Un retour en arrière à sa moto précédente ? Quartararo lance l'idée

Fabio Quartararo en appelle à des changements notables pour la saison prochaine. Inquiet du gel des motos pour 2021 alors qu'il se sent en grande difficulté, il s'interroge aussi sur la possibilité de revenir à un matériel plus ancien.

Un retour en arrière à sa moto précédente ? Quartararo lance l'idée

Après quatre mois de compétition, Yamaha voit sa domination ébranlée par la forte progression de Suzuki, au point désormais d'être descendu de son piédestal, et pas uniquement à cause des points qui lui ont été retirés aux championnats constructeurs et équipes et qui contribuent à orienter Hamamatsu vers une triple couronne.

Bien que la marque d'Iwata détienne toujours le plus grand nombre de pole positions (huit) et de victoires (six) cette saison, elle a subi de plein fouet la comparaison avec le rouleau-compresseur Suzuki lors des cinq dernières manches, où les bleus ont obtenu pas moins de quatre doubles podiums. Avec seulement deux pilotes engagés, Suzuki compte à présent un total de 11 podiums et vient de dépasser Yamaha, qui en a décroché dix avec quatre pilotes aux affaires.

Au vu de ces difficultés, symboliques selon lui d'une saison trop irrégulière pour être satisfaisante, Fabio Quartararo admet désormais s'inquiéter du gel des motos pour 2021 et questionne même l'éventualité de conserver sa machine actuelle, avec laquelle il ne s'est jamais senti à l'aise. "Je suis inquiet, mais j'aimerais voir si on peut utiliser la moto de l'année dernière, si c'est possible ou bien si on doit garder exactement celle de cette année", suggère-t-il. "Je pense qu'après Portimão, il va falloir bien analyser ce que l'on peut améliorer avec la moto de l'année dernière, si on peut combiner des choses de cette année et de l'année dernière."

Lire aussi :

"Ce qui est sûr en tout cas, c'est qu'il faut changer pas mal de choses dans la manière de travailler, pas vraiment dans le team mais en général avec Yamaha", prévient le pilote français, qui dit vouloir "prendre un peu plus de risques pour essayer de vraiment se battre avec les premiers". Et s'il fait ce constat, c'est qu'il dresse un bilan alarmant de cette saison, certes pas encore terminée mais suffisamment avancée pour qu'il ait tiré un trait sur le titre dont il était l'un des grands favoris au lancement de la compétition, début juillet.

"Il faudra qu'on change beaucoup de choses l'année prochaine, parce que les autres constructeurs semblent fonctionner un peu mieux que nous", constate Quartararo, particulièrement admiratif des performances de Joan Mir et Álex Rins. "Ils semblent vraiment imbattables, avec les deux pilotes", salue-t-il. "Nous, on parait vivre une période difficile, une saison vraiment irrégulière à la fois pour moi et pour Yamaha, alors qu'ils sont tout le temps au top. Ils semblent être nettement devant nous."

"Pour l'année prochaine, il faut qu'on parte de la même base, car on ne peut apporter aucune amélioration, mais il faut qu'on voie où l'on peut progresser parce que [Suzuki] ne cesse de faire mieux : double podium, double podium, double podium… Nous, on est tellement irréguliers qu'à part Jerez, je ne sais pas si on a déjà fait un double podium. Suzuki n'a que deux motos et ils font des doubles podiums pratiquement à chaque course."

"Il faut qu'on discute de ce qu'il faut qu'on améliore. J'ai déjà une idée assez claire quant aux problèmes qu'on a eus cette année et pour l'année prochaine, il faut qu'on essaye de travailler mieux. Ça n'est pas très facile, mais si on pouvait éviter des erreurs stupides ce serait génial", tranche le Niçois.

C'est la victoire ou rien, soit on est super bons soit on est super perdus.

Fabio Quartararo

Quartararo reste à la tête du plus grand nombre de victoires cette saison puisqu'il s'est imposé trois fois, cependant il n'a pas été en mesure de monter sur le podium autrement que pour y fêter un succès. Au total des huit courses qu'il n'a pas gagnées, il a cumulé seulement 50 points, soit une moyenne qui le situe aux alentours de la 11e place…

"Ça fait très mal, parce que la conséquence du fait qu'on est en difficulté avec la moto c'est que je ne suis pas content de ma saison", déplore le Français. "Bien sûr, quand tout va bien, alors tout est parfait. Au Mans, la moto était d'emblée parfaite et on aurait pu se battre pour la victoire, mais c'est la victoire ou rien, soit on est super bons soit on est super perdus. […] Je suis très frustré. D'une manière générale, c'est une saison difficile pour moi, mis à part les victoires, bien sûr, qui arrivent quand on part à la perfection."

L'esprit toujours focalisé sur 2020

Bien qu'affichant une frustration évidente face à ce titre qui lui échappe, Fabio Quartararo promet de ne pas baisser les bras en vue des deux dernières manches. "Dans ma tête je suis pleinement concentré [sur 2020]", promet-il. "Peut-être que certains pensent que je ne suis pas motivé parce que j'ai perdu beaucoup de points, mais je suis pleinement concentré sur ce que je veux, qui est de finir le plus haut possible au championnat. Dans ma tête, je me sens bien. Simplement, il faut qu'on soit clairs, on sait où se situe le problème et je pense qu'il y a pas mal de choses à améliorer."

Lire aussi :

"Il reste deux courses et je veux donner le meilleur de moi-même, je suis pleinement motivé. Ça n'est pas parce que j'ai perdu le championnat que je ne suis pas motivé", prévient le pilote Petronas. "J'aborde ces deux courses en sachant que mathématiquement, il est encore possible de remporter le titre, mais mentalement je suis plutôt dans l'idée que j'ai besoin de m'amuser parce que ça fait pas mal de courses, mis à part celle du Mans, que je ne m'amuse pas vraiment pendant le week-end. Pas à cause de la pression ou quoi que ce soit, mais juste parce qu'on ne trouve pas les bons réglages et c'est très difficile de comprendre pourquoi."

"On est toujours deuxième au championnat et je crois qu'on a de grandes chances de finir à cette place-là. Je ne vais jamais baisser les bras avant le dernier tour et le drapeau à damier de Portimão."

partages
commentaires

Voir aussi :

Morbidelli ralenti par un problème de pression sur le pneu avant
Article précédent

Morbidelli ralenti par un problème de pression sur le pneu avant

Article suivant

La première victoire de Joan Mir en photos

La première victoire de Joan Mir en photos
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021