Norris craint des écarts trop importants entre les équipes en 2026

Lando Norris a exprimé son inquiétude au sujet de la possible domination d'une équipe après l'introduction du nouveau règlement 2026, alors que les performances de Ferrari, McLaren et Mercedes semblent enfin se rapprocher de celles de Red Bull.

Lando Norris, McLaren F1 Team, deuxième, sur le podium

L'introduction des grandes lignes du nouveau règlement 2026 par la FIA la semaine passée à logiquement beaucoup fait parler. Les écuries ont exprimé quelques doutes au sujet de certaines règles, notamment au niveau de l'aérodynamique, de la vitesse et du poids envisagés pour les monoplaces de 2026. Cependant, d'autres craintes semblent apparaître chez certains pilotes.

Après la séance mouvementée des qualifications du Grand Prix du Canada, où la pole position aurait pu être décrochée par plusieurs équipes, Lando Norris s'est exprimé sur ses inquiétudes au sujet de la compétitivité des équipes à partir de 2026. Le Britannique craint que le changement de règlement ne ruine la rivalité retrouvée entre plusieurs formations en 2024, après la domination de Red Bull depuis l'introduction des monoplaces à effet de sol en 2022.

"Je pense qu'il n'y aura plus jamais de journées comme celle [des qualifications du Canada]", a déclaré Norris. "Vous n'aurez plus de journées comme celles des dernières semaines, probablement en 2026, 2027, 2028, ou plus ou moins en 2028, 2029. C'est comme ça que ça s'est toujours passé."

"Chaque fois qu'il y a un changement de réglementation, il y a de grands écarts. Et même à la fin de la dernière ère, en 2021, les écarts se sont à nouveau réduits. Il y avait toujours Red Bull contre Mercedes, et tout le monde se rapprochait. Puis tout s'est à nouveau distendu."

En 2022, Red Bull avait remporté 17 des 22 Grands Prix de la saison et le reste des victoires se partageaient entre Ferrari et Mercedes. En 2023, l'écurie autrichienne a gagné la quasi totalité des courses, à l'exception de Singapour, remporté par Carlos Sainz avec Ferrari.

De telles périodes de domination, la discipline en a connu quelques unes. Outre l'ère de l'effet de sol, Red Bull avait également dominé de 2010 à 2013 en remportant quatre Championnats du monde avec Sebastian Vettel, avant de passer la main à Mercedes pour l'une des domination les plus totale de l'histoire du sport, juste après le changement de réglementations de 2014.

Carlos Sainz (1er), Charles Leclerc (2e) et Lando Norris (3e) sur le podium du Grand Prix d'Australie.

Carlos Sainz (1er), Charles Leclerc (2e) et Lando Norris (3e) sur le podium du Grand Prix d'Australie.

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

"Il pourrait y avoir des avantages dans la course pour ces réglementations [2026], mais il pourrait y avoir aussi pas mal d'inconvénients", a ajouté Norris. "Le type de courses que vous obtiendrez sera probablement très différent. C'est donc compliqué. Je ne connais pas la réponse en même temps. Je pense que personne ne sait exactement comment cela va se passer."

En 9 Grands Prix cette saison, McLaren et Ferrari en ont remporté trois, contre 6 pour Red Bull. Le pilote britannique se réjouit non seulement du fait que son équipe soit capable de remporter des courses, mais qu'avec le retour de Mercedes aux avant-postes la semaine dernière au Canada, quatre équipes sont maintenant en mesure d'aller challenger les Champions du monde en titre.

"Red Bull a eu son temps, et maintenant il semble que nous ayons pu rattraper notre retard",  a indiqué Norris. "Nous sommes en train d'y arriver, et je pense que l'année prochaine devrait être une année passionnante pour tout le monde, du premier au dernier. Je pense que ce sera passionnant. Mais tout cela disparaîtra en 2026."

"À la fin [de chaque ère, au moment] des changements de réglementation, nous voyons toujours des journées comme [les qualifications du Canada] et nous voyons des batailles plus serrées et [en plus] maintenant Mercedes est [revenu dans la course]. Cela fait donc quatre équipes qui se battent pour la première place. [Cela] fait huit voitures [qui se battent pour la victoire], vous allez voir différents vainqueurs [dans la saison]. Et je pense que c'est excitant pour les gens qui nous regardent. Mais ce n'est certainement pas ce qui se passera en 2026."

Norris pose la question de ce que souhaite réellement la F1 pour l'avenir de la catégorie reine : "Cela dépend donc si l'on veut conserver cette excitation et ce défi que nous avons maintenant, ou si l'on veut tout changer à nouveau et avoir dans quelques années [toutes les équipes] très éloignées [les unes des autres.]"

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Thaïlande, Corée du Sud et Indonésie veulent leur GP de F1
Article suivant Montoya sur la Super Licence : "J'aurais été suspendu tous les 5 GP"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France