Course - Victoire tranquille de Rosberg, Pérez sur le podium

partages
commentaires
Course - Victoire tranquille de Rosberg, Pérez sur le podium
19 juin 2016 à 14:38

Nico Rosberg a remporté le Grand Prix d'Europe 2016 disputé à Bakou, au terme d'une course très tranquille où il n'a jamais été inquiété, ni par ses adversaires, ni par le Safety Car qui n'est jamais entré en piste.

Des Grid Girls
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Felipe Massa, Williams FW38
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Jenson Button, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Kurt Busch, pilote NASCAR, avec Haas F1 Team
Azad Rahimov, Ministre des Sports de l'Azerbaïdjan avec Bernie Ecclestone

Après deux victoires consécutives, Lewis Hamilton aura fort à faire s'il veut parvenir à remporter la première course disputée dans la Cité des Vents, Bakou, puisqu'il s'élancera du 10e rang, bien loin du poleman et leader du Championnat, Nico Rosberg qui aura l'avantage de partir en tête mais sur un circuit qui risque de favoriser le spectacle et les rebondissements.

Le départ est relativement calme malgré quelques touchettes au premier virage, et notamment entre Hülkenberg et Gutiérrez. Rosberg est parvenu à garder l'avantage devant Ricciardo et Vettel. Trio inchangé donc, mais bonne opération pour Pérez qui est 5e, déjà sur les talons de Räikkönen. Hamilton n'a pas pris de risque et figure au 10e rang, derrière Massa. Dans le top 10, c'est Kvyat qui a fait la plus mauvaise opération, en perdant deux places, pour être au 9e rang.

 

Les premiers tours sont plus tranquilles qu'attendu, et notamment du côté de Hamilton qui met du temps à gagner sa première position de la course en dépassant Kvyat qui avait déjà été passé par Massa. Le moteur Ferrari 2015 de la Toro Rosso est clairement un handicap sur ce tracé. Tout comme le moteur Renault puisque Verstappen perd coup sur coup deux places, le duo Bottas-Hamilton ayant dépassé le Néerlandais qui n'est plus que 9e. 

Rosberg rapidement seul

Après cinq tours, Rosberg s'échappe sans difficulté face à ses poursuivants avec 7" d'avance sur le duo Ricciardo-Vettel qui devient Vettel-Ricciardo quand l'Allemand prend tranquillement l'avantage sur la Red Bull à l'entame de la sixième boucle. Verstappen puis Ricciardo passent déjà par les stands dans les deux tours suivants, pour monter les tendres, tout comme Massa par la suite. Difficile de savoir à ce stade de la course s'il s'agit d'un problème d'usure ou d'une anticipation d'une possible voiture de sécurité.

Alors que Massa, 5e, s'arrête à son tour, Hamilton est toujours bloqué derrière Bottas mais gagne à nouveau une place grâce à l'arrêt de Räikkönen. Tous les pilotes qui s'arrêtent ressortent dans le trafic et abîment leurs pneus, à l'image de Ricciardo qui perd un peu de temps derrière un étonnant duo Grosjean-Wehrlein, en lutte pour 7e puis 8e place quand l'Australien finit par prendre l'avantage.

Finalement, au 11e tour, Hamilton prend l'avantage sur Bottas et la 4e position, prochaine cible Pérez. En tête, Rosberg s'échappe et est seul au monde, 15" devant Vettel ; la direction de course indique que Räikkönen est sous le coup d'une investigation pour avoir coupé la ligne blanche à l'entrée des stands. Cinq secondes de pénalité lui sont infligées. 

 

Hamilton, victime de "vibrations", s'arrête au 15e tour, suivi par Pérez qui le devançait un tour plus tard. Les deux hommes ressortent 9e et 8e, en gommes tendres. Assez loin devant eux, Ricciardo et Räikkönen sont en lutte pour la 4e position et le Finlandais prend l'avantage sur la Red Bull. Pérez finit par rattraper Massa, créant donc un petit train puisque Hamilton le suit de près. Le Mexicain prend l'avantage sur le Brésilien dans la ligne droite principale et le Britannique dans la ligne droite entre les virages 2 et 3.

