Norris assume d'avoir signé avec McLaren jusqu'en 2025

Il y a un an, Lando Norris a signé un nouveau contrat avec McLaren portant jusqu'au terme de la saison 2025. Va-t-il s'en mordre les doigts ?

Lando Norris, McLaren MCL60

Le 9 février 2022, Lando Norris témoignait sa confiance à McLaren de la plus évidente des manières en signant un nouveau contrat jusqu'à la fin de la saison 2025 de Formule 1. Le Britannique croyait manifestement en la capacité de l'écurie à enfin devenir un top team à part entière, elle qui s'est classé troisième du championnat des constructeurs en 2020 puis quatrième en 2021.

Avec la construction en cours d'un nouveau simulateur et d'une nouvelle soufflerie, McLaren a l'intention de jouer le titre à l'horizon 2025, mais en attendant, la structure de Woking n'a pas bien négocié le virage de la nouvelle réglementation technique. Battue par Alpine pour la quatrième place du classement général l'an passé, elle a connu des essais de pré-saison compliqués la semaine dernière à Bahreïn, et tout porte à croire qu'elle évoluera en seconde moitié de tableau lors des premiers Grands Prix de la saison.

Norris avait pourtant été courtisé par d'autres écuries, notamment Red Bull, avant de lier son avenir à celui de McLaren sur le long terme. Dans le contexte actuel, cette décision fait sourciller, Jenson Button ayant notamment déclaré sa surprise que Norris se soit engagé sur quatre ans.

"Ce n'est pas toujours si simple", nuance l'Anglais auprès de l'agence de presse Press Association, relayé par The Independent. "Le truc en Formule 1, c'est que tu peux être le meilleur pilote au monde et ne pas être dans la meilleure voiture, sans que tu y sois pour quoi que ce soit. Lewis [Hamilton] est arrivé chez McLaren quand ils remportaient des titres et des courses : le pilote est ainsi mis en valeur d'emblée. S'il était arrivé chez McLaren maintenant, il n'aurait pas gagné de course et serait loin d'être le pilote qu'il est aujourd'hui ou d'accomplir ce qu'il a accompli aujourd'hui."

Lewis Hamilton, McLaren MP4-22

Lewis Hamilton a bénéficié d'une McLaren très compétitive pour ses débuts en F1, en 2007

"Tout le monde ne sait pas ce qui se passe en coulisse et quelles sont les opportunités. C'est mon choix, c'est moi qui dis oui ou non. Il est possible que je sois là simplement parce que je prends plus de plaisir ici et que j'aime McLaren, c'est aussi simple que ça. Je respecte l'opinion des gens, particulièrement celle de Jenson car il a connu beaucoup de situations du genre, alors je tiens compte de tout ça. Je ne l'ignore pas, je comprends un peu ce qu'il dit. Mais si quelqu'un raconte des conneries sur moi, alors cool, je me marre et je passe à autre chose. Ce n'est pas un drame. Il y a quelques années, j'aurais probablement pris ça un peu plus à cœur."

Ainsi, quant à savoir s'il a des regrets : "Non. Nous avons vu ce qui était possible, mais je voulais et veux toujours croire en McLaren, l'écurie qui m'a donné ma chance en Formule 1. Cela représenterait davantage de finalement remporter un titre mondial ainsi, plutôt que de sauter dans une voiture et de remporter un titre, même si j'adorerais ça aussi."

"Pour l'instant, c'est dur et j'adorerais que nous soyons mieux placés que nous ne le sommes. L'an dernier, nous avions l'opportunité de profiter de la nouvelle réglementation, mais nous ne l'avons pas fait et nous devons désormais trouver cet élan. Nous avons du retard à rattraper. C'est dur, car je ne suis pas le gars le plus patient qui soit, et quand on arrive en Formule 1, il faut apprendre à gérer ça. Mais j'ai fait ce qui était le mieux pour moi et j'ai confiance en ma décision."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Magnussen : Haas est entré dans une "nouvelle ère" en 2023
Article suivant Photos - La F1 prépare sa rentrée à Bahreïn

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France