Impressionnant à Brno, Oliveira regrette une chute en essais libres

Particulièrement performant au Grand Prix de République Tchèque, Miguel Oliveira a signé le meilleur résultat de sa jeune carrière en MotoGP en se classant sixième, mais pense qu'il aurait pu faire mieux avec une qualification réussie.

Impressionnant à Brno, Oliveira regrette une chute en essais libres

Profitant lui aussi de la bonne forme de la KTM RC16 à Brno, Miguel Oliveira a signé son meilleur résultat en MotoGP au Grand Prix de République Tchèque avec la sixième place à l'arrivée. S'il avait de quoi être satisfait d'un tel accomplissement, il ne pouvait s'empêcher de ressasser une erreur en essais libres le samedi matin qui, selon lui, lui a coûté l'accès à la Q2 et une position de départ proche de Pol Espargaró et Brad Binder, vainqueur dimanche à Brno.

"Je m'attendais à une bonne course. Je suis heureux du résultat, mais j'ai le sentiment qu'avec une meilleure position de départ, le résultat aurait pu être complètement différent", analysait le pilote Tech3 après l'arrivée. "Et je dirais que c'est le seul point négatif au sujet de ce week-end, la chute en Essais Libres 3 m'a coûté une place en Q2, et il n'y a rien d'autre à dire."

Lire aussi :

Seulement 14e dans les trois premiers tours, Oliveira n'a pas tardé à afficher son potentiel et il a entamé une rapide remontée dans le peloton. Après s'être défait des deux Ducati officielles, très à la peine, puis de Nakagami, Viñales et Aleix Espargaró, il a rejoint le binôme Rossi-Rins et a fini par avaler un Quartararo impuissant pour s'adjuger la sixième place finale. Le tout avec le septième meilleur temps de la course, mais surtout en étant souvent dans les mêmes chronos que Binder, voir l'homme le plus rapide en piste sur certains tours.

"[J'ai] débuté la course en 13e position, j'ai dépassé des gars mais c'est difficile de remonter si vite. Après les sept premiers tours, on perd le potentiel des pneus. Je pouvais malgré tout avoir un meilleur rythme, le mien était similaire à Brad après le septième tour, et c'est la raison pour laquelle je suis satisfait. C'est un résultat qui nous apporte la motivation d'aller sur un circuit [le Red Bull Ring, ndlr] où je m'attends à être performant lors des deux prochaines semaines."

Il expliquait sa déception samedi, après les qualifications, en imaginant ce dont il aurait été capable sans sa chute le matin : "Si j'avais fini ce tour, j'aurais facilement été dans le top 10. C'est ce qui m'a le plus frustré. Quand on a un fort potentiel pour être rapide et que l'on va finalement en Q1, c'est difficile. J'ai fait un bon deuxième run en pneus soft, mais ce n'était pas assez. J'étais plus rapide que beaucoup de gars l'ont été en Q2 et je pense que j'aurais pu être septième ou huitième. C'était notre objectif et ça correspondait à notre potentiel."

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3

En s'élançant de cette place sur la grille, il aurait fort logiquement pu rouler dans le rythme de Binder, et viser au minimum le podium. Malgré la frustration d'avoir évolué en retrait des autres pilotes de la marque autrichienne, il y a quand même du positif à tirer du week-end de Brno, que ce soit pour lui à titre personnel, ou plus globalement pour KTM, qui a roulé aux avant-postes lors de la course.

"Il est difficile de dire ce qui a fait la différence, notre moto était performante, mais c'était le cas lors de la course précédente. À Jerez, nous étions tous les trois très rapides − Iker [Lecuona] aussi mais il est un peu derrière nous. Je pense que la moto est bien meilleure, comme je l'ai dit il y a longtemps, et nous avons de meilleures chances d'être performants en course."

Lire aussi :

"Ici, avec peu de grip, on avait un avantage qui était de pouvoir freiner très fort, passer peu de temps sur l'angle, et éviter de trop solliciter les pneus. C'était un point fort pour nous et quand on comprend comment piloter comme ça, tout est facile. La victoire était inattendue mais Brad était là et il a saisi l'opportunité, je pense qu'il a fait du bon travail, il a montré le potentiel de la moto et dans le même temps, en remontant de l'arrière, j'ai aussi montré de la vitesse. "

Interrogé sur la jalousie qu'il aurait pu ressentir à voir une machine similaire à la sienne triompher, le Portugais se veut philosophe et rend à Binder ce qui lui appartient : "Je suis heureux pour Brad, je ne sais pas ce que j'aurais pu attendre de plus pour ma part en course. Ce qui m'a coûté la victoire, c'est ma qualification. Je ne suis pas jaloux de Brad, il a fait du bon travail, il le mérite. Il a grandement confiance dans le train avant, ce qui est surprenant, il pilote très bien et il n'y a rien à dire. Je pense avoir fait ma meilleure course en MotoGP, et quand vous faites de votre mieux mais qu'un autre gagne, il n'y a rien à demander de plus."

partages
commentaires
Portimão, une piste technique, "difficile à apprendre"

Article précédent

Portimão, une piste technique, "difficile à apprendre"

Article suivant

Morbidelli : "Rossi a cru en moi quand je n'étais personne"

Morbidelli : "Rossi a cru en moi quand je n'étais personne"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021