Un week-end prometteur gâché par "une petite erreur" pour Miller

L'Australien n'a pas pu capitaliser sur sa qualification en première ligne, renvoyé en queue de peloton dès le troisième tour après une petite chute lourde de conséquences sur sa course.

Un week-end prometteur gâché par "une petite erreur" pour Miller
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing

Son langage corporel ne mentait pas : Jack Miller était de toute évidence très motivé sur la grille de départ, alors qu'il s'était octroyé la deuxième place, entre Jorge Lorenzo et Maverick Viñales. Il s'agissait de sa deuxième qualification en première ligne, après sa fameuse pole position argentine en début de saison, et elle témoignait de son retour en forme.

S'il ne faisait pas partie des favoris cités par les top pilotes au soir des qualifications, l'Australien prouvait à ce stade du week-end qu'il avait repris une courbe ascendante et il avait bien l'intention d'aller au bout de sa démonstration en course. Las, ses espoirs se sont envolés prématurément, lorsqu'après avoir été dépossédé de la troisième place par Márquez, Miller est parti à la faute dans le troisième tour.

Lire aussi :

Le pilote Pramac a perdu l'avant dans le virage 14 de Misano et, s'il a réussi à repartir, c'était pour finalement se classer 18e. "Une petite erreur de ma part", admet-il. "Avec le réservoir plein, je perdais beaucoup à l'accélération dans la ligne droite de retour, à la sortie du virage 6, et j'essayais juste de rester au contact. Je suis entré dans le virage 14, précisément au point de corde. On avait un peu plus préchargé [la fourche] et abaissé l'avant, la hauteur de la moto était donc plus ou moins la même mais on écrasait trop le pneu avant, surtout avec le réservoir plein. Donc, oui, j'ai atteint le point de corde, j'ai perdu l'avant et je n'ai pas pu la retenir."

"Je suis vraiment déçu. Une petite erreur nous coûte un week-end génial", regrette Miller, qui a oscillé entre la deuxième et la sixième place des essais et qualifications, à la seule exception des EL2 où il regrettait d'avoir été gêné par Christophe Ponsson dans un tour rapide. "Ça a été un bon week-end, mis à part aujourd'hui [dimanche]", insiste-t-il. "Même si je suis tombé en course et si on n'a pas obtenu le résultat qu'on souhaitait, on a quand même affiché un bon rythme et on était rapides même après la chute."

Reparti en queue de peloton, le pilote australien a en effet grimpé dans la hiérarchie en se défaisant de Ponsson, Redding, Lüthi, Abraham et Syahrin, affichant en fin de course des chronos comparables à ceux de Rins et Viñales, tous deux classés dans le top 5. Trop tard cependant pour pouvoir entrer dans les points.

À quelle place pense-t-il qu'il aurait pu se classer sans cette chute ? "Quatrième, cinquième, sixième, je pense", juge-t-il. "Les trois devant avaient un sacré rythme. J'ai eu Marc [Márquez] devant moi pendant un tour et il ne gagnait pas vraiment sur moi. On était assez similaires, mais je pense que ça aurait été difficile de rester avec lui sur la distance de la course, même si mes pneus tenaient vraiment bien. Je pense que j'aurais pu rester avec Rins, Maverick [Viñales] – ce groupe-là."

Lire aussi :

Jack Miller souhaite malgré tout retenir les progrès accomplis et reprendre sur la même lancée la semaine prochaine, en Espagne.

"Il faut juste aller de l'avant et retenir le positif. J'ai relevé la moto, mon rythme était très bon, malgré un guidon tordu", souligne-t-il. "J'ai bouclé la distance de la course et je suis sûr qu'on avait du potentiel, mais on n'a juste pas pu réunir toutes les pièces du puzzle ce week-end. Place à la prochaine, Aragón devrait être une bonne manche. On a fait un test là-bas et on a été très bons."

"Je me sens déçu, disons que j'ai été lâché par moi-même", admet Jack Miller. "Je vais rentrer chez moi et revenir en force en Aragón. […] Certains de mes circuits préférés arrivent à présent – Aragón, la Thaïlande, le Japon, l'Australie. J'ai vraiment hâte d'y être !"

partages
commentaires
Canal+ devient diffuseur du MotoGP ; le GP de France gratuit sur C8
Article précédent

Canal+ devient diffuseur du MotoGP ; le GP de France gratuit sur C8

Article suivant

Gibernau ne finira pas la saison avec Pedrosa

Gibernau ne finira pas la saison avec Pedrosa
Charger les commentaires
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021