Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
53 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
60 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
74 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
88 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
102 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
109 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
123 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
137 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
144 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
158 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
165 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
179 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
193 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
221 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
228 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
242 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
249 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
263 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
277 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
284 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
298 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
312 jours
Bilans Saison 2019
Dossier

Bilans Saison 2019

Bilan 2019 - L'encourageante ténacité de Ricciardo

partages
commentaires
Bilan 2019 - L'encourageante ténacité de Ricciardo
Par :
15 déc. 2019 à 09:00

Pour la première fois depuis la saison 2015, Daniel Ricciardo n'a pas remporté de Grand Prix. Et pour la première fois depuis 2013 (saison disputée avec Toro Rosso), l'Australien n'est pas non plus monté sur le podium.

Neuvième au championnat avec 54 points (deux de plus que Pérez et cinq de plus que Norris), Daniel Ricciardo doit également regarder les ouvrages de statistiques jusqu'en 2013 pour se voir apparaître si bas dans la hiérarchie du Championnat du monde au terme d'une saison. Mathématiquement parlant, le pilote Renault F1 Team n'a pas évolué dans la même sous-division que Sainz (96 pts), bourreau régulier de l'équipe d'usine avec sa McLaren disposant du moteur maison client, ni des deux pilotes ayant alterné entre les volants Red Bull et Toro Rosso (Gasly, 95 pts et Albon, 92 pts).

Lire aussi :

On avait beau savoir que le parcours de l'Australien avec Renault serait difficile, on aurait aimé penser que l'implication du team franco-anglais dans la discipline produirait autre chose qu'une cinquième place au tableau des constructeurs, laborieusement défendue jusqu'à l'ultime épreuve de la saison face à Toro Rosso, quatre années complètes après le retour de la marque française en Formule 1 en tant que team d'usine. Quoi qu'il en soit, Ricciardo a tenu son rôle, inscrivant 59% de la récolte du team.

Un brutal retour dans le milieu de peloton

Celui qui avait accumulé 956 points sur les cinq dernières saisons avant son transfert (191 en moyenne par an) aura donc subi de plein fouet la réalité de son transfert opéré de Red Bull Racing vers Renault, tandis que son ancienne équipe est par ailleurs parvenue à maintenir son cycle de succès avec son nouveau partenaire moteur, Honda. Au-delà d'un désir de changement pour des motifs personnels et financiers, Ricciardo avait énoncé ses doutes concernant la motorisation japonaise comme l'une des raisons de son départ.

Au-delà du cruel constat statistique et du fait qu'il s'est trouvé par la force des choses bien moins en vue cette année, Ricciardo peut tout de même trouver quelques points positifs à sa saison, dont il sait qu'elle a été grandement rendue laborieuse par un matériel limité, comme en témoigne la position au championnat des constructeurs. Premièrement, l'Australien a bel et bien pu s'adjuger ce qui lui manquait chez Red Bull et avait grandement provoqué son départ : un leadership naturel, acquis notamment en prenant la main au niveau de l'attitude comme des résultats sur un équipier qu'il aura contribué à pousser vers la sortie. Chez Red Bull, le #3 avait senti que l'attention se portait sur Verstappen. Jamais cette année, assure-t-il, il n'a regretté d'avoir été celui sur qui comptait l'équipe d'Enstone, en dépit des difficultés rencontrées.

Son arrivée au sein de la structure d'Enstone aura aussi fait du mal à Nico Hülkenberg : au-delà des résultats sportifs, sur lesquels l'Australien était assez naturellement attendu un niveau au-dessus de l'Allemand, c'est bien dans l'attitude, le positivisme et la manière de rassembler autour de lui que Ricciardo a fait la différence, faisant ainsi sentir à Renault qu'une émulation interne encore plus forte pouvait être créée avec un second pilote mettant plus de cœur dans le projet et transmettant une nouvelle énergie.

Lire aussi :

Cette personne sera Esteban Ocon, un pilote qui sait apprécier sa chance de revenir sur la grille F1, lorsque Hülkenberg, lui, peinait à transmettre autre chose que le sentiment que sa carrière somme toute respectable était derrière lui. Mieux, celui qui dispose d'un contrat pluriannuel avec l'équipe franco-anglaise devrait aussi transmettre, si tant est que cela fût nécessaire, une motivation supplémentaire à Ricciardo pour se dépasser en 2020, afin de préserver intacte sa cote pour le dynamique marché des transferts qui se prépare avant le changement de réglementation 2021.

Ces bilans 2019 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Bilan Renault 2019
 

 

Article suivant
Bilan 2019 - Giovinazzi, pas encore à sa place

Article précédent

Bilan 2019 - Giovinazzi, pas encore à sa place

Article suivant

Ferrari affirme avoir prouvé la légalité de son moteur

Ferrari affirme avoir prouvé la légalité de son moteur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique
Équipes Renault F1 Team
Auteur Guillaume Navarro