Viñales : "Je ne peux pas donner tout ce que j'ai" chez Yamaha

Alors que des rumeurs annoncent son départ de Yamaha, Maverick Viñales maintient le flou mais laisse entendre que son avenir passe par un changement de moto.

Viñales : "Je ne peux pas donner tout ce que j'ai" chez Yamaha

L'avenir de Maverick Viñales a été au cœur des débats lors de la conférence de presse qui a suivi l'arrivée du Grand Prix de Pays-Bas, que le pilote Yamaha a terminé à la deuxième place. Selon les informations de Motorsport.com, Viñales envisage de rompre son contrat avec la firme d'Iwata à la fin de l'année, un an plus tôt que prévu, et des rumeurs ont évoqué son transfert chez Aprilia.

Le pilote Espagnol a précisé auprès de DAZN, diffuseur du MotoGP en Espagne, que les discussions avec Aprilia ne sont "pas vraies" tout en reconnaissant que quitter son équipe actuelle est "une option". Quelques instants plus tard, les questions des journalistes n'ont pas permis d'effacer tous les doutes mais Viñales s'est longuement exprimé sur le mal-être qui est le sien chez Yamaha et a laissé penser qu'un départ est inéluctable.

Lire aussi :

La deuxième place conquise à Assen risque en effet de ne pas suffire à recoller les morceaux brisés depuis le Grand Prix d'Allemagne, où le #12 a décroché les plus mauvais résultats de sa carrière en qualifications comme en course, au terme de laquelle il a évoqué le "manque de respect" qu'il commençait à ressentir dans l'équipe qui est la sienne depuis l'année 2017.

Il y a eu beaucoup de discussions sur les réseaux sociaux et dans le paddock sur ton possible départ de Yamaha et ton arrivée chez Aprilia. Est-ce que tu as des choses à dire sur ces rumeurs ?

Évidemment que j'ai des choses à dire. J'ai vu un tweet d'un gars de DAZN qui se trompe totalement. Je ne sais pas quoi dire, sincèrement. Une chose est sûre, c'est qu'ici je ne peux pas être au meilleur niveau. Je dois trouver ma voie et parfois c'est difficile. Je dois trouver quelque chose qui me donnera l'opportunité de faire le maximum à chaque tour, sur chaque course, sur chaque piste.

Peux-tu confirmer que tu va rouler chez Yamaha l'an prochain ? Parce qu'on attend un communiqué de presse demain. Est-ce que des choses vont te concerner ?

La seule chose que je veux faire, c'est donner mon maximum. C'est tout.

Tu as dis que tu veux faire le maximum à chaque tour, sur chaque course, sur chaque piste. Est-ce que c'est possible là où tu es maintenant ?

Non, ce n'est pas possible parce qu'il y a beaucoup de problèmes dont je ne veux pas parler parce que je ne veux pas chercher des excuses. Fabio [Quartararo, vainqueur de la course] était très rapide aujourd'hui, c'est la seule chose que je voulais dire.

Je commence à sentir que quand j'arrive sur les courses, c'est un cauchemar. Je reçois les mêmes commentaires depuis trois ans. Je pourrais prendre des notes, ce sont exactement les mêmes commentaires trois années d'affilée.

Maverick Viñales

Tu as dit que les liens avec Aprilia sont faux, mais tu ne sembles pas heureux dans la situation actuelle. En 2019, Johann Zarco a rompu son contrat avec KTM plus tôt que prévu et depuis les choses se passent bien. Quitter Yamaha pourrait-il t'aider à te relancer ?

Je pense que c'est dur de trouver le positif dans une telle situation. Je commence à sentir que quand j'arrive sur les courses, c'est un cauchemar. Je reçois les mêmes commentaires depuis trois ans. Je pourrais prendre des notes, ce sont exactement les mêmes commentaires trois années d'affilée. Comme je l'ai dit, je veux juste donner le maximum, venir sur les courses en me battant vraiment et donner tout ce que j'ai. C'est difficile maintenant. En arrivant sur les courses, je me demande quel problème que je vais avoir. Je veux venir ici, donner le maximum. Zarco l'a fait mais je ne ferai pas comme un autre pilote, je veux juste suivre mes sensations. Au Sachsenring, je voulais rentrer chez moi le vendredi. C'était un week-end désespéré. J'ai tout expliqué mais on n'a pas réussi à progresser. Ici, grâce à Dieu, j'avais du grip, la piste est bonne, elle convient un peu mieux à la moto mais j'étais loin de mon plein potentiel. Je veux exploiter mon plein potentiel.

Quel est le pourcentage de chances de te voir chez Yamaha en 2022 ?

C'est très dur. Je ne peux pas donner de réponse. La seule chose que je peux dire, c'est qu'ici je ne peux pas donner tout ce que j'ai. Je suis désespéré de tout donner parce que dans de nombreuses courses, c'est là, je le veux. À Assen j'ai réussi à donner un peu plus et à Spielberg on essaiera de trouver comment donner encore plus.

Yamaha Japon t'apprécie beaucoup, est-ce que tu as reçu un message de soutien de leur part ?

Non, je n'en ai pas reçu, mais j'ai une très bonne relation avec Yamaha Japon. Je pense qu'ils sont fantastiques, le Président et toutes les personnes impliquées. Ils sont très enthousiastes. Quand j'ai signé à nouveau en 2020, je me disais 'Quoi ?' parce que je ne pouvais pas donner le maximum, mais ils m'ont prolongé pour deux années de plus. Maintenant, je ne sais pas pourquoi [ils l'ont fait].

Lire aussi :

Attends-tu une intervention de Yamaha Japon ?

Non, je n'attends rien de personne maintenant. J'attends juste des choses de ma part et je vais essayer. J'ai beaucoup de respect pour Yamaha et j'apprécie qu'ils m'aient consacré beaucoup de temps. C'est sûr qu'on a décroché de bons résultats. Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas pu être plus rapide et plus constant. Je pense juste à moi et la seule chose que je peux dire à Yamaha, c'est "Merci pour l'opportunité", ils ont toujours été fantastiques, ils ont toujours été agréables avec moi. C'est le plus important.

Es-tu plus déçu de l'aspect technique ou de l'aspect humain ?

Je suis plus déçu de l'aspect technique, évidemment. Pas l'aspect humain, parce qu'on s'entend bien. Ce n'est pas mauvais humainement, je n'ai rien à dire. Mais techniquement j'ai des choses à dire. Et j'avais des choses à dire les années précédentes : 2018 a été difficile aussi, en 2019, on a trouvé des solutions mais en 2020 on a changé beaucoup de choses, on a changé la moto et on a à nouveau perdu le fil. Humainement, je suis satisfait. J'apprécie beaucoup les personnes chez Yamaha et c'est ce qui compte. Mais comme je l'ai dit, l'Allemagne a été difficile. Ça a été dur d'encaisser ce résultat. Très dur.

partages
commentaires
Quartararo a pris les 25 points pour lesquels il était venu à Assen

Article précédent

Quartararo a pris les 25 points pour lesquels il était venu à Assen

Article suivant

Troisième au forceps, Mir s'excuse d'avoir dû faire des block-pass

Troisième au forceps, Mir s'excuse d'avoir dû faire des block-pass
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021