Alonso : Vu les résultats d'Alpine, Szafnauer "devrait se taire"

Otmar Szafnauer a déclaré qu'il ne regrettait pas d'avoir laissé filer Fernando Alonso chez Aston Martin. L'Ibère lui conseille un peu plus d'humilité.

Esteban Ocon, Alpine F1 Team, Otmar Szafnauer, team principal, Alpine F1, et Fernando Alonso, Alpine F1 Team

La semaine dernière, Alpine a annoncé qu'Otmar Szafnauer allait quitter ses fonctions de directeur d'équipe au terme du Grand Prix de Belgique, après seulement 18 mois en poste. Cette période aura notamment été marquée par le fiasco du marché des transferts l'an dernier : Alpine avait trois pilotes pour deux baquets avec Esteban Ocon, Fernando Alonso et Oscar Piastri, et avait trouvé une solution : placer Piastri chez Williams tout en prolongeant Alonso d'un an.

Alonso, lui, voulait un accord à plus long terme et l'a obtenu chez Aston Martin ; en parallèle, il s'est avéré que Piastri n'avait pas de contrat valide avec Alpine, et le jeune loup a pris le large à destination de McLaren. La structure d'Enstone a dû se rabattre sur Pierre Gasly.

Peu avant son départ d'Alpine, Otmar Szafnauer a été le sujet d'un long entretien dans le podcast Beyond The Grid, et forcément, il a été interrogé sur ces événements et leurs conséquences chez Alpine à ce jour : l'expérience de Fernando Alonso, recordman du nombre de Grand Prix en Formule 1, manque-t-elle à Alpine ? L'Américain s'est montré sceptique compte tenu des plus de 240 courses disputées par Ocon et Gasly rassemblés, estimant que les bénéfices de l'expérience sont moindres au-delà.

"L'expérience compte beaucoup, c'est vrai", a-t-il répondu. "Cependant, à un certain point, on est à la limite et l'avantage devient réduit. Nos deux pilotes restent relativement jeunes, ils sont rapides, mais ils sont aussi expérimentés. Ils n'ont pas remporté de titres mondiaux, contrairement à Fernando, alors on peut dire 'Fernando, lui, sait comment gagner un titre mondial', mais nos gars ont gagné des courses. Ils sont rapides. Ils ont une bonne science de la course. Et je pense être satisfait de leur niveau d'expérience."

"[Alonso] était libre de tout contrat. Il était donc libre de signer avec nous ou avec quelqu'un d'autre. Tant qu'on n'a pas signé, on est libre de faire ce qu'on veut. Avec nous, il voulait un peu plus de temps, il voulait un contrat à plus long terme que ce que nous avions envie de signer. Et je crois qu'Aston lui a donné ce contrat à plus long terme et qu'il a fait ce qu'il pensait être le mieux pour lui. Il était libre de tout contrat, alors c'est de bonne guerre."

Ainsi, Szafnauer ne regrettait rien. "Non, il faut juste que nous tirions le meilleur des deux pilotes que nous avons maintenant. Fernando fait du super travail chez Aston. Il est pas mal monté sur le podium cette année. Mais pour moi, ce qui compte, ce n'est pas ce qu'il aurait pu en être ou l'opportunité manquée. C'est tirer le meilleur des pilotes dont nous disposons actuellement."

Esteban Ocon, Alpine, Pierre Gasly, Alpine

Ce sont Esteban Ocon et Pierre Gasly qui composent désormais le duo d'Alpine

La réponse d'Alonso : "Les résultats parlent d'eux-mêmes"

Fernando Alonso, lui, vient de se livrer dans une interview avec la BBC, expliquant ce qui l'a mené à rejoindre une écurie qui, au moment de sa décision, ne comptait que 20 points au championnat des constructeurs contre 99 pour Alpine.

"Je ne crois pas avoir ressenti un manque de respect", a fait savoir l'Espagnol. "Mais c'est vrai que ça a pris plus longtemps que je ne m'y attendais quand on a commencé les discussions pour renouveler le contrat – je crois que c'était en Australie en 2022. Ça avançait juste très lentement, et ce n'était pas de mon côté que ça coinçait, j'étais prêt et content. La voiture 2022 était rapide, alors j'étais également satisfait des performances et des possibilités pour l'avenir."

"Ce rythme lent des discussions, sans même mettre finalement sur le papier ce que nous écrivions, ainsi que tous ces commentaires sur l'âge notamment, qu'ils font encore… C'est leur manière de procéder. Ou la manière de procéder d'Otmar. Car après cette année, il devrait se taire. Il devrait ne pas parler du tout. Avec les résultats d'Aston Martin et les siens, il continue de parler et reste fier de la décision. C'est incroyable, ahurissant !" En effet, la situation s'est complètement inversée avec 196 points à l'actif d'Aston Martin au moment de la trêve estivale, contre 57 pour Alpine. Alonso compte six podiums en 2023, plus que quiconque à l'exception des pilotes Red Bull.

Ainsi, a-t-on sous-estimé chez Alpine ce qu'apportait Alonso à l'écurie ? 100%", a répondu l'intéressé. "Et c'est encore le cas." Il a précisé : "Quand je fais de mon mieux tous les week-ends, quand j'ai fait tant de choses pour Renault également, je le prends un peu personnellement que quelqu'un doute de mes performances, de mon âge ou ce genre de choses. Ça donne juste envie de prouver encore davantage que je suis dans le meilleur moment de ma carrière. Les résultats parlent d'eux-mêmes, c'est la meilleure manière de le faire."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Vandoorne a fait ses premiers tours chez Aston Martin
Article suivant Mercedes doute sur les raisons du marsouinage à Spa

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France