Espargaró : "Penser qu'ils ne sont pas des dieux, c'est incroyable"

Rarement une KTM n'aura affiché un tel niveau de performance sans discontinuer durant tout un week-end. Le pilote espagnol, sixième à l'arrivée, se félicitait ainsi d'avoir pu mener bataille face à des rivaux qu'il pensait injouables jusqu'ici.

Espargaró : "Penser qu'ils ne sont pas des dieux, c'est incroyable"

Voilà un week-end qui va donner du baume au cœur chez KTM. Grâce à sa sixième place obtenue dimanche sur le Circuit Bugatti, Pol Espargaró a ainsi ramené le meilleur résultat du constructeur autrichien cette saison. Il faut dire que l'Espagnol a passé l'intégralité du week-end dans le top 10, pointant dès les EL1 à la sixième place, avant de consolider sa position.

Lire aussi :

Seule une Q2 qui s'est terminée de façon prématurée (il a chuté dès le premier tour qu'il a bouclé avec le pneu pluie soft à l'arrière) est venue ternir une manche pleine pour le numéro 44. Parti depuis le 12e emplacement sur la grille, ce dernier a en effet mené une course d'attaque dès les premières boucles pour occuper un temps la cinquième place. Et s'il n'a pu se maintenir à cette position, descendant d'un rang, il a défendu ensuite bec et ongles son bout de pain, au cours d'une épreuve très physique.

"Quand j'étais en 1'32"8 ou 1'32"9, je savais que je n'allais pas pouvoir faire ça tout le temps car j'étais à la limite, et en particulier dans le premier virage j'avais des gros blocages de roue à 300 km/h", se souvient-il. "J'avais aussi de l'arm-pump en bougeant la moto d'un côté puis de l'autre. J'étais simplement à la limite à chaque tour, mais j'ai pu le faire."

Le Mans, un circuit favorable aux KTM

La KTM est connue pour être une machine difficilement manœuvrable en virage, et force est de constater que le tracé du Mans, composé pour l'essentiel de phases de stop and go, a aidé les troupes de Mattighofen à se montrer performantes ce week-end. Mais Espargaró a néanmoins dû jouer de roublardise en course, lorsque Danilo Petrucci est revenu sur lui, puis en toute fin de parcours face à Franco Morbidelli.

Dans les deux cas, le duel s'est soldé par un contact, le pilote KTM fermant la porte pour éviter que ses adversaires ne profitent ensuite du meilleur comportement de leur machine en virage. "Si votre point faible est la vitesse en virage, il faut juste les bloquer et ne pas les laisser passer", plaisantait-il à peine lors de son point presse. "Ensuite ils vous percutent ! [rires] Mais en fait ils ne vous dépassent pas aussi facilement que d'habitude, il s'agit donc de fermer les portes et de profiter des performances de la moto."

Lire aussi :

S'il a dû s'incliner face à un Petrucci particulièrement entreprenant, la technique a en tout cas fonctionné face à Morbidelli en fin de course. Et avec une arrivée à moins de six secondes du leader, Espargaró ne pouvait être que satisfait de sa prestation en France, et plus globalement du niveau de compétitivité de sa RC16 sur l'ensemble du week-end. "Le fait d'être dès les EL1 en train de se battre face à ces gars, et penser qu'ils ne sont pas des dieux mais ont juste une bonne moto, et de nous battre avec eux, comme nous l'avons fait aujourd'hui, en terminant seulement à cinq secondes d'une Honda après moins deux ans et demi, c'est incroyable", s'est-il réjoui. "Cela signifie que si nous avons un bon package, ils ne sont pas imbattables."

En tout état de cause, le travail réalisé lors de la journée d'essais post-course à Jerez il y a deux semaines, a porté ses fruits. Le nouveau bras oscillant a notamment constitué une vraie satisfaction dans le clan autrichien, et a permis à KTM d'atteindre un niveau de performance que tous espèrent voir se renouveler lors de la prochaine manche, en Italie.

"Les changements que nous avons faits sur la moto sont intéressants, que ce soit au niveau du bras oscillant en carbone ou de la configuration du moteur. Cela nous aide beaucoup, mais cela me donne aussi des sensations différentes et l'impression que je peux davantage repousser les limites", détaille Espargaró. "J'ai pris tellement de plaisir aujourd'hui, j'étais à la limite du début à la fin. Peut-être que j'aurais pu finir au sol, mais au final je suis resté sur la moto et c'était juste incroyable de voir que j'étais en train de rattraper Vale à certains endroits, et que Petrucci a eu besoin de me rentrer dedans pour me passer. Ils étaient à la limite pour nous battre, et cela me rend fier."

partages
commentaires
Mir : "J'ai chuté quatre fois ce week-end et je ne sais pas pourquoi"

Article précédent

Mir : "J'ai chuté quatre fois ce week-end et je ne sais pas pourquoi"

Article suivant

Dovizioso : Márquez, un extraterrestre ? On veut quand même le battre

Dovizioso : Márquez, un extraterrestre ? On veut quand même le battre
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021