La Ducati tourne mieux, mais pas encore assez pour Dall'Igna

Les progrès de Ducati sont évidents après une saison 2021 solide à tous les niveaux pour la marque, cependant Gigi Dall'Igna aimerait voir la moto italienne continuer à gommer ses défauts et tourner encore mieux qu'elle le fait actuellement.

La Ducati tourne mieux, mais pas encore assez pour Dall'Igna

L'image marquante de cette fin de saison 2021, ce pourrait bien être les regards émerveillés des pilotes Ducati, maintes fois réunis en conférence de presse après les qualifications ou les courses. Le Grand Prix de Valence en aura assurément été le plus bel exemple, avec un triplé de la marque italienne à l'avant de la grille de départ, et surtout sous le drapeau à damier, ce qui n'était encore jamais arrivé.

Non seulement, Ducati a engrangé des résultats qui, dans les chiffres, témoignent de ce qui ressemble à une prise de pouvoir sur le championnat, mais dans le détail certaines performances en particulier attirent l'œil, et c'est le cas notamment de celle de Valence, une piste qui ne convenait pas vraiment à la Desmosedici jusqu'ici. De même, au printemps, le doublé Miller-Bagnaia à Jerez en avait surpris plus d'un, y compris à Borgo Panigale.

À l'heure de commenter les résultats de cette saison, auxquels il a grandement contribué, Pecco Bagnaia l'a résumé ainsi : "Une moto qui ne tournait pas est aujourd'hui une moto qui tourne. Maintenant, notre moto est incroyable." Ce point noir qu'est le manque d'agilité de la machine italienne, si souvent mentionné par Andrea Dovizioso notamment, aurait-il totalement disparu ? Pas vraiment, à en croire le perfectionniste Gigi Dall'Igna, qui souhaite encore gommer quelques aspérités dans un bilan de saison pourtant particulièrement brillant.

"Cette saison, nous avons obtenu de bonnes performances", résume le directeur général de Ducati Corse, "mais nous avons aussi souffert d'un manque de performance à certains endroits et dans certains domaines. Par exemple, nous avons connu certains problèmes dans l'entrée dans les virages rapides, par exemple à Assen et aussi au Qatar. Nous aimerions donc principalement améliorer notre moto sur cet aspect."

"Je ne suis pas vraiment très content du turning de la moto", reprend cependant Gigi Dall'Igna. "J'aimerais l'améliorer un petit peu plus pour la saison prochaine, car sur certaines pistes nous avons encore des soucis avec notre moto en entrée de virage, alors nous aimerons résoudre cela."

Lire aussi :

Bien que n'étant pas totalement satisfait, le responsable italien convient cependant que des progrès ont bel et bien été accomplis pour mieux faire tourner la moto. "Il y a beaucoup de choses qui nous ont aidés à progresser sur ce point", explique-t-il. "Le turning de la Ducati a été un problème dès le début, dès que je suis arrivé chez Ducati, et je pense que, progressivement, nous avons amélioré un peu la moto, chaque année. Peut-être que dans la dernière année, nous avons plus comblé notre retard qu'auparavant, mais nous avons quoi qu'il en soit fait une petite modification chaque année afin d'améliorer la moto dans les virages."

Gigi Dall'Igna, directeur général de Ducati Team

Gigi Dall'Igna, directeur général Ducati Corse

Gigi Dall'Igna a beau avoir les idées claires quant aux futures améliorations qu'il souhaite, il se retourne néanmoins avec satisfaction sur le chemin parcouru depuis son arrivée à la tête du programme. Il ne pourrait en être différemment au vu des résultats de cette année : Ducati a décroché le plus grand nombre de victoires (7), de podiums (24), de pole positions (11) et de meilleurs tours en course (7), cumulant les récompenses au palmarès du championnat.

"Je suis très heureux du travail que nous avons accompli tous ensemble durant toutes ces années", se félicite l'Italien. "Au début, la Ducati n'était pas très compétitive. Année après année, nous avons amélioré nos performances, et franchement tout le monde est très heureux de ce qui a été accompli cette saison. En termes de podiums, c'est la meilleure année de Ducati depuis le début du MotoGP : 24 podiums, c'est beaucoup. Et nous avons fait un triplé à la dernière course, à Valence, ce qui veut dire que notre moto peut convenir à différents styles de pilotage."

"Franchement, nous avons été assez compétitifs pendant toute la saison, sur toutes les courses. Année après année, nous avons amélioré certaines choses sur la moto. Nous n'avons clairement pas atteint, disons, la destination finale, mais nous sommes malgré tout très contents de nos progrès et surtout des technologies que nous avons développées durant ces années", affirme Gigi Dall'Igna.

Un nouveau moteur et des évolutions "assez normales"

Pour tenter d'atteindre cette "destination finale" que l'ingénieur a clairement en tête, le travail reprendra dès demain, avec deux jours de tests particulièrement importants à Jerez. Cette dernière séance d'essais collectifs à laquelle les pilotes titulaires sont autorisés à participer avant la trêve hivernale permettra en effet de passer en revue les développements prévus pour la saison prochaine.

"Demain, nous devons essayer des choses qui sont, entre guillemets, assez normales", prévient Dall'Igna au sujet du programme prévu par Ducati. "Ce sont des évolutions de choses que nous avons déjà essayées dans le courant de la saison et que, pour une raison ou une autre, nous avions décidé de mettre de côté pour mieux les développer, avec un peu plus de patience, pendant les tests hivernaux."

"Et puis, il y a bien sûr le moteur, qui est complètement nouveau. Il n'est pas encore dans sa version définitive mais nous nous attendons à recevoir quand même des commentaires sur ce point", ajoute l'ingénieur, précisant : "En ce moment, nous avons une moto chacun pour Jack et Pecco et une seule moto pour le team Pramac. [Les pilotes] du team Pramac s'alterneront donc sur la moto officielle [2022] pendant les deux jours de test."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Yamaha veut décider de son avenir avec le team RNF d'ici fin juin
Article précédent

Yamaha veut décider de son avenir avec le team RNF d'ici fin juin

Article suivant

Deux jours d'essais pour commencer à écrire 2022

Deux jours d'essais pour commencer à écrire 2022
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021