Morbidelli ralenti par un problème de pression sur le pneu avant

Franco Morbidelli a perdu de précieuses places pendant le Grand Prix d'Europe, frappé par une augmentation de la pression de son pneu avant, comme Fabio Quartararo en Aragón.

Morbidelli ralenti par un problème de pression sur le pneu avant
Charger le lecteur audio

Deux semaines après avoir dominé le Grand Prix de Teruel, Franco Morbidelli est apparu en grande difficulté à Valence. Septième dans les premiers tours, le pilote italien a perdu des positions tout au long de la course, en raison d'une augmentation de la pression de son pneu avant, et il n'était plus que 11e en passant sous le drapeau à damier, à plus de 17 secondes du vainqueur.

"C'était un Grand Prix difficile pour nous, très difficile", déplore Morbidelli. "Quand nous sommes dans un groupe, nous avons des problèmes, avec une pression qui monte en flèche à l'avant, et l'avant est très, très difficile à contrôler. C'est très dur à gérer. Il faut passer en 'mode sécurité' et voir l'arrivée de la meilleure façon possible. Dans ce contexte, je suis content d'avoir vu l'arrivée, avec quelques points."

Ce souci de pression n'est pas le premier dans le team Petronas. Au Grand Prix d'Aragón, l'équipier de l'Italien, Fabio Quartararo, a dégringolé dans le classement en raison d'un problème similaire sur son pneu avant, ce qu'il a depuis expliqué par une volonté de Yamaha de choisir une pression trop élevée, contre la volonté de l'équipe. Morbidelli a aussi eu des soucis dans la première course sur le MotorLand Aragón, mais pas dans les mêmes proportions. "J'ai souffert [...] en Aragón, quand Fabio avait des problèmes, j'étais aussi en difficulté, peut-être pas autant que lui, mais j'avais aussi du mal", précise-t-il.

Lire aussi :

Malgré ce problème, Franco Morbidelli tire une petite satisfaction d'être le premier pilote Yamaha dans le classement de cette première course à Valence − un classement historiquement faible pour Yamaha puisque pour la première fois en 13 ans aucun pilote ne figurait dans le top 10 −, même s'il a été aidé par la pénalité de Maverick Viñales, la chute de Fabio Quartararo et le problème technique de Valentino Rossi.

"Le fait que les autres [pilotes] Yamaha soient aussi mauvais que moi, si ce n'est pire, ça fait que je me sens mieux. C'était une mauvaise course mais après tout, j'étais le premier pilote Yamaha, et je l'ai été presque tout le week-end, donc nous étions dans une situation difficile, nous étions tous en difficulté, mais il semble que j'ai moins souffert que les autres, et cela fait que je me sens mieux, même si ça me laisse un goût amer."

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

Après cette contre-performance, Franco Morbidelli pointe à 46 points de Joan Mir au championnat, alors qu'il n'en reste que 50 à prendre. S'avoue-t-il vaincu ? "Non ! [rires] Jamais !" s'amuse le pilote du team SRT. "Ce sera le cas uniquement quand le championnat sera fini, et encore. Attendez, ce sera fini quand la mathématique aura dit que c'est fini. Quand il y aura moins de points en jeu par rapport à mon retard, alors là ce sera fini." 

Malgré sa bonne humeur inébranlable, Morbidelli reconnait cependant que ses chances de titre se sont "presque envolées" avec ce mauvais résultat. "L'écart avec Joan a grandi et il semble qu'il mérite vraiment plus ce championnat que tous les autres. Mais l'écart avec la deuxième place s'est réduit, donc nous sommes encore en lice pour ça. Le week-end prochain, nous devrons d'abord mieux comprendre le fonctionnement des pneus et essayer de les gérer de la meilleure façon possible. Nous allons essayer de bien travailler, comme toujours."

Lire aussi :

Franco Morbidelli "espère" en effet un bond en avant au Grand Prix de Valence, disputé sur le même circuit à la fin de cette semaine. "Nous avons vu que les rapports de force peuvent évoluer d'une course à l'autre, quand elles s'enchaînent [sur le même circuit]. J'espère que ça va changer, parce que celle-là était mauvaise pour nous. J'espère vraiment que ça va changer."

En difficulté durant tout le week-end, Maverick Viñales et Fabio Quartararo ont tiré la sonnette d'alarme pour l'avenir, se montrant pessimistes quant à la capacité de Yamaha de faire des progrès significatifs en 2021. Franco Morbidelli, lui, reste confiant, la M1 restant redoutable quand tout se passe bien.

"Je crois dans le travail de Yamaha et de mon équipe, alors je ne suis pas très inquiet de ce point de vue. On est très compétitifs et surtout si les choses se passent normalement. Le problème c'est qu'il y a des choses qui ne permettent pas à la moto de dire la vérité quand on est en course, et on a donc du mal à cause de ça. Mais le package est très bon, et les personnes qui travaillent autours également, alors je ne suis pas inquiet", promet le pilote italien. Doté d'une machine moins récente que celle de ses collègues, il est dans l'attente actuellement de savoir si ses performances de 2020 lui donneront droit à des évolutions pour la saison prochaine.

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Andrea Dovizioso va prendre une année sabbatique en 2021
Article précédent

Andrea Dovizioso va prendre une année sabbatique en 2021

Article suivant

Un retour en arrière à sa moto précédente ? Quartararo lance l'idée

Un retour en arrière à sa moto précédente ? Quartararo lance l'idée
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021