De retour après trois mois, Morbidelli a retrouvé un "vaisseau spatial"

Désormais pilote officiel Yamaha, Franco Morbidelli a disputé sa première journée de Grand Prix au guidon de la version 2021 de la M1. Impossible pour lui de la comparer à la spec de 2019, car il lui faut d'abord se réhabituer à la puissance de la MotoGP.

De retour après trois mois, Morbidelli a retrouvé un "vaisseau spatial"

Trois mois après sa dernière course, Franco Morbidelli a repris aujourd'hui la piste, mettant un terme à une longue convalescence qui est venue interrompre sa saison après plusieurs incidents ayant concerné son genou gauche depuis la fin de l'hiver. Le pilote italien, qui a admis que la période de soins ayant fait suite à son opération avait été plus longue que ce qu'il avait envisagé, reconnaît également que ce retour paraissait inespéré il y a encore quelques jours.

"Ça m'avait manqué, c'est sûr, et je ne savais pas du tout à quoi m'attendre", commente-t-il ce soir. "Il y a seulement deux semaines, je n'étais absolument pas capable de piloter la moto, mais il y a eu une grande amélioration, surtout cette dernière semaine, et on est donc venu ici. On ne savait pas à quoi s'attendre, et je suis déjà content d'avoir été en mesure de piloter la moto. En plus, j'ai été assez rapide, alors c'est encore mieux."

Seizième ce matin, à une demi-seconde de la meilleure Yamaha, Morbidelli s'est hissé au 13e rang en EL2, premier classé du quarté de pilotes d'Iwata dans une séance toutefois disputée sous la pluie. "Avoir un peu de pluie m'allait bien, parce qu'on est plus lents sous la pluie et ça m'a aussi permis de sentir comment fonctionne la moto dans ces conditions, et de travailler un peu plus sur ma jambe et de résoudre certaines choses pour l'utiliser sans trop y penser", explique-t-il.

"J'ai eu plus de mal avec mon genou ce matin que cet après-midi. Sur le mouillé, les sollicitations sont clairement nettement moindres, et pendant la journée j'ai aussi essayé de trouver une façon de poser assez facilement mon pied sur le cale-pied. Plus j'ai fait de tours, plus j'ai essayé et trouvé de solutions à ce problème. Je dirais donc que le problème s'est progressivement réduit au fil de la journée, et demain j'espère que ça ira mieux de ce point de vue-là."

"Maintenant, j'ai hâte de continuer mon programme de travail et mes progrès physiques. Il faudra encore du temps mais ça va sûrement se résoudre. Je suis donc très content de cette journée, surtout qu'après trois mois une MotoGP semble être un vaisseau spatial ! La vitesse est vraiment énorme. Pendant les quatre ou cinq premiers tours, j'ai été impressionné, ensuite j'ai essayé de reprendre la main le plus vite possible."

Lire aussi :

Un rôle à jouer en 2022

Morbidelli espère rapidement mettre derrière lui les soucis physiques qui ont largement contribué à gâcher sa saison, et son employeur aussi compte sur son retour en pleine forme d'ici à l'échéance qui compte véritablement : le début de la saison 2022. Promu dans l'équipe officielle Yamaha et confirmé jusque fin 2023, le pilote italien aura un rôle majeur à jouer l'année prochaine, lui qui a déjà prouvé sa capacité à gagner et à jouer le titre l'an dernier.

"Nous allons utiliser ces cinq courses pour qu'il se prépare pour l'année prochaine. Mais nous sommes confiants quant au fait que, s'il revient à 100% de sa condition physique, surtout à partir du Qatar, alors il pourrait nous aider à essayer de gagner aussi les titres teams et constructeurs", a pointé sans détour Maio Meregalli auprès du site officiel du MotoGP.

"J'ai été impressionné par Franky ce matin", soulignait par ailleurs le directeur de l'équipe officielle Yamaha au début de la deuxième séance. "Nous ne savions pas comment il allait pouvoir piloter la moto à cause de son genou, mais jusqu'ici il a bien fonctionné et il a juste besoin de s'habituer à la moto. Elle est bien sûr différente de celle qu'il avait avant. Nous avions quelques doutes, mais il a dit : 'On dirait ma moto'. Après avoir passé deux mois et demi sans piloter, il a dit : 'Je le sais, mais sinon pour moi c'était ma moto'. Et ce qu'il a dit, c'est qu'il faut juste qu'il s'habitue à piloter, et franchement dans plusieurs secteurs il est déjà bon. Il a probablement besoin de mieux freiner, mais pour moi ce départ s'est très bien passé."

partages
commentaires
Johann Zarco : une course pluvieuse serait un "bonus"
Article précédent

Johann Zarco : une course pluvieuse serait un "bonus"

Article suivant

Photos - Zarco leader, Morbidelli et Dovizioso de retour

Photos - Zarco leader, Morbidelli et Dovizioso de retour
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021