Statistiques

Seulement 15% des chutes ont lieu pendant les courses sprint

Les courses sprint sont souvent jugées dangereuses mais n'ont représenté que 15% des chutes depuis le début de la saison. Les pilotes sont en revanche plus souvent à terre que les dernières années, ce qui a mené à de nombreuses blessures.

La chute de Franco Morbidelli, Yamaha Factory Racing

Les huit premiers Grand Prix de la saison ont été marqués par un nombre de chutes très élevé. On en compte 166, soit 26 de plus qu'au même stade en 2022 et presque deux fois plus qu'en 2020, quand les huit premiers week-ends de l'année n'avaient vu les pilotes tomber "que" 85 fois. Ces chutes ont entraîné des blessures pour Pol Espargaró, Enea Bastianini, Miguel Oliveira, Marc Márquez, Joan Mir et Álex Rins. Oliveira, Márquez et Mir ont même chacun eu des forfaits provoqués par deux chutes distinctes.

On pourrait croire que le nombre accru de chutes est le fruit de l'arrivée des courses sprint, où les pilotes ont peu de tours pour faire la différence, les obligeant à prendre des risques accrus. Pourtant, les chutes en courses sprint ne représentant que 15% du total, 25 sur 166. On compte 40 chutes (24%) dans les courses principales, qui sont deux fois plus longues, et seulement 16 (moins de 10%) en Q2, moment où les pilotes cherchent la performance ultime. La majorité des chutes (51,4%) sont donc survenues pendant les séances d'essais et le warm-up.

Les chutes en Q2, course sprint et course :

Grand Prix

Q2

Sprint

Course

Total

16

25

40

Portugal Portugal

2

4

5

Argentina Argentine

0

2

2

United States Amériques

5

3

9

Spain Espagne

0

8

6

France France

1

4

8

Italy Italie

2

2

3

Germany Allemagne

4

1

1

Netherlands Pays-Bas

2

1

6

La théorie selon laquelle les courses sprint augmenteraient les risques ne semble donc pas validée, même si Bastianini, Mir et Rins se sont blessés dans cet exercice. La moyenne des chutes par week-end de compétition est en revanche plus élevée cette année, et ne cesse de grimper depuis 2020.

Concernant le sprint, les pilotes semblent avoir eu besoin d'un certain temps pour moduler leur agressivité dans cette épreuve. Alors que l'on a compté 17 chutes dans les quatre premières courses sprint, dont huit uniquement à Jerez, il n'y en a eu que huit dans les quatre suivantes, et même une seule au Sachsenring et à Assen.

Il faut donc peut-être regarder ailleurs pour expliquer l'augmentation du nombre de chutes, comme les performances accrues des motos ou la compétitivité du plateau qui réduit les écarts entre les pilotes et peut contribuer à un plus grand nombre d'accrochages, un argument avancé par Pecco Bagnaia.

Lire aussi :

Chutes après les huit premiers GP de la saison :

Saison

Chutes (moyenne)

Pilote le plus souvent à terre

2017

131 (16,3 par GP)

Marc Márquez (13 chutes)

2018

136 (17 par GP)

Marc Márquez (10 chutes)

2019

113 (14,2 par GP)

Jack Miller (10 chutes)

2020

85 (10,6 par GP)

Aleix Espargaró et Pol Espargaró (8 chutes)

2021

127 (15,8 par GP)

Pol Espargaró (12 chutes)

2022

140 (17,5 par GP)

Enea Bastianini et Marco Bezzecchi (11 chutes)

2023

166 (20,7 par GP)

Marc Márquez (14 chutes)

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent La nouvelle règle sur le passage en Q2 en vigueur dès Silverstone !
Article suivant Pol Espargaró : "Je veux vraiment retrouver une vie normale"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France