MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Des essais avec la Panigale V4 R rapprochent Jorge Martín du MotoGP

Quelques jours de piste au guidon d'une Ducati Panigale V4 R ont préparé Jorge Martín aux premiers tests qu'il pourra bientôt réaliser avec sa nouvelle MotoGP. Ses débuts tant attendus dans la catégorie reine ne sont plus très loin.

Des essais avec la Panigale V4 R rapprochent Jorge Martín du MotoGP

Avant son coéquipier Johann Zarco et le pilote Yamaha Maverick Viñales, qui se sont greffés sur des essais WorldSBK cette semaine pour reprendre leurs marques en piste au guidon de machines de série, c'est Jorge Martín qui, la semaine dernière, a lancé la salve de roulages permettant aux pilotes MotoGP de la promotion 2021 de sortir de la pause hivernale.

Le rookie espagnol, qui rejoint cette année le team Pramac pour faire le grand saut en catégorie reine, s'est rendu sur le circuit de Carthagène au guidon dune Ducati Panigale V4 R pour une séance de décrassage de quatre jours, à laquelle participait également un autre pilote MotoGP, Iker Lecuona, au guidon d'une BMW de série. Une façon pour tous les deux de se réacclimater aux sensations de vitesse sur circuit, et pour Martín de se faire une idée du caractère d'une Ducati avant de découvrir la GP20 dans un mois et demi.

"Au moment où j'ai signé avec Ducati, je leur ai dit que j'avais besoin d'une moto pour m'entraîner. Il était important que j'aie une référence entre le Moto2 et le MotoGP, surtout en termes de puissance, et avec la Ducati V4 R j'ai la combinaison parfaite pour apprendre. Elle est très puissante mais le châssis n'est pas très rigide, c'est une moto qui transmet beaucoup d'informations et de sensations", explique Jorge Martín à Motorsport.com.

Lire aussi :

"Les sensations ont été très bonnes. Je l'ai abordée avec beaucoup de respect car je n'avais jamais piloté de Superbike auparavant, je ne savais pas comment ce serait. Je l'imaginais très grande et très puissante. Il a fallu que je rode la moto et j'ai alors eu le temps de m'y mettre petit à petit et de m'adapter. Une fois que j'avais un peu appris comment ça se passait, je me suis mis à faire des temps compétitifs et, franchement, ça s'est très bien passé. Pendant ces quelques jours, j'ai également pu comprendre certains systèmes que je n'avais pas en Moto2, comme l'anti-wheelie ou le traction control. Je suis très heureux et impatient de continuer à travailler."

 

Après l'annulation des tests de Sepang, le Champion du monde Moto3 2018 pourra prendre la piste le 6 mars pour les premiers essais de la pré-saison MotoGP à Losail, une séance réservée aux rookies et aux pilotes d'essais. Ces deux jours le prépareront au test collectif prévu du 10 au 12 mars, avant le premier Grand Prix qui doit avoir lieu sur la même piste deux semaines plus tard selon le calendrier actuel.

Aligné cette année par Pramac, il disposera, comme son coéquipier Johann Zarco, de la machine la plus récente sortie des ateliers de Borgo Panigale, au contraire des pilotes du team Esponsorama qui devront se contenter d'une GP19. "Je n'ai pas encore roulé avec, je pars complètement à l'aveugle et je n'ai aucune idée [de ce à quoi je dois m'attendre]", admet-il, privé comme tous les rookies des précieux essais du mois de novembre. "Chez Ducati, ils m'ont dit de partir en gardant l'esprit très ouvert, que la moto est très différente de celle que j'utilise actuellement [la Panigale V4 R]. Je m'attends donc à une moto rigide, une moto de course, ce à quoi je suis habitué."

 

"Maintenant que j'ai roulé sur cette moto, je ne suis plus aussi impressionné qu'avant en vue du moment où je vais monter sur la MotoGP. Je suis sûr que la puissance et le freinage seront énormes, mais je suis un pilote qui a besoin d'une moto rigide pour pouvoir être rapide et je crois que je me sentirai à l'aise avec la Ducati", souligne l'Espagnol, que Johann Zarco voit s'adapter facilement.

Plutôt confiant, le transfuge du clan KTM refuse d'aborder la saison à venir avec à l'esprit l'idée que de nouveaux chamboulements possibles engendrés par la crise sanitaire pourraient lui être bénéfiques. "Je ne pense pas. Ce qui est bénéfique pour un rookie, qui a besoin de temps, c'est une saison normale, avec 19 ou 20 courses, des tests pendant l'année et le fait de pouvoir rouler au maximum", pointe-t-il, certain que ses débuts seront bien plus classiques que ceux des rookies de l'an dernier. "On va voir comment ça fonctionne cette année et quand on pourra faire des essais. Pour le moment, on a perdu trois jours d'essais et c'est dommage. Je dois saisir toutes les occasions pour m'entraîner, comme je l'ai fait ces jours-ci avec ma Panigale."

Bien que peu représentatifs de ce que lui réservera la Desmosedici dans quelques semaines, ces quelques jours au guidon de la Panigale ont tout de même rapproché un peu plus encore Jorge Martín de son nouveau statut de pilote MotoGP. S'est-il fait à cette idée ? "Oui, la mentalité change", assure-t-il. "Quand on monte sur cette moto, on voit que tout va beaucoup plus vite et on comprend qu'il faut changer certaines choses dans la façon de s'entrainer, il faut que je me concentre sur d'autres détails que je n'avais pas envisagés jusqu'à présent. Quand j'étais sur la moto pendant ces quelques jours, j'y pensais. Le rêve devient réalité et la première course au Qatar n'est pas loin."

Propos recueillis par German Garcia Casanova 

partages
commentaires

Voir aussi :

Fausto Gresini reste dans un "état sérieux" et sous respirateur

Article précédent

Fausto Gresini reste dans un "état sérieux" et sous respirateur

Article suivant

La pluie gâche les tests de Jerez, Zarco se remet dans le bain

La pluie gâche les tests de Jerez, Zarco se remet dans le bain
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jorge Martín
Équipes Pramac Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020