Mir retrouve des sensations, Rins perd les siennes

Les pilotes Suzuki ont vécu des qualifications bien différentes au GP d'Aragón. Joan Mir a senti de gros progrès tandis qu'Álex Rins a fait plusieurs erreurs au premier virage, ce qui le contraindra à un départ en fond de grille.

Mir retrouve des sensations, Rins perd les siennes

Joan Mir n'a pas atteint les deux premières lignes en qualifications mais il reste satisfait de sa septième place. En délicatesse à Silverstone et encore mécontent de sa machine dans les phases de freinage à l'issue des premiers essais sur le MotorLand Aragón, le Champion du monde 2020 a repris confiance samedi, même s'il estime qu'un meilleur résultat était possible avec un choix de pneu différent à l'avant de sa Suzuki.

"Dans l'ensemble, je suis très content de cette journée", déclare Mir. "J'ai eu de très bonnes sensations qui me faisaient défaut, pas depuis longtemps, mais j'ai retrouvé les sensations dont j'avais besoin. On a fait de gros progrès entre [vendredi] et les EL3. J'ai vu que la moto fonctionnait beaucoup mieux et j'ai pu être immédiatement rapide et faire de bons chronos. J'ai pu faire un 1'46 sans grande difficulté dans la matinée."

"En qualifications, avec des températures plus élevées, on devait choisir entre le medium et le dur à l'avant, et on a probablement fait une erreur en choisissant le medium. Mais ça nous permettra d'apprendre, il valait mieux d'utiliser un composé plus dur. Mais quoi qu'il en soit, je suis content du rythme donc on verra."

Les progrès auxquels Mir fait référence concernent surtout le feeling avec l'avant de sa machine, un point faible depuis la pause estivale : "J'ai retrouvé de bonnes sensations sur l'avant. J'avais de gros problèmes avec l'avant à Silverstone, beaucoup de problèmes [vendredi] et en Autriche aussi".

Lire aussi :

Le pilote Suzuki est particulièrement sensible au comportement de sa machine en entrée de virage et il a besoin d'être en confiance pour pouvoir se montrer agressif et gérer la dégradation de sa gomme arrière : "Pour préserver l'arrière, il faut quelque chose en plus. Maintenant, pour être performant et jouer les victoires, le niveau des machines a tellement progressé qu'il faut un petit plus, prendre plus de risques, être plus rapide. Et pour être plus rapide, j'ai besoin d'une meilleure sensation sur l'avant".

"Je suis très sensible à tous les mouvements que la moto peut avoir, tous les blocages que l'on peut avoir sur la roue avant. C'est pour ça que je ne fais pas partie des pilotes qui tombent le plus. Je suis très sensible et j'ai besoin de bonnes sensations pour travailler. J'ai besoin de ça pour tirer le maximum de la moto. L'une des principales qualités de notre moto est la vitesse en entrée, pour aborder les virages sur les freins. Si on perd ces sensations ou qu'on ne les améliore pas, ça ne sera plus un point fort de la moto [...] par rapport aux autres. Donc on doit travailler sur ça."

Mir a pu faire ces progrès sans toucher à l'équilibre de sa moto : "On connaît un peu la limite de la moto quelles que soient les conditions. On n'a pas cherché à trouver plus de grip parce que parfois ça peut solliciter encore plus l'avant. On a plus tenté de travailler sur l'électronique".

Après les premiers essais, Joan Mir reconnaissait que le holeshot device apparu à l'arrière de sa machine en Autriche posait problème dans les zones de freinage. Très satisfait du variateur de hauteur au Red Bull Ring, il ne l'a pas utilisé à Silverstone et il l'a retiré pour la journée de samedi, estimant qu'il devait encore être amélioré pour apporter un bénéfice quelles que soient les conditions.

"Retirer le device n'est pas une solution, mais on voit qu'en ce moment, le système ne donne pas les meilleures performances donc il faut beaucoup l'améliorer si nous voulons l'utiliser en permanence. Quand on ne l'a pas, on ne sent pas sa présence sur la moto, et c'est le plus important. On sent une différence à ce stade, c'est très dur de freiner avec le device. Ça dégrade la situation, ce n'est pas parfait."

"J'espère sincèrement qu'on aura une nouvelle version rapidement parce qu'on en a besoin. Je suis probablement le seul pilote de la grille qui n'utilise pas le dispositif et c'est du temps que je perds pour rien. Donc j'espère avoir rapidement le device."

Rins piégé plusieurs fois au premier virage

Si Joan Mir sent des progrès, Álex Rins a de son côté vécu l'une des plus mauvaises séances de qualifications de sa carrière. Contraint de passer par la Q1, il n'en est pas sorti et devra se contenter d'une modeste 20e place sur la grille, après avoir été en grande difficulté au premier virage.

"Sincèrement, je ne sais pas ce qu'il s'est passé", a reconnu celui qui s'est imposé sur ce circuit l'an dernier et qui reste sur un podium à Silverstone. "C'était très dur de rester sur la trajectoire. On perdait tout au premier virage. J'essayais de freiner fort et je n'arrivais pas à bien freiner, je ne débutais pas bien le virage. Quand on sort large du premier virage, on est assez lent dans les virages 2, 3 et 4."

"Dans les quatre ou cinq tours que j'ai faits en Q1, je passais vraiment à l'extérieur au premier virage", a ajouté Rins. "C'était le problème, j'essayais de freiner un peu trop fort mais je n'arrivais pas à bien ralentir la moto. J'ai comparé mes données avec celles de Joan, et jusqu'au virage 5, il me met cinq ou six dixièmes. Dans les troisième et quatrième secteurs, on est au même niveau."

Les pilotes devraient majoritairement opter pour un pneu tendre à l'avant et un dur à l'arrière dans l'après-midi. Rins envisage de prendre deux pneus tendres pour favoriser une remontée mais il a conscience qu'un pilotage trop agressif pourrait compliquer sa fin de course : "On a fini les EL4 avec un tendre qui avait 21 tours et on roulait en 1'49"1. Ce n'est pas mauvais. Mais il faudra doubler beaucoup de pilotes et peut-être qu'en choisissant le tendre, je le détruirai en essayant de doubler des pilotes".

Contrairement à Mir, Rins a néanmoins prévu de disputer le Grand Prix avec le holeshot device : "On voit dans les données que je peux garder plus de vitesse que quand je ne l'ai pas, donc je pense qu'on va l'utiliser demain".

Lire aussi :

Avec Angus Martin

partages
commentaires

Voir aussi :

Warm-up - Pecco Bagnaia confirme, Fabio Quartararo discret

Article précédent

Warm-up - Pecco Bagnaia confirme, Fabio Quartararo discret

Article suivant

Aleix Espargaró vise un nouveau podium depuis la deuxième ligne

Aleix Espargaró vise un nouveau podium depuis la deuxième ligne
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021