Une fin de saison ultra-chargée ? À double tranchant selon Dovizioso

Dans l'incertitude quant à la date à laquelle pourra débuter leur championnat, les pilotes Ducati pressentent une fin d'année particulièrement chargée mais dont ils peuvent difficilement imaginer l'impact pour le moment.

Une fin de saison ultra-chargée ? À double tranchant selon Dovizioso

Pour Andrea Dovizioso, la fin de saison ultra-chargée qui a été définie dans la dernière version en date du calendrier MotoGP, bien qu'étant probablement encore provisoire, peut être à double tranchant pour les pilotes. Enchaîner huit courses en deux mois entre fin septembre et fin novembre, comme cela est annoncé, peut permettre aux plus affûtés des pilotes de frapper un grand coup, mais cela peut aussi douloureusement appuyer sur leurs éventuelles faiblesses.

"[Ce sera] très lourd", pressent le pilote Ducati auprès de Sky Italia. "Mais tout cela dépend de la vitesse que l'on a. Si elle est bonne, alors durant ces courses qui vont s'enchaîner, on peut battre les autres à plate couture. Si ce n'est pas le cas, on peut se retrouver encore plus en difficulté par rapport à ce qui aurait été le cas dans des circonstances normales. Cela dépendra de la situation dans laquelle on se trouvera à ce moment-là, en ce qui concerne la technique, les sensations avec l'équipe et les sensations avec soi-même."

"Tout dépendra quand la saison débutera", souligne encore Dovizioso lorsqu'il est interrogé sur l'impact sportif d'un calendrier aussi fortement remodelé, "parce que j'imagine qu'après son coup d'envoi, on va se lancer à fond, sans pause. Par conséquent, cela dépend quand ça se fera, à quelle date, cela dépend combien de temps il restera, combien de courses on fera. Plus elles seront condensées, plus ce sera difficile, d'autant que les manches outre-mer, les voyages, les décalages horaires, seront durs pour tout le monde."

"Cela aura une influence, c'est certain, mais il est impossible de comprendre qui pourrait être meilleur ou moins bon. Et puis cela dépend aussi de quelles courses seront éventuellement supprimées, car chaque piste favorise certains pilotes et certaines motos plutôt que d'autres", poursuit-il.

Lire aussi :

Son coéquipier, Danilo Petrucci, peine quant à lui à se projeter sur cette fin de championnat telle qu'elle a été annoncée. Pour le moment, c'est principalement la date du coup d'envoi de la saison qui l'interroge, celle-ci étant encore probablement amenée à évoluer si le MotoGP suit la tendance affichée par les autres grandes compétitions sportives.

"D'un point de vue physique, je ne sais pas ce que ça fera d'avoir de nombreuses courses à la fin [de l'année], c'est quelque chose de nouveau pour tout le monde", souligne Petrucci. "Si on commençait par Jerez, les pistes qui suivent me plaisent, j'ai toujours été bon aussi au Mans et au Mugello, à Barcelone, Assen. Il est clair qu'on n'aura pas de pause estivale, il faudra voir des climats que l'on n'a jamais vus en Argentine, aux USA et à Valence, mais personne ne sait comment on pourra réagir."

"Ce virus étant global, les informations sont les mêmes pour tout le monde. On ne sait si on va commencer à Jerez, peut-être à huis clos comme certains le disent. Certains disent que l'on pourrait même commencer à partir du Mugello, en juin, parce que la Formule 1 aussi commencera en juin", s'interroge le pilote de Terni, actuellement confiné dans sa région natale et non en Émilie-Romagne où il s'est installé auprès de Dovizioso il y a un an.

Lire aussi :

Une situation encore trop floue

Si chacun tente de rester informé sur l'évolution de la situation, celle-ci reste tellement mouvante que le vice-Champion du monde en titre met toutefois un holà sur les prévisions possibles. "Franchement, en ce moment je ne regarde même pas le calendrier. Je le ferai quand on aura décidé du début du championnat", affirme-t-il. "Ils essayent de tout faire, mais toutes les portes se ferment, alors parler de calendrier, établir des programmes ou penser à comment ça se passera ne sert à rien."

"Chez Ducati aussi, on attend de comprendre quelle va être l'évolution de la situation, parce que ce qui s'est passé en Italie peut arriver dans les autres pays. On ne peut pas faire de prévisions. Il est inutile de se mettre à planifier les choses. Quand on nous dira : 'On commence par cette piste, ce jour-là', alors on pourra commencer à réfléchir", conclut Andrea Dovizioso.

partages
commentaires
La FIM veille à ce que les moteurs du Qatar débutent la saison

Article précédent

La FIM veille à ce que les moteurs du Qatar débutent la saison

Article suivant

La wild-card de Lorenzo, une bonne stratégie selon Viñales

La wild-card de Lorenzo, une bonne stratégie selon Viñales
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021