Comment Danilo Petrucci retrouve goût aux courses sur circuit

Auteur d'une double victoire pour ses débuts en MotoAmerica, Danilo Petrucci a réglé ses comptes avec sa carrière en MotoGP, qu'il considère comme terminée, mais pas forcément avec les courses mondiales sur circuit.

Comment Danilo Petrucci retrouve goût aux courses sur circuit
Charger le lecteur audio

Six mois après y avoir couru en MotoGP, Danilo Petrucci retrouvait le week-end dernier le Circuit of the Americas pour y décrocher une double victoire en MotoAmerica. Entre-temps, il s'est passé énormément de choses dans la vie du pilote italien, à commencer par son départ du Championnat du monde, vécu dans les larmes.

Le hasard a voulu que c'est lors d'une épreuve de cohabitation avec le MotoGP qu'il a fait ses débuts dans le championnat américain, ce qui a causé une situation assez particulière pour lui puisqu'il a pu recroiser ses anciens adversaires loin désormais de la pression de la concurrence. "C'est peut-être mon plus gros succès. J'ai beaucoup de mal à traverser le paddock car tout le monde veut me serrer la main", a-t-il expliqué à l’issue du week-end.

"Quand je vois des gens qui viennent vers moi en souriant, car ils sont contents de me voir, notamment tous les pilotes contre lesquels je me suis battu… Avec Aleix [Espargaró], en particulier, on a failli se mettre sur la figure, et au final on se serre tout le temps la main ! Et tous les autres pilotes aussi sont venus me voir − Quartararo, Marc [Márquez], tous. Avec Marc on a parlé du Dakar. On dirait que tout le monde a oublié que j'ai couru dix ans en MotoGP et tout le monde me parle du fait que le Dakar était super. Je ne sais pas si je reviendrai, mais en tout cas c'était génial de voir tous les gars du MotoGP, ça a vraiment été un bon week-end."

Après dix ans de carrière en MotoGP et notamment deux victoires, Danilo Petrucci a vu le chapitre se refermer après un passage compliqué sur la KTM du team Tech3, à laquelle il ne s'est jamais véritablement habitué. Se sentant inadapté à la RC16 par sa carrure, il a tout bonnement remis en question l'an dernier son avenir de pilote de circuit pour se tourner vers l'un de ses rêves, le Dakar.

En janvier, il a créé la sensation en participant pour la première fois au légendaire rallye-raid, tant par son approche passionnée de la course que par sa victoire d'étape. Ses projets pour enchaîner avec une saison complète en Championnat du monde des Rallye-raids n'ayant pas abouti, il a accepté l'offre du team Warhorse Ducati pour relever un autre défi, celui du MotoAmerica, en reprenant la moto que pilotait l'an dernier Loris Baz. Au guidon de cette Panigale V4, avec des pneus Dunlop qu'il découvre ainsi que tout un environnement nouveau pour lui, il a remporté les deux courses de ce premier week-end.

Petrucci assure toutefois n'être qu'au début d'un processus pour retrouver l'envie de courir sur circuit au niveau mondial. "J'ai eu l'opportunité d'aller en WorldSBK, mais l'année dernière a été vraiment difficile en MotoGP", a-t-il expliqué après son doublé. "Au milieu de la saison, je m'en souviens très bien, je me suis battu contre Valentino [Rossi] à Barcelone. J'ai réussi à le dépasser, mais deux tours plus tard, je suis tombé. En quittant le bac à gravier, je me suis dit 'peut-être que mon heure est arrivée'."

"J'ai reçu quelques offres pour rester en MotoGP comme pilote d'essais, j'ai eu quelques opportunités en WorldSBK, mais je me suis dit 'pas question, je veux tout changer'. Je suis venu ici pour m'amuser, pour découvrir un nouveau pays. C'est vraiment un bon environnement ici. J'ai beaucoup plus parlé avec eux [les autres pilotes] ces jours-ci qu'en un an en MotoGP ! C'est vraiment chouette d'être ici, c'est pour ça que j'ai choisi de venir ici."

"Je dois trouver la volonté pour recommencer", a-t-il poursuivi, sans toutefois exclure de rejoindre tôt ou tard le WorldSBK. "Je suis allé sur la grille en tant que commentateur MotoGP et je me suis senti vraiment bien, ça ne m'a pas manqué de courir en MotoGP, de me battre pour deux ou trois dixièmes. C'est tellement dur. Après dix ans en MotoGP, j'étais vraiment fatigué. Mais je pense que cette année sera un processus, peut-être que je trouverai à nouveau la volonté de revenir en WorldSBK. Mais disons que je veux me concentrer sur cette année et peut-être que, si je suis bon, je pourrai rester ici parce que ça me plaît vraiment."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Pol Espargaró aimerait que sa carrière dure encore 5 ans

Márquez a limité les risques pour retrouver la confiance