] À huit tours de la fin, le grip arrière s'est vraiment dégradé sur le côté droit, mais j'arrivais quand même à me battre, je faisais de mon mieux. Globalement, je suis ravi que ce soit fini.

Je dois remercier mon team. Ça fait six ans qu'on est ensemble et je suis content de terminer avec eux. Ils ont travaillé tellement dur durant ces années, on a partagé de supers souvenirs et il est maintenant temps de passer à autre chose et pour eux d'accueillir un nouveau pilote. Taka fait de très bonnes performances désormais et maintenant ils ont Álex [Márquez] pour la saison prochaine. Je serai avec un autre constructeur, mais je les soutiendrai malgré tout. Ce sera sympa de continuer à suivre le MotoGP, depuis la maison désormais et sans avoir à m'inquiéter de courir chaque dimanche.

Que ressens-tu après cette dernière course ?

C'est émouvant de s'arrêter. J'ai tout donné en course, c'est tout ce que je pouvais demander à moi-même, comme toujours. Au sujet de la course, je suis déçu de mon résultat parce que j'occupais une bonne position et je pensais pouvoir m'y maintenir, mais j'ai eu une grosse dégradation du pneu arrière, peut-être un peu due à la cartographie et l'électronique, car j'avais probablement trop peu de traction control au début de la course. Mais j'ai continué à me battre et je suis sorti de la piste plusieurs fois à plus de 300 km/h à l'entrée du virage 1. Je n'ai jamais baissé les bras, j'y suis allé, et c'est comme ça.

C'était bien d'être en piste aujourd'hui et de me bagarrer face à plusieurs pilotes, de réussir à me battre contre certains des meilleurs pilotes au monde. Ceux contre qui je me suis battu ont gagné des courses cette année et ils sont montés plein de fois sur le podium. J'ai essayé de faire de mon mieux.

J'ai commencé ma carrière par une chute, alors j'aurais facilement pu la finir avec une chute, je peux vous le garantir !

Cal Crutchlow

Tu l'as dit, ce n'est pas le résultat dont tu rêvais, mais la manière dont tu t'es battu est peut-être la façon parfaite de faire tes adieux ?

Je n'aurais rien pu faire de plus. J'ai fait de mon mieux, je me suis battu. Le fait est aussi que je voulais finir ma dernière course : c'était important de voir le drapeau à damier. Il y a une erreur que j'aurais aimé ne pas faire, c'est quand j'étais derrière Pol [Espargaró] et que j'ai fait une excursion hors piste au virage 1. Là, c'était fichu parce qu'ensuite je me suis retrouvé au milieu de six ou sept autres gars, et je suis à nouveau sorti de la piste en essayant de me bagarrer pour remonter. C'est ma propre erreur. Je continue de penser que si j'avais pu rester derrière Pol, j'aurais pu mieux gérer mes pneus jusqu'à la fin de la course. Mais ça arrive, comme je l'ai dit je suis content d'être allé au bout. J'ai commencé ma carrière par une chute, alors j'aurais facilement pu la finir avec une chute, je peux vous le garantir !

Cal Crutchlow accueilli par le Team LCR Honda à son retour au stand

Quels sont tes projets pour les prochaines semaines ?

Rentrer à la maison. Je vais rentrer à l'Île de Man, avec les filles, et passer du temps avec elles parce que ça fait à nouveau trois semaines que je ne les ai pas vues. Ce sera bien d'être à l'isolement à la maison pendant deux semaines ! Je n'ai pas beaucoup vu Lucy cette année et Willow n'a pas beaucoup vu son papa. J'ai toujours passé tout mon temps avec Lucy, même il y a dix ans quand je courais, on voyageait tout le temps ensemble. Et ces quatre dernières années, depuis que Willow est née, on l'a toujours emmenée avec nous et on a continué à voyager ensemble. Ça a donc été une année étrange et j'ai hâte de rentrer à la maison avec elles.

Lire aussi :

Quelle est la chose que tu ne pouvais pas faire et que tu souhaites faire à présent ?

Je n'en ai aucune idée. Il n'y a pas une chose qui me vienne à l'esprit. Il y a Mark Cavendish qui m'a dit cette année que je vais vouloir faire le Tour de France ! Il sait que je peux le faire, ça ne fait aucun doute, mais bon. C'est sûr que je vais continuer à faire du vélo et à m'entraîner. J'aimerais faire des courses [de vélo] à un haut niveau, je vais essayer. Mais le principal c'est que je veux emmener Willow à l'école. J'ai déjà essayé de m'organiser avec Yamaha pour que je ne sois pas en test quand elle ira à l'école la première fois. C'est quelque chose d'important pour moi. Franchement, je crois m'être arrêté au bon moment. J'ai pris cette décision seul, mais je voulais le faire parce que ce sera un grand jour dans sa vie, et dans la vie de Lucy et moi aussi, et j'aimerais pouvoir le faire.

Qu'est-ce qui va te manquer dans le paddock ?

Courir va me manquer, mes amis vont me manquer, bien sûr. Je cours depuis tellement longtemps que la compétition va me manquer, mais je vais peut-être essayer de la trouver ailleurs, en m'engageant dans d'autres compétitions. [...] Bien sûr, mes amis dans le paddock vont clairement me manquer. Jack [Miller] et 'Samy' [Sam Lowes], bien sûr, sachant qu'on est vraiment des amis proches. Avec Samy, je pense qu'on a fait du bon boulot, on a essayé de le préparer pour le championnat. Ce week-end je lui ai dit de serrer les dents, et il l'a fait. C'est tout ce qu’on pouvait attendre de lui. Qu'il termine à cette place au championnat, en sachant d'où il venait, ça fait plaisir à voir. Et sans oublier Jack aux avant-postes en MotoGP aussi. Maintenant j'ai hâte de les suivre en n'étant plus là, mais ils vont me manquer. Et mon team aussi. J'ai travaillé avec trois supers équipes. Quand toute l'équipe Tech3 est venue me voir sur la grille, ça a été un beau moment. Et puis travailler toutes ces années avec Beefy [Christophe Bourguignon, son ingénieur, ndlr]… Je resterai ami avec tous.

Tu rejoins Yamaha, qui a hâte que tu commences les essais et que tu essayes d'améliorer une moto qui actuellement se trouve un peu en difficulté...

Vous savez, les pilotes vont toujours se plaindre de leur moto jusqu'à ce qu'ils en pilotent une autre. J'ai hâte de remonter sur la Yamaha, la moto avec laquelle j'ai commencé ma carrière en Grand Prix. Ils ont travaillé dur pour me faire venir en MotoGP et je vais essayer de transmettre mon expérience, et ma vitesse aussi si je peux faire de bons temps. C'est important d'être aussi rapide que possible et je vais travailler dur pour Yamaha.

partages
commentaires
Mir stoppé et Rins en difficulté : une dernière course à oublier pour Suzuki

Article précédent

Mir stoppé et Rins en difficulté : une dernière course à oublier pour Suzuki

Article suivant

Les plus belles photos du Grand Prix du Portugal MotoGP

Les plus belles photos du Grand Prix du Portugal MotoGP
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021