MotoGP
26 mars
EL1 dans
24 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
31 jours
16 avr.
Prochain événement dans
45 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
58 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
86 jours
03 juin
Prochain événement dans
93 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
107 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
114 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
128 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
163 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
177 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
191 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
198 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
212 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
219 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
233 jours
28 oct.
Prochain événement dans
240 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
254 jours

Les pilotes Yamaha craignent Portimão plus que Losail

Concentrer l'intégralité des essais de pré-saison puis les deux premiers Grands Prix sur un même circuit permettra d'affiner les réglages des motos au maximum, mais le revers de la médaille sera que le Grand Prix du Portugal représentera ensuite un saut dans l'inconnu.

partages
commentaires
Les pilotes Yamaha craignent Portimão plus que Losail

Le format atypique du début de saison fait naître quelques craintes chez de nombreux acteurs du championnat. Les rookies, notamment, s'inquiètent de n'avoir qu'un seul type de circuit à leur agenda pour découvrir le pilotage d'une MotoGP, mais même les pilotes les plus confirmés y voient un challenge à ne pas sous-estimer.

L'intersaison 2020-2021 cumule en effet plusieurs changements, à commencer par la suppression des traditionnels tests de Valence au mois de novembre, qu'il avait été décidé de rayer du programme avant l'apparition du nouveau coronavirus. La pandémie de COVID-19 s'est ensuite chargée de chambouler le reste des plans, puisque les tests de Jerez, toujours prévus en novembre, puis ceux de Sepang en février ont été annulés à leur tour. Conséquence : l'intégralité des essais de pré-saison se tiendra à Losail au mois de mars, et le paddock y restera au total un mois puisque deux premiers Grands Prix y sont également calés dans la foulée.

Cette concentration des roulages au Qatar inquiète quelque peu Fabio Quartararo concernant l'évaluation des nouveautés apportées à la M1 et la préparation des courses. Le Français craint notamment le troisième rendez-vous de la saison, prévu cette fois à Portimão, piste qui lui avait valu bien des difficultés lors de la première édition du Grand Prix du Portugal, en novembre.

"Pour moi, le moment difficile ce ne seront pas les tests ou les deux premières courses. Le moment vraiment difficile, cela va être quand on va arriver à Portimão", explique-t-il au site officiel du MotoGP. "Comment sera la moto ? C'est une piste complètement différente du Qatar, [et seulement] la deuxième piste sur laquelle on essaiera la nouvelle moto. Je croise les doigts pour que la moto soit rapide à Portimão."

Lire aussi :

"Ça va être un peu spécial parce qu'on a tellement de choses à essayer que c'est toujours mieux de le faire sur deux circuits qu'un seul. On va faire cinq jours au Qatar, deux Grands Prix d'affilée, ça fait 11 jours de roulage sur le même circuit. Je pense qu'on pourra le faire les yeux fermés !" sourit le Français.

"C'est sûr qu'on va donc trouver de très bons réglages sur la moto [pour Losail], mais ce qui me fait un petit peu peur, c'est qu'on va arriver à Portimão, un circuit sur lequel l'année dernière c'était une catastrophe, avec une moto avec laquelle on n'aura roulé qu'au Qatar, dans des conditions assez différentes. Sans dire que ce sera au petit bonheur la chance, ça va être difficile de s'adapter super vite dès les premiers tours. Le challenge va donc surtout être là, plus que lors des deux premières courses au Qatar."

Attention à ne pas "se perdre" dans les tests

Son coéquipier, Maverick Viñales, attendra lui aussi le début de la saison européenne pour se faire une idée plus précise des forces en présence et de son propre potentiel avec la M1. L'Espagnol estime en effet que ce mois passé sur le circuit de Losail donnera à chaque pilote le temps nécessaire pour découvrir comment exploiter sa moto de la meilleure façon possible sur cette piste, empêchant ainsi de voir une hiérarchie représentative se dessiner.

"Je ne suis pas trop inquiet pour le Qatar. On sait que c'est une bonne piste, on peut y être bons, mais beaucoup de pilotes peuvent être bons au Qatar. Il y aura cinq jours de tests et deux courses, donc les résultats peuvent être fous. Ce sera imprévisible parce qu'on pourra faire beaucoup de tours, tous les pilotes auront de bons réglages et toutes les motos fonctionneront bien", pressent-il, lui-même vainqueur du Grand Prix du Qatar en 2017.

"Je pense plus aux courses suivantes", poursuit Viñales, "[car] ensuite, on ira à Portimão, qui a été difficile [pour Yamaha] l'an dernier, mais Morbidelli y a fait une bonne course. Donc il ne faut pas se concentrer sur le Qatar, il faut se concentrer plus sur l'avenir, surtout sur les pistes où nous sommes en difficulté. Nous voulons nous battre pour faire partie des leaders en fin d'année, et nous devons être très bons sur les pistes où nous sommes [habituellement] en difficulté. Au Qatar, nous devons faire des essais en pensant aux autres pistes, donc on verra."

Lire aussi :

Yamaha n'a pas encore fait le moindre test cette année, contrairement à la majorité des autres marques, qui ont mis à profit leurs essayeurs. Les pilotes se sont ainsi vu promettre d'avoir énormément de pièces à passer en revue pendant les tests organisés à Losail, mais Viñales espère surtout que le constructeur ne se perdra pas dans des essais trop ambitieux pour apporter des réponses suffisamment précises.

"On va essayer de bien travailler au Qatar. La seule chose, c'est qu'on ne fait des tests que sur une piste. C'est dur de tester toutes les pièces sur une seule piste, et en seulement cinq jours. On verra ce qui sera possible. Il nous faut un bon programme et il ne faut pas se perdre en voulant tester trop de choses, sans comprendre ce qui fonctionne ou pas. On verra. Au Qatar, ce sont les tours en milieu de journée qui comptent le plus. On essaiera d'être les premiers en piste et les derniers à rouler."

Bagnaia "chanceux" de pouvoir s'appuyer sur l'expérience de Miller

Article précédent

Bagnaia "chanceux" de pouvoir s'appuyer sur l'expérience de Miller

Article suivant

Álex Márquez a dû demander à Marc d'arrêter de le conseiller

Álex Márquez a dû demander à Marc d'arrêter de le conseiller
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Lieu Portimão
Pilotes Maverick Viñales , Fabio Quartararo
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020