Morbidelli : "Le chapitre est clos" après la pénalité de Zarco

Johann Zarco pénalisé après leur accrochage au Grand Prix d'Autriche, Franco Morbidelli est passé à autre chose et s'est efforcé aujourd'hui de reprendre ses marques en piste.

Morbidelli : "Le chapitre est clos" après la pénalité de Zarco
Charger le lecteur audio

Sorti miraculeusement indemne d'un accident effrayant dimanche, Franco Morbidelli a repris le guidon ce vendredi avec la particularité de devoir affronter un autre Grand Prix sur le même circuit. Les quelques retouches apportées aux protections du virage 3 ne changent pas grand-chose aux frissons qu'il serait bien légitime de ressentir en y repassant pour la première fois, mais le pilote italien assure pourtant ne pas craindre particulièrement cette portion du Red Bull Ring.

"Ça a été une bonne journée. Il fallait qu'on voie si je me sentais bien sur la moto et oui, je me sens bien, je n'ai pas de problème majeur pour piloter la moto. Heureusement, cette piste n'est pas trop exigeante d'une manière générale, juste sur les freinages et je me sens plutôt bien sur ce point", explique le pilote Petronas.

"J'ai essayé d'aborder le virage 2 directement à fond et ça n'a heureusement pas été un trop gros choc, d'autant que je ne suis pas tombé parce que j'avais commis une erreur mais à cause d'un autre pilote", souligne-t-il.

Lire aussi :

Morbidelli concède toutefois que son retour doit se faire par paliers, et l'idée de passer cette même portion entouré de pilotes pouvant le dépasser lui fait penser que ses sensations seront alors différentes. "Quand on passe à cet endroit en étant seul, c'est facile. Je pense que ce sera différent quand j'aurai des motos autour de moi parce qu'à ce moment-là le cerveau activera ses souvenirs et je n'ai clairement pas de bons souvenirs dans ce virage avec des pilotes autour de moi. Je ne sais pas comment je réagirai à ce moment-là, mais je vais essayer de faire quelques tours avec d'autres pilotes pour voir ce que ça me fait d'être proche de d'autres motos dans ce virage."

"Aucun ressentiment" à l'égard de Zarco

En quelques jours, Franco Morbidelli assure avoir évacué les sentiments négatifs qui ont pu s'emparer de lui à chaud, et qui l'avaient notamment mené à prononcer des accusations violentes à l'égard de Johann Zarco. Aussi refuse-t-il de porter le moindre jugement sur la nature de la sanction, à savoir un départ du Français depuis la pitlane dimanche. "Je m'en fiche", a-t-il assuré à ce sujet précis. L'important pour lui était que cette étape, qu'il jugeait nécessaire, soit passée.

"Je respecte la décision des commissaires. J'ai donné mon avis sur cet accident et mon avis est qu'il méritait une pénalité, mais je n'ai pas voix au chapitre quant au degré de pénalité. Ça revient aux commissaires et je suis d'accord avec leur décision", a fait savoir le pilote italien. Lui aussi très virulent dimanche, Valentino Rossi a également accueilli cette pénalité sans souhaiter s'exprimer en longueur, se contentant de déclarer : "Le panel de commissaires a décidé de la pénalité, c'est leur décision. Partir de la pitlane fait perdre beaucoup de temps en course, alors ils ont fait quelque chose."

Visiblement apaisé, Morbidelli assure avoir tourné la page : "Pour moi l'accident est passé. Du moment où j'ai donné mon opinion sur l'accident, le chapitre de cette histoire s'est refermé pour moi, et c'est pour le panel de commissaires qu'il s'est ouvert. C'est leur job d'analyser les actions de la course et de donner des sanctions ou de ne pas le faire. Notre job est de piloter et de leur fournir les opinions les plus détaillées possibles."

Lire aussi :

"Je n'ai besoin d'aucun type de revanche sur Johann, contrairement à ce que certains pensent. Je n'ai que de l'amitié pour Johann, je le connais depuis qu'on est gamins. On a couru ensemble en pocket bike. Je n'ai aucun ressentiment contre lui. J'ai juste donné mon avis sur l'accident et mon avis est qu'il devait être pénalisé car il a fait une erreur. Bien sûr, j'ai tenu des propos forts après la course parce que j'étais à chaud et que je risque ma vie à 300 km/h, mais je suis revenu là-dessus et j'ai dit que je n'avais que de l'amitié pour Johann. Pour moi, le chapitre est clos et je continue à faire mon job, qui est de piloter au mieux et de faire ce que j'aime."

partages
commentaires
Quartararo dans l'incompréhension : "je me sens très mal sur la moto"
Article précédent

Quartararo dans l'incompréhension : "je me sens très mal sur la moto"

Article suivant

Dovizioso mise sur les mêmes candidats à la victoire en Autriche

Dovizioso mise sur les mêmes candidats à la victoire en Autriche
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021