Marko : Red Bull a viré Vips sous pression des médias et des sponsors

Helmut Marko a déclaré que le choix fait par Red Bull de se séparer de Jüri Vips après ses propos racistes et homophobes avait été fait sous la pression des médias et des sponsors.

Marko : Red Bull a viré Vips sous pression des médias et des sponsors
Charger le lecteur audio

Le 28 juin dernier, une semaine après que Jüri Vips ait tenu lors d'une session de streaming en live des propos racistes et homophobes, Red Bull annonçait avoir mis fin à son contrat avec l'Estonien, en indiquant ne tolérer "aucune forme de racisme". Plus de deux mois plus tard, Vips a gardé son volant en F2 chez Hitech, malgré l'incompréhension des promoteurs du championnat, mais ne fait donc plus partie de l'académie du géant de la boisson énergisante.

Interrogé sur cet épisode dans le cadre d'un entretien exclusif pour la publication sœur de Motorsport.com, Motorsport-Total.com, Helmut Marko, qui chapeaute la formation des jeunes pilotes issus de la filière, a expliqué que ce qui avait avant tout poussé Red Bull à prendre cette décision était la pression des médias : "La presse anglaise a déclenché un tel merdier que Red Bull Racing n'a pas eu d'autre choix que de le relever de toutes ses fonctions."

Puis il a ajouté : "Il a 21 ans et s'est excusé. Je suis agacé que cela soit arrivé lors [d'une session de] jeu vidéo stupide [Vips, Liam Lawson et une troisième personne jouaient à Call of Duty: Warzone, ndlr], parce qu'ils n'ont rien de mieux à faire l'après-midi. Comment on peut faire quelque chose comme ça pendant plus de deux minutes, je ne comprends pas. Mais bon, c'est comme ça la jeunesse. Je ne peux rien y faire."

Avant qu'il ne lui soit fait remarquer que Max Verstappen était lui-même féru de moments vidéoludiques, l'Autrichien de préciser : "Max a toujours son simulateur avec lui, aussi. Après une victoire au Grand Prix, il peut faire une autre course virtuelle avec Rudy van Buren. C'est là qu'il est le deuxième pilote. Leur ingénieur de course est basé à Kiev et l'ingénieur données en Afrique du Sud. C'est ainsi qu'ils passent leur temps."

Questionné sur la différence d'attitude de Red Bull dans le cas de Vips et dans celui où Verstappen, justement, avait traité Lance Stroll de "mongol" après un accrochage en essais à Portimão en 2020, Marko de répliquer : "Vous ne pouvez pas comparer cela. Il s'agit aussi de tout le développement des deux en matière de personnalité. Max, après tout, a toujours affiché une position claire sur ces questions. Et bien sûr, avec Vips, la pression de la presse et des sponsors était si forte que nous avons dû réagir."

Lire aussi :

Propos recueillis par Christian Nimmervoll

partages
commentaires
L'ultime exploit du dernier petit poucet de la F1
Article précédent

L'ultime exploit du dernier petit poucet de la F1

Article suivant

Arrivée de Porsche en F1 : un nouvel indice apparaît

Arrivée de Porsche en F1 : un nouvel indice apparaît