Formule 1 GP d'Émilie-Romagne

Gasly : Le retour des bacs à gravier "règle tous les problèmes"

Les pilotes Alpine, Pierre Gasly et Esteban Ocon, sont très favorables au choix d'Imola de réinstaurer des bacs à gravier dans certaines zones du circuit.

Pierre Gasly, Alpine F1 Team

Avant le Grand Prix d'Émilie-Romagne 2024, le circuit d'Imola a fait le choix de diminuer la surface de certains dégagements asphaltés pour les remplacer par des bacs à gravier. Les virages de Piratella, d'Acque Minerali et la Variante Alta sont ceux où les changements sont les plus notables, mais cette réfection s'accompagne aussi de l'installation sur une grande partie des virages de vibreurs un peu plus permissifs.

Pour Esteban Ocon, il est clair que cet ensemble de mesures est un excellent compromis : "On a roulé au simulateur, on avait tous les changements donc c'était une chance de pouvoir bien se préparer", a-t-il expliqué au micro de Canal+. "Ils ont changé aussi les vibreurs, enlevé les grosses bananes jaunes qui cassaient le dos, qui cassaient les vertèbres des pilotes, donc ça, c'est bien."

"Mais aussi, ça va vouloir dire qu'on va pouvoir monter un petit peu plus sur les vibreurs et c'est bien, parce que c'est un peu l'ADN d'Imola qui revient. Je m'en rappelle, il y a 10 ans maintenant, quand on roulait en F3, il y avait cet aspect : on pouvait vraiment monter dessus, on voyait beaucoup de choses spectaculaires avec les voitures qui étaient en l'air, etc., et ça, ça me plait en général. Je suis content de revenir ici, première course en Europe, et Imola c'est une belle première course pour l'Europe."

Quant à Pierre Gasly, son équipier chez Alpine, il estime tout simplement que ces changements règlent une grande majorité des problèmes, notamment du côté des limites de piste : "Pour moi ça doit être la course automobile : si on fait une erreur et qu'on sort trop large, on doit être pénalisé de cette manière-là", a-t-il lui aussi déclaré pour Canal+.

"Je ne pense pas que le tarmac… C'est toujours une balance entre ce que la moto veut, ce dont [la F1] a besoin, mais en étant, on va dire, nombriliste pour la Formule 1, pour moi, ça règle tous les problèmes. Pour moi, il n'y a pas d'histoires de track limits ; la piste, on l'utilise au maximum et si on va plus large au moins on est pénalisés directement. Je pense que ça devrait être comme ça partout."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Wolff prévient : "Il faudra plusieurs courses avant de voir des résultats”
Article suivant Piastri : "Il serait naïf de penser que McLaren peut gagner partout"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France