Pour Crutchlow, Avintia est "stupide" d'aligner Ponsson

Les pilotes du paddock MotoGP sont toujours au minimum mitigés quant à la présence en piste de Christophe Ponsson, qui remplace Tito Rabat au sein de l'équipe Avintia.

Pour Crutchlow, Avintia est "stupide" d'aligner Ponsson

Le pensionnaire de l'écurie Avintia a sans surprise terminé les deux séances au dernier rang de la hiérarchie, mais a sensiblement amélioré ses chronos du matin à l'après-midi. Initialement hors des 107% du meilleur temps (un minimum requis en qualifs pour prendre part à la course de dimanche), il est revenu dans cette zone lors de la deuxième séance de 45 minutes, en gagnant près de deux secondes au tour.

Pas de quoi empêcher certains pilotes de critiquer sa présence en piste, le plus véhément se trouvant être Jack Miller. Le pilote australien a été gêné par Ponsson dans la deuxième séance de la journée, au cours d'un tour rapide.

"J'ai fait un très bon tour jusqu'au dernier secteur, et j'ai rattrapé cette wild-card qui était à sept secondes (sic), et qui a détruit mon tour. Ce n'est pas normal. Des gars qui n'ont pas d'expérience arrivent directement sur un week-end de course, et surtout avec le format que nous avons, ça rend le tout difficile. Je l'ai rattrapé de loin, trois secondes dans le dernier secteur, je l'ai rattrapé dans le dernier virage, j'ai essayé de le dépasser par l'extérieur et je me suis fait mettre dans l'herbe."

Lire aussi :

Pour Andrea Dovizioso, la situation rencontrée ce vendredi n'a pas constitué une surprise. Ponsson n'a jamais piloté en week-end de Grands Prix, et les prototypes du MotoGP représentent une énorme différence par rapport aux machines dérivées de la série avec lesquelles il a l'habitude de courir.

"À mon avis, il s'est passé ce qui était prévisible. Quand on n'a pas d'expérience avec ce type de motos et de championnats, et surtout le MotoGP, ce qui s'est passé aujourd'hui est inévitable, je ne me serais pas attendu qu'il se passe quoi que soit de différent, parce que notre moto est trop différente des autres championnats. Tout est trop extrême. Ça n'est pas si difficile de gérer notre moto, c'est juste qu'elle est très différente et quand tu arrives dans un week-end en devant gérer une moto rigide, avec une position complètement différente, des pneus que tu n'as jamais utilisés, des freins en carbone, beaucoup d'électronique… Personne ne peut commencer, sans expérience, en étant proche de nous, c'est humain", explique le vice-Champion du monde 2017.

Le Britannique Cal Crutchlow rejette lui la faute à l'équipe Avintia, qui a fait le choix de mettre Christophe Ponsson en piste. Le pilote LCR Honda ne mâche pas ses mots à l'encontre de l'écurie qui aligne également Xavier Siméon...

"C'est bien de donner une opportunité à quelqu'un, mais quand on voit comment sa journée s'est déroulée, c'est assez dangereux pour lui d'être en piste avec nous. Il fait de son mieux, et il n'a pas besoin que les autres pilotes lui tapent dessus. Mais je vois que c'est vraiment difficile pour lui. On en parlera dans la Commission de sécurité, j'en suis sûr. Je ne le blâme pas, si on te donne l'opportunité de piloter la moto, tu le fais. Mais l'équipe est stupide. Ils se font passer pour encore plus idiots qu'ils ne le sont habituellement."

Jorge Lorenzo s'est également montré plein de compassion envers le pilote français. Mais le Majorquin rejoint nombre de ses collègues en estimant qu'il faudrait un changement de réglementation dans le monde du MotoGP, pour s'assurer que les pilotes arrivant dans la catégorie reine aient déjà fait leurs preuves auparavant.

"Nous devons y réfléchir, car ce n'est pas simple que de créer une Super Licence, et de faire des tests avant pour les pilotes sur ce type de motos. Car aujourd'hui, pour lui, il a dû vraiment être en difficulté pour tout comprendre : les pneus, les disques en carbone, la puissance, la catégorie en elle-même. C'est trop pour une wild-card, ou pour un remplaçant disons. Bien sûr, ce n'est pas de sa faute. Il devait essayer d'aller en MotoGP, car pour lui c'est une bonne expérience, et même cela peut l'aider à progresser dans sa carrière, mais les règles devraient être révisées."

Le principal intéressé reste lui positif, alors qu'il a dédié sa journée à la découverte du comportement d'une machine décidément difficile à dompter : "Ça va de mieux en mieux, à chaque tour que je fais, j'améliore, ce qui est normal, il me faut du temps, il faut que je fasse des tours pour m'améliorer tout simplement. C'est normal, quand on découvre une moto comme ça, il me faut du temps pour apprendre."

Avec Léna Buffa et Willy Zinck

partages
commentaires
Rossi : Encore beaucoup à faire pour viser une bonne course
Article précédent

Rossi : Encore beaucoup à faire pour viser une bonne course

Article suivant

Poncharal : Aucun sens de faire des tours à plus de 10s du rythme

Poncharal : Aucun sens de faire des tours à plus de 10s du rythme
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021