Sous contrat à long terme, Norris est soulagé de revoir McLaren devant

Après un début de saison difficile, McLaren a fait son retour aux avant-postes en juillet. De quoi rassurer Lando Norris et l'état-major de l'écurie, qui a besoin que son fer de lance continue de croire en son projet.

Lando Norris, McLaren

Disputant actuellement sa cinquième campagne en Formule 1, Lando Norris attend encore sa première victoire en Grand Prix, après en être passé très près à plusieurs reprises. Et le début de saison n'était pas de bon augure dans cette quête avec une McLaren MCL60 qui n'atteignait initialement pas les objectifs de développement fixés par la structure de Woking et s'est retrouvée dans le ventre mou de la hiérarchie lors des huit premiers rendez-vous de la saison, à l'issue desquels elle n'avait marqué que dix-sept points.

Par la suite, des évolutions majeures apportées notamment aux pontons et au plancher de la monoplace se sont avérées salvatrices, et McLaren a renoué avec les avant-postes en Autriche, en Angleterre et en Hongrie, avant de vivre un week-end un peu plus difficile en Belgique. De quoi rassurer Lando Norris, qui est encore lié à l'écurie britannique jusqu'en 2025.

Lorsque Motorsport.com lui demande s'il est rassuré par les performances et résultats récents de McLaren compte tenu de son contrat à long terme, Norris répond : "J'imagine qu'il y a toujours un peu de soulagement, ne serait-ce qu'avec un tel renversement de situation après une situation difficile. Même si nous n'avions fait que la moitié de ce pas en avant, je pense que nous l'aurions quand même considéré comme un signe positif. Mais ce pas en avant a surpassé nos attentes. Alors bien sûr il y a du soulagement, mais pas que pour moi, je pense pour toute l'équipe."

"Nous avons pris beaucoup de recul cet hiver pour réévaluer tout ce que nous faisons ainsi que la voie que nous empruntons. C'est pourquoi nos évolutions ont eu pas mal de retard, mais nous avons pris notre temps et avons dû rester patients."

C'est début 2022 que le jeune Anglais a signé ce contrat de quatre ans avec McLaren, à l'issue de sa meilleure saison à ce jour, lors de laquelle il avait signé sa première pole position et joué la victoire à plusieurs reprises. A-t-il eu des regrets depuis lors ?

"Il y a des moments frustrants, certains sont simplement difficiles, mais je ne me suis jamais dit : 'Ce n'est pas ici que je veux être'", assure Norris. "Bien sûr, il y a des moments où j'aurais aimé que nous ayons une voiture plus compétitive et que l'année commence mieux. Ça ne donne pas beaucoup d'espoir d'avoir de telles difficultés en début d'année."

"Mais je reste très content d'être avec l'équipe où je suis, je reste convaincu que McLaren peut atteindre ses objectifs et en même temps les miens, qui sont de remporter des courses et des championnats avec eux. Et quand il y a des évolutions et des situations comme ça, forcément, il y a du soulagement. C'est très positif que nous puissions doubler Aston et Ferrari, nous battre contre Mercedes et ne pas être loin de Red Bull grâce à un seul package d'évolutions."

Brown : "Prouver" à Norris que McLaren peut gagner

Zak Brown, PDG, McLaren Racing, Lando Norris, McLaren, deuxième, dans le parc fermé

Zak Brown et Lando Norris après son podium à Silverstone

Du côté de McLaren, l'avenir est bâti autour de Norris, pur produit de l'écurie après en avoir rejoint le programme de jeunes pilotes début 2017. Zak Brown a bien conscience que son poulain attise l'intérêt des écuries rivales, puisque Red Bull l'a sondé à plusieurs reprises ; dans ce contexte, les performances récentes revêtent un intérêt crucial.

"Je pense que ça a été extrêmement important pour nous tous", estime Brown auprès d'ESPN. "Cela montre que nous en sommes capables. Cela dit, nous n'avons pas encore gagné avec lui. Il adore McLaren, c'est sa famille, alors je ne doute aucunement que sa volonté première est de remporter un titre mondial avec McLaren. Je pense que la meilleure chose que nous puissions faire pour le garder est de lui prouver que notre écurie en est capable. Il ne s'agit pas de lui faire la cour ou non, il s'agit de lui donner une voiture qui lui permette de se regarder dans le miroir et de dire : 'Je pense pouvoir gagner un titre mondial avec cette équipe'."

"Tant que [Norris] continuera de voir notre rythme et notre développement, alors je pense qu'il aura toute la confiance du monde en le fait que cette équipe a remporté 20 titres mondiaux et a tout ce dont elle a besoin, vu sa lancée", ajoute le PDG de McLaren Racing. "Si l'on regarde les autres écuries, il y a tout autant d'inconnues sur 2026. Red Bull avec un nouveau moteur, comment cela va-t-il se passer ? Ils n'ont jamais fait ça auparavant. Il y a toutes sortes de variables, et je pense qu'aucun projet n'est meilleur que le nôtre."

Quant aux critiques formulées par Norris à l'encontre de son écurie en début de saison, Brown est loin de lui en tenir rigueur. "Nous sommes tous motivés. Nous nous réjouissons ensemble, nous nous agaçons ensemble", déclare Brown à Motorsport.com. "Alors s'il fait un commentaire, c'est cohérent, c'est motivant. Nous ne nous laissons pas abattre, nous nous battons."

"Si vous regardez comme la saison a mal commencé, c'était dur. Malgré les apparences, nous savions que nous voyions un excellent développement en soufflerie, alors nous avons été malmenés publiquement en début d'année tout en sachant que les choses se passaient vraiment bien en coulisse. Et l'équipe a vraiment bien géré ça, alors nous sommes motivés."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll et Matt Kew

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Aston Martin : "Nous ne sommes pas un top team"
Article suivant Aston Martin et Mercedes dévoilent leurs évolutions à Zandvoort

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France