EL2 - Mercedes doit encore convaincre; seconde crevaison pour Renault

partages
commentaires
EL2 - Mercedes doit encore convaincre; seconde crevaison pour Renault
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
13 mai 2016 à 13:31

Mercedes a certes pris le commandement de la séance sur le composé tendre devant Ferrari en EL2, mais le confort de Lewis Hamilton n'a pas été optimal et les bons réglages sont encore recherchés.

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Marcus Ericsson, Sauber C35
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team W07
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team W07
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Jenson Button, McLaren MP4-31
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team
Rio Haryanto, Manor Racing MRT05
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Esteban Ocon, pilote d'essais et de réserve Renault Sport F1 Team R.S.16
Le volant de la Red Bull Racing RB12

Pour la seconde fois ce week-end, et la troisième après des ennuis similaires rencontrés en Chine, une monoplace Renault a été victime d’une délamination du pneumatique arrière gauche en Essais Libres. Provenant de la partie intérieure du pneu, la faiblesse répétée suggère un frottement d’une pièce de la carrosserie, de la suspension ou du fond plat contre la structure du pneu : seule en entaille peut provoquer un tel phénomène sur les pneus Pirelli.

 

La défaillance connue par Jolyon Palmer en bout de ligne droite du tracé de Barcelone, où aucune charge particulière n’était infligée au pneu, après seulement dix minutes de séance, a en tout cas de quoi sérieusement inquiéter les troupes franco-anglaises dont la préparation a déjà été affectée par un ennui en EL1. La même monoplace, pilotée par Esteban Ocon, avait en effet été victime d’une crevaison et de dégâts importants sur la bande de roulement.

"La voiture se comportait de manière étrange, et voilà… Il y a bien entendu des dégâts [sur l’arrière et le fond plat de l’auto, ndlr]", ne pouvait que commenter un Jolyon Palmer dépité, de retour dans le paddock sans son auto.

Une voiture de sécurité virtuelle puis une suspension de session plus tard, pour évacuer les débris éparpillés sur la piste, l’activité reprend à vive allure sur le Circuit de Catalogne. Après 30 minutes, c’est Jenson Button qui rencontre des ennuis avec une panne moteur qui intervient cependant par chance au sommet de l’élévation descendant vers les stands, qu’il parvient à rejoindre avec l’aide de ses mécanos.

 

Les simulations de relais voient cette fois les pneus tendres plus largement de sortie qu’en EL1, où Ferrari avait été l’unique team à réellement exploiter le composé à bandes jaunes. Chez Mercedes, les sensations sont différentes pour Rosberg et Hamilton sur les gommes tendres. Encore mal à l'aise avec le pneu le plus performant, le Champion du monde en titre est défié par les pilotes Ferrari mais semble plus à l'aise avec le mélange medium. Chez Red Bull, c'est encore sur les évolutions aéro que se concentre le travail, avec de la peinture de visualisation badigeonnant toute la partie avant de la monoplace de Daniel Ricciardo, toujours très sollicité sur le développement le vendredi. 

Le travail intense et méritoire des mécaniciens McLaren permet à Jenson Button de reprendre la piste dans les dernières minutes de la séance pour accumuler quelques kilomètres supplémentaires de préparation. L'activité bat également son plein sur l'auto de Palmer dans le box Renault. Le Britannique parvient finalement à rouler pendant les 15 dernières minutes, lors desquelles quelques gouttelettes commencent à tomber du ciel. 

Côté radio, l'animation aura été du côté des transmissions de Romain Grosjean, passablement agacé et de plus en plus virulent concernant le comportement de son auto "très, très très difficile à piloter", puis simplement "inconduisible" sans que davantage de détails sur les maux touchant la Haas ne soient plus spécifiquement décrits dans ces conversations...

GP d'Espagne - Essais Libres 2

 PiloteÉquipeTempsÉcartTrs
1 AllemagneNico Rosberg    Mercedes 1:23.922 1:23.922 35
2 FinlandeKimi Räikkönen    Ferrari 1:24.176 +0.254 31
3 Royaume-UniLewis Hamilton    Mercedes 1:24.641 +0.719 27
4 AllemagneSebastian Vettel    Ferrari 1:25.017 +1.095 35
5 EspagneCarlos Sainz Jr.    Toro Rosso 1:25.131 +1.209 39
6 AustralieDaniel Ricciardo    Red Bull 1:25.194 +1.272 37
7 EspagneFernando Alonso    McLaren 1:25.342 +1.420 31
8 Pays-BasMax Verstappen    Red Bull 1:25.375 +1.453 31
9 MexiqueSergio Pérez    Force India 1:25.437 +1.515 32
10 AllemagneNico Hülkenberg    Force India 1:25.453 +1.531 35
11 FinlandeValtteri Bottas    Williams 1:25.708 +1.786 30
12 Royaume-UniJenson Button    McLaren 1:25.893 +1.971 20
13 FranceRomain Grosjean    Haas  1:25.899 +1.977 33
14 DanemarkKevin Magnussen    Renault 1:26.244 +2.322 40
15 RussieDaniil Kvyat    Toro Rosso 1:26.375 +2.453 44
16 BrésilFelipe Massa    Williams 1:26.491 +2.569 36
17 Royaume-UniJolyon Palmer    Renault 1:26.770 +2.848 16
18 AllemagnePascal Wehrlein    Manor 1:26.960 +3.038 40
19 IndonésieRio Haryanto    Manor 1:27.252 +3.330 39
20 BrésilFelipe Nasr    Sauber 1:27.812 +3.890 40
21 MexiqueEsteban Gutiérrez    Haas  1:28.205 +4.283 9
22 SuèdeMarcus Ericsson    Sauber 1:28.501 +4.579 42
Article suivant
La FIA ne craint pas une augmentation des pénalités en 2018

Article précédent

La FIA ne craint pas une augmentation des pénalités en 2018

Article suivant

Technique - L’aileron avant de la McLaren MP4-31

Technique - L’aileron avant de la McLaren MP4-31
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Catégorie Essais Libres 2
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Résumé d'essais libres