MotoGP GP d'Allemagne

Álex Márquez, Di Giannantonio, Bastianini : les autres blessés du GP

Álex Márquez a pris le coup du lapin, Fabio Di Giannantonio souffre d'une épaule qui s'est déboîtée… Le GP d'Allemagne va laisser des traces sur les organismes après une série de grosses chutes.

Alex Marquez, Gresini Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Le GP d'Allemagne est le premier cette saison à se disputer en l'absence de certains pilotes. En l'occurrence Álex Rins, qui s'est blessé au poignet et à la cheville le week-end et a été opéré, ainsi qu'Aleix Espargaró, qui souffre d'une fracture de la main droite. S'il est bien présent au Sachsenring, le pilote Aprilia n'a bouclé que trois tours lors des premiers essais avant de devoir renoncer.

Les deux journées de piste qui viennent de se dérouler ont encore été marquées par d'autres chutes, parfois violentes, dans lesquelles un certain nombre de pilotes ont été malmenés. Cela a été le cas de l'autre représentant d'Aprilia, Maverick Viñales, lui aussi victime d'un gros highside samedi, pendant les qualifications, et qui a momentanément craint s'être blessé à la hanche. Une fois rassuré sur son état, l'Espagnol s'est remobilisé pour le sprint, estimant que la douleur était gérable, et ce matin il se sentait déjà mieux.

C'est le cas aussi de Marc Márquez, donc les conditions ont été suivies de près, puisque l'Espagnol souffre d'un doigt fracturé ainsi que de fortes douleurs aux côtes qui l'empêchent de bien respirer quand il est en plein effort.

Lire aussi :

Et le centre médical a vu passer d'autres pilotes, notamment le frère du #93 qui a pris un coup sérieux samedi pendant les qualifications. Álex Márquez est tombé dans le virage 5, une portion où le dégagement s'étend sur une courte distance. Les images l'ont montré finir sa course contre l'airfence, en se retrouvant sur sa moto couchée, qui avait rebondi contre la protection gonflable. "Au final, j'ai tapé contre la moto et j'ai fini sur elle. Ma main s'est retrouvée dans la jante et j'ai eu de la chance, parce que la moto tournait encore mais que j'ai pu vite retirer ma main et qu'il ne s'est rien passé", a-t-il expliqué.

L'Espagnol souffre d'une entorse cervicale qui lui a ensuite causé d'importantes douleurs pour le sprint. Il était toutefois soulagé de ne pas s'être plus gravement blessé : "En 2017, sur ce même circuit, je me suis cassé trois vertèbres, pareil, en prenant un coup avec la moto. Et j'ai eu une sensation un peu similaire, c'est pour ça que je suis allé au centre médical. Mais je n'ai rien de cassé, c'est juste un coup du lapin, et j'ai été bien soigné."

"Ça a été très difficile. Au début, j'avais du mal à rester concentré, puis quand j'ai pris un peu de rythme, je me suis amélioré", a décrit le pilote Gresini au sujet de la course qui a suivi. "Entre la Q2 et le sprint, on n’a pas le temps de se remettre, donc au début je n’étais pas à 100%, je n’attaquais pas comme je le devais. Ensuite, j’ai fait une course assez acceptable."

Agacé par la configuration du circuit à l'endroit où il est tombé, Álex Márquez en a une nouvelle fois appelé à des modifications : "C'est un endroit où il n'y a pas beaucoup d'échappatoire et j'ai tapé contre l'airfence et la moto. [...] Il y a des endroits sur ce circuit qui ne sont pas sûrs à 100%, on le sait, mais tant qu'il ne se passe rien, ils ne vont rien changer."

Épaule déboîtée pour Di Giannantonio

Dans le stand VR46, les deux pilotes ont été accidentés vendredi. Marco Bezzecchi s'est vite remis, même s'il déplorait des douleurs au bras droit et a été légèrement blessé au nez par des gravillons entrés dans son casque. Son coéquipier, Fabio Di Giannantonio, traîne en revanche des conséquences plus lourdes après avoir vu son épaule droite se déboîter quand il est tombé dans le virage 1. "Elle semble être sortie un petit peu et s'être remise en place toute seule", expliquait-il vendredi soir.

"J'ai passé des radios et tout semble plus ou moins OK. Il semble qu'à cause du choc, la clavicule a un peu bougé. C'est la raison pour laquelle je la tenais parce que dès que j'ai touché le gravier − d'autant qu'ici, entre l'asphalte et le gravier, il y a un gros creux et je crois que c'est quelque chose qu'il faudrait arranger pour l'avenir −, j'ai senti un gros choc à l'intérieur de la clavicule, sachant que j'avais relevé le coude. J’ai eu très mal mais on a fait un contrôle et ça allait."

Fabio Di Giannantonio souffre de l'épaule gauche.

Fabio Di Giannantonio souffre de l'épaule gauche.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Les examens n'ont en effet révélé aucune blessure, néanmoins la douleur est forte pour Di Giannantonio, qui a dû prendre des antidouleurs pour disputer le sprint. "Je souffre pas mal par rapport à la chute. J'ai très mal à la clavicule droite. Avec mon kiné, on a fait un super travail, déjà pour faire en sorte que je puisse remonter sur la moto parce que ce matin, quand je me suis réveillé, j'étais assez meurtri", a-t-il expliqué samedi, indiquant être rigide sur la moto. "J'ai de la chance parce que dans le secteur 2, on reste tout le temps dans la même position, [...] mais ce que je n'arrive pas à faire en ce moment, ce sont les mouvements rapides. Donc quand la moto secoue ou qu'il faut freiner fort, faire plonger la moto ou la redresser vite, j'ai du mal."

"Les antidouleurs m'ont un peu aidé, sans quoi je pense que la course aurait été assez difficile à faire. J'ai choisi de ne pas en prendre ce matin pour ne bénéficier de leur effet qu'en course, et j'ai donc pas mal souffert en EL2. C'est la raison pour laquelle je n'ai pas fait tellement de tours, et en qualifs je n'ai pu faire qu'un time attack."

Enea Bastianini aussi a eu du mal à sortir du lit samedi matin. La veille, il a pris un gros choc qui l'a laissé avec des douleurs à la jambe, au bras et à la main gauche. Là non plus, rien d'inquiétant pour les médecins mais un corps meurtri qu'il a fallu remettre en marche tant bien que mal pour poursuivre le Grand Prix. "Je n’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière et ce matin j’étais un peu confus, avec beaucoup de douleurs partout. Ça s’est amélioré au fil des tours", expliquait le pilote Ducati au site officiel du MotoGP samedi.

À ce stade du week-end, la catégorie MotoGP à elle seule a vu se produire 15 chutes. Avec le retour à des températures plus basses ce dimanche, ainsi que l'effet que peut avoir sur le bitume le passage d'un fort épisode pluvieux samedi en fin d'après-midi, certains pilotes craignent que la série se poursuive pendant la course principale dont le départ sera donné à 14h.

Avec Germán Garcia Casanova

Lire aussi :

VIDÉO - Le résumé de la course sprint du GP d'Allemagne

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent "Pas trop ridicule" en sprint, Zarco garde foi en Honda
Article suivant Course - Bagnaia part en vacances avec un cadeau de Martín !

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France