Razlan Razali s'excuse publiquement auprès de Petronas

Après avoir exprimé sa surprise au sujet du retrait de Petronas, Razlan Razali tient à présent à apaiser ses relations avec le pétroler et avec le circuit de Sepang en s'excusant pour les propos qu'il a pu tenir.

Razlan Razali s'excuse publiquement auprès de Petronas

Razlan Razali, patron de l'équipe SRT et désormais du team RNF qui prend sa suite, s'est publiquement excusé auprès de Petronas pour des commentaires qu'il a tenus après la fin de leur relation. Celle-ci a été confirmée pendant l'été, lorsque Petronas s'est désengagé de l'équipe MotoGP après trois ans de partenariat, le contexte économique poussant l'entreprise pétrolière à recentrer ses activités sportives.

Il a toutefois été suggéré que la gestion de Razlan Razali pouvait également être en cause, et le patron malaisien s'était lui-même livré à des commentaires auprès du site allemand Speedweek qu'il dit regretter à présent.

"Je regrette sincèrement la façon dont les articles ont été écrits et l'impact qu'ils ont eu", dit-il. "Il n'a jamais été dans mon intention de créer la moindre friction entre moi et les parties concernées. Ainsi, je m'excuse si les parties mentionnées par ces journalistes se sentent offensées de quelque manière que ce soit."

En octobre, Razlan Razali a indiqué que le retrait de Petronas avait été pour lui "une vraie surprise", lui faisant l'effet "d'une bombe". Il a également expliqué avoir reçu en juin une offre de prolongation de contrat au rabais, à laquelle il a répondu en demandant une réévaluation à la hausse du budget. "Avec le recul, j'aurais dû accepter cette offre dès juin", avait-il déclaré à Speedweek, expliquant qu'une date limite pour discuter de la situation avait été fixée à fin juillet, échéance à laquelle Petronas lui a finalement annoncé son retrait sans prolonger la discussion.

Aujourd'hui, Razlan Razali souhaite apaiser la situation. "Nous avons mutuellement convenu que le partenariat a atteint son but et ses objectifs et, compte tenu de la situation économique mondiale due à la pandémie, je respecte la décision prise par le partenaire titre de ne pas continuer avec l'équipe", déclare-t-il. "L'équipe, avec son partenaire titre, a réalisé énormément de choses au cours de nos trois années de collaboration et je remercie notre partenaire pour son engagement et son soutien, alors que nous avons terminé sur une note positive lors de la dernière course à Valence."

Dans l'interview du mois d'octobre, Razlan Razali, également ancien PDG du circuit de Sepang, avait mis en évidence ses mauvaises relations avec la directrice de la communication stratégique de Petronas, Anita Azrina Abdul Aziz. Expliquant leurs divergences, il s'était interrogé sur le fait que le retour de cette personne à ce poste après deux ans d'absence et la fin de son partenariat avec Petronas aient coïncidé.

Son remplaçant à la tête du circuit de Sepang, Azhan Shafriman Hanif, se dissocie aujourd'hui de ces suppositions. "Ces articles n'expriment pas les points de vue ou opinions du Sepang International Circuit en tant que propriétaire de l'équipe, et ne sont ni partagées ni soutenues ni approuvées en aucune façon", déclare-t-il. "Nous respectons la décision de Petronas de mettre fin au partenariat, nous maintenons fermement que la séparation était mutuelle et, plus important, qu'elle a été convenue à l'amiable. Nous tenons à remercier Petronas pour son soutien continu tout au long de ce partenariat."

Après une année mouvementée, Razlan Razali sera en 2021 à la tête du team RNF, qui se basera en grande partie sur l'ancienne équipe SRT mais avec de nouveaux partenaires et un management réduit. Yamaha s'est engagé pour une saison afin que la structure reste son team satellite, avec pour pilotes Andrea Dovizioso et le rookie Darryn Binder.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Andrea Dovizioso n'a pas d'autre objectif que le titre
Article précédent

Andrea Dovizioso n'a pas d'autre objectif que le titre

Article suivant

Joan Mir regrette que son titre avec Suzuki n'ait pas été assez valorisé

Joan Mir regrette que son titre avec Suzuki n'ait pas été assez valorisé
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021