MotoGP
26 mars
EL1 dans
25 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Zarco : "J'avais l'impression de perdre mon rêve"

Une année de montagnes russes s'achève pour Johann Zarco, bien décidé à rebondir avec Ducati après avoir vu sa carrière connaître "un coup de frein" chez KTM. Le Français, qui désormais s'assume pleinement, assure n'avoir aucun regret.

partages
commentaires
Zarco : "J'avais l'impression de perdre mon rêve"

À quelques mois de ses 30 ans, Johann Zarco a indéniablement passé un cap personnel cette année. Séparé depuis peu de son coach et manager de toujours, il s'est trouvé en première ligne pour gérer une saison particulièrement difficile, ne parvenant pas à maintenir chez KTM la progression amorcée au guidon de la Yamaha satellite les deux saisons précédentes. Après 11 courses, sa décision était prise : il fallait rompre cette union et tenter de prendre un nouveau départ, ailleurs.

"Cela a été une grande expérience, à la poursuite de ce qui reste mon objectif, devenir Champion du monde [en MotoGP]", observe le pilote français dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. "Cette année, l'avancée vers ce but a connu un coup de frein, mais il y a maintenant l'opportunité Ducati. J'étais un pilote rapide et je suis convaincu que j'étais bon aussi pour gagner en MotoGP. Cela a été une année difficile, il s'est passé beaucoup de choses, à commencer par la séparation avec mon manager. L'expérience de la KTM, si elle ne m'a pas fait devenir plus rapide, a plus fait de moi un homme."

Lire aussi :

Aujourd'hui, Johann Zarco a beau être attentif aux conseils qu'il reçoit, notamment de la part de Claude Michy ou de Carmelo Ezpeleta, il est celui qui a le dernier mot dans toute décision et il assume pleinement ses choix. "J'aurai bientôt 30 ans et je pense pouvoir parler seul. Je l'ai fait avec Honda et ensuite avec Ducati, et ils ont été heureux de se trouver directement face à moi, ce qui a tout de suite créé une situation claire", souligne-t-il.

Le Cannois assume non seulement ses choix, mais aussi ses éventuelles erreurs. Et après un retournement de situation aussi spectaculaire que celui qu'il a connu chez KTM, il est prompt à reconnaître sa part de responsabilité. "Peut-être que je n'ai pas bien géré ce défi et que j'ai fait des erreurs. Mais ce que je sais c'est qu'en 2017 et en 2018 j'avais un bon rythme et en 2020 j'aurai l'occasion de réessayer. Cette année, je suis passé de bagarres pour le podium à bagarres pour la 17e place. J'étais très en colère, j'avais l'impression de perdre mon rêve", décrit-il.

Pas question, donc, de nourrir de regrets. "Si j'avais ne serait-ce qu'une pensée quant au fait que j'aurais pu faire les choses différemment, cela signifierait que j'ai des regrets. Mais je n'en ai pas", assure-t-il. "Je n'ai plus dix ans devant moi, je ne suis pas Quartararo qui a 20 ans et qui aura d'autres occasions s'il ne réussit pas un défi. Il fallait une décision forte, à mon âge les gens ne te laissent pas beaucoup d'opportunités pour te racheter. Peut-être que j'aurais pu insister, mais je perdais du rythme, j'avais peur de tout gâcher."

Un départ dans la tristesse à Valence

Une fois cette décision majeure prise et officialisée, Johann Zarco se jetait dans le vide. Il restait trois mois avant la conclusion de la saison et aucune place n'était à pourvoir en MotoGP. Un poste de pilote d'essais chez Yamaha a suscité son intérêt, mais l'envie de courir devenue de plus en plus vivace une fois que KTM l'a concrètement remplacé lui a fait comprendre que ce n'était pas un destin pour lui.

"Avec Yamaha nous avions préparé un contrat pour 2020, mais ils ne pouvaient pas rien me promettre pour 2021. Et puis l'opportunité Honda est arrivée : il n'y avait rien, personne ne m'a promis la moto de Lorenzo, mais j'ai accepté, et les doutes que j'avais sur moi ont disparu dès que j'ai essayé la moto", raconte Zarco. Pourtant, là aussi, le choix était risqué et ne lui promettait aucun opportunité concrète sur le moyen terme. Aussi, une fois ses trois courses avec LCR bouclées, la perspective de ne pas pouvoir aller plus loin s'est-elle fait sentir, alors que la place abandonnée par Jorge Lorenzo était vite attribuée à Álex Márquez.

Lire aussi :

"La moto a un potentiel énorme. Sauf que trois week-ends de course, ça ne suffit pas. J'ai réussi à la mener un peu à la limite en Malaisie, mais pas à Valence : je me rends compte que je n'étais pas concentré à 100%. Avant le départ j'étais triste, j'avais compris que même si j'avais décroché le podium je ne serais pas resté. Cela pouvait être la dernière course de ma carrière."

C'est alors que les montagnes russes auxquelles Johann Zarco a été soumis lui ont réservé une nouvelle montée, avec cette fois une opportunité inespérée dans le giron Ducati. Le contact, établi grâce à Carmelo Ezpeleta, a fini par aboutir à un guidon au sein du team Avintia, où le Français prendra la place de Karel Abraham. En 12 mois, c'est la quatrième moto à laquelle il aura été lié, et cette fois le mauvais rêve semble bel et bien avoir pris fin.

Iannone se dit surpris et serein après son contrôle positif

Article précédent

Iannone se dit surpris et serein après son contrôle positif

Article suivant

Yamaha a proposé à Lorenzo d'être pilote d'essais

Yamaha a proposé à Lorenzo d'être pilote d'essais
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Johann Zarco
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020