Red Bull nulle part

Au 20e tour, Vettel se décide à ravitailler, pour la première fois. Verstappen lui aussi est de retour aux stands pour monter les... mediums ! Le n°33 aura monté les trois types de pneus sur sa monoplace. Les Red Bull souffrent copieusement puisque Ricciardo, 4e, voit fondre dans ses rétroviseurs Pérez et Hamilton qui le passent au 22e tour, tous les deux dans la ligne droite des stands. Il passe par la pitlane au tour suivant, là aussi pour mettre des mediums.

Au jeu des stratégies différenciées, Räikkönen est en seconde position devant Vettel mais à la mi-course, l'Allemand est revenu sur son équipier, qui le laisse passer dans la 28e boucle, tout en demandant à ce que l'Allemand attaque car il ne veut pas être gêné.  Dans le même temps, Lewis Hamilton est victime d'un problème d'unité de puissance qui l'empêche de correctement gérer l'énergie qu'il récolte et le ralentit. Le Britannique ne revient en effet pas sur Pérez. Les restrictions radio empêchent le stand Mercedes de venir à son secours. Dans le même temps Sainz abandonne en bout de ligne droite des stands, victime d'un problème de suspension.

Problèmes électriques pour Hamilton

Au 32e tour, Rosberg connaît un impressionnant trou en perdant 4" en un tour avant de revenir à un rythme normal ; l'Allemand a un GP serein qui contraste avec celui de son équipier, dont le jeu pour trouver quel est le problème et le réglage à modifier sans devoir dire trop de chose fait le régal du réalisateur de la course. Notons que le Britannique possède une avance confortable de 17" sur son premier poursuivant, Valtteri Bottas.

 

La lutte pour le podium bat son plein avec Räikkönen sous la menace de Pérez. Au 41e tour, Wehrlein doit à son tour mettre pied à terre pour un problème de freins, suivi deux boucles plus tard par Alonso, qui a un problème de boîte de vitesses. Un pilote dont les problèmes fluctuent est Lewis Hamilton, qui parvient à prendre le meilleur tour en course mais doit ralentir par la suite. 

À deux tours du drapeau à damier, Pérez est dans les échappements de Räikkönen mais le Mexicain va-t-il prendre le risque alors que son podium est assuré avec la pénalité du pilote Ferrari ? Eh bien oui ! Dans le dernier tour, la Force India prend l'avantage sur la Ferrari dans le virage 1. 

Nico Rosberg franchit la ligne d'arrivée en vainqueur, signant son 5e succès de la saison et le 19e de sa carrière, devant Sebastian Vettel et Sergio Pérez. Hamilton sauve les meubles mais perd 15 points sur son équipier au classement.

GP Europe - Classement de la course

 PiloteÉcurieToursÉcartPoints
1  Nico Rosberg  Mercedes 51   25
2  Sebastian Vettel  Ferrari 51 +16.696 18
3  Sergio Pérez  Force India 51 +25.241 15
4  Kimi Räikkönen  Ferrari 51 +33.102 12
5  Lewis Hamilton  Mercedes 51 +56.335 10
6  Valtteri Bottas  Williams 51 +1'00.886 8
7  Daniel Ricciardo  Red Bull 51 +1'09.229 6
8  Max Verstappen  Red Bull 51 +1'10.696 4
9  Nico Hülkenberg  Force India 51 +1'17.708 2
10  Felipe Massa  Williams 51 +1'25.375 1
11  Jenson Button  McLaren 51 +1'44.817  
12  Felipe Nasr  Sauber 50 +1 tour  
13  Romain Grosjean  Haas 50 +1 tour  
14  Kevin Magnussen Renault 50 +1 tour  
15  Jolyon Palmer  Renault 50 +1 tour  
16  Esteban Gutiérrez Haas 50 +1 tour  
17  Marcus Ericsson  Sauber 50 +1 tour  
18  Rio Haryanto  Manor 49 2 Laps  
Ab.  Fernando Alonso  McLaren 42    
Ab.   Pascal Wehrlein  Manor 39    
Ab.   Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 31    
Ab.   Daniil Kvyat  Toro Rosso 6  
Article suivant
Massa - "J'espère que tout le monde sera sage" lors de la course

Article précédent

Massa - "J'espère que tout le monde sera sage" lors de la course

Article suivant

Rosberg - Je suis venu pour gagner et j'ai gagné

Rosberg - Je suis venu pour gagner et j'ai gagné
Charger les commentaires