Usé par les difficultés de Honda, Nakagami s'interroge sur son avenir

Pour Takaaki Nakagami, les pilotes Honda attaquent "comme des fous" mais ne sont jamais récompensés. Face à cette situation de plus en plus difficile à vivre, le représentant LCR n'a pas encore pris de décision sur la suite qu'il veut donner à sa carrière.

Takaaki Nakagami, Team LCR Honda

Les difficulté de Honda ont usé et épuisé les pilotes ces dernières années. Pol Espargaró a vécu deux saisons difficiles au sein de l'équipe officielle avant de retourner dans le giron de KTM. Marc Márquez, qui a incarné la marque pendant 11 ans et a décroché ses six titres avec elle, a claqué la porte un an plus tard et s'est relancé avec Ducati, dont il rejoindra le team d'usine en 2025.

"La réalité, c'est que personne ne quitte Honda dans une meilleure forme qu'en arrivant", a résumé son ancien coéquipier Joan Mir, dont l'avenir avec la marque s'inscrit en pointillé, tant la situation actuelle est difficile à vivre. Quant à Takaaki Nakagami, arrivé en 2018, il reconnaît avoir également des difficultés à accepter les contre-performances qui s'enchaînent.

Lire aussi :

Auteur d'une pole et passé plusieurs fois près du podium en 2020, le pilote LCR figure désormais constamment parmi les dernières positions. Interrogé sur les solutions pouvant le garder motivé, il n'a pas caché se trouver dans une certaine impasse. "Je ne sais pas", a répondu Nakagami, voyant constamment ses efforts rester sans récompense : "Je me suis posé la question mais je ne sais pas comment je peux continuer à attaquer."

"C'est vraiment décevant. On attaque comme des fous mais les résultats sont toujours 20e, 21e, 19e... On se bat pour les dernières places et ce n'est évidemment pas une bonne situation pour Honda, pour les pilotes Honda. On attaque en piste mais les chronos ne correspondent pas. On fait des choses folles sur la moto mais ce n'est jamais payant, donc c'est très difficile."

Après sept courses cette saison, Nakagami n'a inscrit que huit points, loin des 26 qu'il totalisait au même stade en 2023, dans une campagne pourtant déjà décevante : "L'an dernier, c'était l'année la plus difficile mais si je regarde les résultats, c'est encore pire cette année. Pas seulement pour moi, pour les quatre pilotes Honda. On se bat... Ou plutôt, on ne se bat pas, mais on s'affronte entre nous en fond de classement."

Takaaki Nakagami, Team LCR Honda

Takaaki Nakagami

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"C'est vraiment difficile. Tous les week-ends, on n'a pas la sensation que l'on pourra finir dans le top 10 ou faire quelque chose, pas du tout. On croise les doigts pour finir dans les points, juste pour un point. Ce sont les résultats et il faut les prendre mais [au Mugello], il n'y a pas eu beaucoup de chutes et la réalité n'a pas changé."

Aucune certitude pour 2025

Des progrès à court terme semblent difficiles, cependant le règlement 2027 pourrait changer la donne, avec une génération de motos totalement nouvelle. "Je l'espère ! Honda est une grosse entreprise", a rappelé un Nakagami qui n'est néanmoins pas prêt à attendre si longtemps : "J'attends une moto performante le plus vite possible."

"Je n'ai pas 20 ans, j'ai déjà 32 ans, et je ne peux pas attendre quelques années de plus. Si la semaine prochaine, ou ce week-end, je vois des progrès clairs, je les prendrai. [Au GP d'Italie], j'étais devant les autres Honda et je ne doute pas de moi, je suis toujours rapide. La réalité est que je donne tout mais dans les résultats, on a beaucoup de mal."

La situation actuelle de Honda est si difficile que Takaaki Nakagami s'interroge sur son avenir, qui ne semble pourtant passer que par cette marque, sa place chez LCR étant réservée à un pilote japonais en raison du soutien financier du pétrolier Idemistu. Fin 2022, elle avait été très menacée par son compatriote Ai Ogura, qui avait finalement préféré rester en Moto2 et y avait vécu une campagne difficile. Pour le moment, tout reste ouvert pour 2025 et Nakagami ignore s'il pilotera encore la Honda dans quelques mois.

"Je ne sais pas. Sincèrement, je n'en ai pas encore discuté avec le HRC. Je n'ai pas encore pris de décision, je ne suis pas certain. Je ne sais pas encore. Après Assen ou le Sachsenring, je commencerai peut-être à y réfléchir plus. Pour le moment, je n'ai vraiment aucune idée donc je n'ai pas discuté avec le HRC. D'abord, il faudra avoir quelques discussions pour l'avenir. Après, on verra."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent "Triste" pour Miller, le patron de KTM veut l'aider à trouver un guidon
Article suivant KTM veut être à la hauteur de ses pilotes et viser le titre

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France