MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Chez KTM, tout se joue désormais "dans les petits détails"

partages
commentaires
Chez KTM, tout se joue désormais "dans les petits détails"
Par :
28 mai 2019 à 17:00

Le constructeur de Mattighofen continue de se rapprocher de ses adversaires, mais doit à présent trouver comment combler les derniers dixièmes qui les séparent.

Après deux premières saisons difficiles, KTM commence enfin à voir le bout du tunnel, et à se rapprocher de façon bien plus concrète des autres constructeurs. Mais à présent que ce cap principal a été franchi, le plus dur reste à faire : trouver où gagner les dixièmes manquants. Pour Pol Espargaró, meilleur pilote KTM au championnat, les progrès sont indéniables, mais beaucoup de travail attend encore la structure autrichienne pour se porter au même niveau que Honda, Ducati, Yamaha et Suzuki.

Lire aussi :

Cette année, la RC16 est plus souvent visible à leurs côtés qu’auparavant, l’Espagnol parvenant régulièrement à la hisser dans le top 12, voire le top 10, et à faire quelques coups d’éclat, comme sa cinquième place lors des qualifications du Grand Prix d’Austin, la meilleure de KTM. Sa troisième position lors des EL3 du Qatar, sa sixième place lors des EL1 d’Argentine ou encore son classement dans le top 10 à chacune des séances au Mans sont autant de preuves des améliorations ayant eu lieu depuis l’an dernier.

Pour autant, la conclusion du pilote catalan est sans appel : "Nous ne cherchons pas à être cinquièmes sur un tour, nous voulons finir septièmes ou huitièmes à dix secondes des premiers. C'est ce que nous recherchons. C'est bien d'être sur la deuxième ou la troisième ligne sur un tour, mais ça ne vous donne pas de points." Bien plus proche en essais, la marque de Mattighofen doit donc désormais concentrer ses efforts sur l’intégralité de la course.

"Ça commence à payer, et donc à faire mal, car avant, tout paraissait si loin que même si le résultat était une dixième, une douzième place, je n'étais pas content car nous étions à plus de 30 secondes", explique Espargaró. "Mais maintenant, nous nous rapprochons du top, et c'est de plus en plus dur. Ça fait encore plus mal de voir à l'arrivée une douzième place à 18 secondes ou quelque chose comme ça."

KTM a clairement franchi un cap cette saison, mais celui-ci n’est qu’une première étape avant de pouvoir envisager de se battre aux avant-postes, le team cherchant désormais "moins de quatre dixièmes par tour", et ceux-ci sont les plus durs à trouver, puisqu’à ce stade, ce n’est plus "une seule chose" qui fait la différence en fin de course. "Il ne faut donc pas changer tout le châssis ou tout le moteur, comme avant, à présent on est dans une autre catégorie, plus professionnelle qu'avant", continue l’Espagnol. "Il faut maintenant contrôler les petits détails que nous ne parvenons pas à contrôler aussi bien que les autres usines qui, elles, sont là depuis plus longtemps. Il s'agit de continuer de travailler, et de voir les petites choses que nous ne faisons pas bien. Moi en tant que pilote, et l'équipe qui prépare la moto."

Les autres pilotes KTM étant en phase d’adaptation, Johann Zarco et Hafizh Syahrin depuis la Yamaha, et Miguel Oliveira, rookie, à la machine de MotoGP en tant que telle, Espargaró tient pour l’instant la place de leader, et est par ailleurs celui qui ramène les meilleurs résultats à KTM. Boosté par l’arrivée de ces trois pilotes à ses côtés,

Lire aussi :

Bien qu’il reconnaisse que cela ne soit pas toujours suffisant pour obtenir les résultats désirés, il maintient le cap : "Si tous les autres ont fait un pas en avant, nous devons en faire deux." Et de conclure : "La philosophie de KTM et la mienne sont assez similaires : tant que nous ne serons pas arrivés au sommet, nous continuerons."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Morbidelli : Demander des suggestions à Rossi serait comme tricher

Article précédent

Morbidelli : Demander des suggestions à Rossi serait comme tricher

Article suivant

Le programme du Grand Prix d'Italie

Le programme du Grand Prix d'Italie
Charger les commentaires