Qualifs - Hamilton, la pole sans coup férir à Mexico

Lewis Hamilton a décroché la pole position du Grand Prix de Mexique 2016 de Formule 1, devant Nico Rosberg et Max Verstappen. La Q2 a vu des choix stratégiques différents entre les Mercedes et les Red Bull.

Qualifs - Hamilton, la pole sans coup férir à Mexico
Pascal Wehrlein, Manor Racing MRT05
Esteban Ocon, Manor Racing MRT05
Felipe Nasr, Sauber C35 bloque une roue au freinage
Marcus Ericsson, Sauber C35
Jenson Button, McLaren MP4-31
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Valtteri Bottas, Williams FW38
Felipe Massa, Williams FW38
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Charger le lecteur audio

Les trois séances d'essais libres ont vu trois écuries différentes placer un de leurs pilotes en première place : Hamilton en EL1, Vettel en EL2 et Verstappen en EL3. Cependant, la question se pose toujours de savoir à quel point Mercedes a gardé du rythme sous le pied avant cette première séance décisive de l'épreuve courue sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez.

Comme à Austin, la question des pneus pourrait s'inviter dans la séance de qualifications et surtout la course avec des conditions climatiques instables qui pourraient inviter à une certaine prudence.

Première information avant même le début de cette séance : Jolyon Palmer, dont le châssis est fissuré suite à un passage prononcé sur un vibreur en EL3, n'y prendra pas part.

Q1 - Ericsson et Wehrlein brillent

Le ciel est bleu et les gradins sont remplis à l'entame de la 18 séance de qualifications de la saison 2016 de Formule 1, où les Haas et les Manor ne tardent pas à sortir en piste. Les premiers tours en supertendres confirment qu'il faut au moins deux boucles pour faire chauffer ces gommes et que tous les pilotes se sont élancés avec, y compris les Mercedes.

Le premier temps de référence est signé par Hamilton en 1'19''970, mais rapidement battu par Verstappen, Vettel, Ricciardo et Räikkönen, le Finlandais ayant réussi 1'19''554 pour s'emparer provisoirement du commandement, avant que le n°44, dans un second tour lancé sur le même train de supertendres, ne reprenne la tête avec 1'19''447.

Dans le fond du peloton, Grosjean n'est pas à la fête, en souffrance avec un problème de batterie sur sa Haas. Kvyat, victime d'un problème de puissance, ne peut défendre ses chances et reste coincé dans la zone rouge. Gutiérrez commet une erreur et part en tête-à-queue dans un virage, juste devant Grosjean, ce qui l'empêche d'améliorer son temps. Résultat : aucun des deux pilotes Haas ne passe en Q2, tout comme Nasr battu sèchement par Ericsson à nouveau et Ocon. Wehrlein réussit l'exploit d'accrocher la Q2.

Éliminés en Q1 : Gutiérrez, Kvyat, Nasr, Ocon, Grosjean et Palmer

Q2 - Red Bull fait le pari des supertendres

Comme cela était supposé, la plupart des pilotes de pointe vont en piste avec des gommes tendres pour tenter une stratégie avec le moins d'arrêts possibles pour la course, mais pas tous puisque les Red Bull s'élancent en supertendres. Hamilton signe le premier temps de référence en 1'19''137 (malgré une gêne assez prononcée de Vettel dans le dernier virage), deux dixièmes de mieux que Vettel, six dixièmes de mieux que Rosberg et huit dixièmes devant Räikkönen. Verstappen prend ensuite la tête de la Q2 avec 1'18''972 mais en supertendres.

Lors de la deuxième salve, plusieurs pilotes ressortent en piste : Räikkönen avec des supertendres cette fois, tout comme les Williams, ou Rosberg de nouveau en tendres. Bottas et Massa parviennent à remonter dans le top 10, tout comme Hülkenberg. Sainz valide son passage en Q3 alors que Pérez est éliminé, tout comme les McLaren. Il est à noter que Räikkönen, ressorti en supertendres, n'a pas amélioré et s'élancera donc en pneus tendres.

Éliminés en Q2 : Alonso, Pérez, Button, Magnussen, Ericsson et Wehrlein.

Q3 - Rosberg tremble, Hamilton en pole

Tous les pilotes sont évidemment en supertendres au moment d'aborder cette dernière partie des qualifications. Verstappen signe le premier temps de référence en 1'19''092, mais Hamilton le devance en 1'18''704. Les deux Red Bull sont intercalées entre les Mercedes puisque Rosberg échoue à plus d'une demi-seconde de son équipier dans cette première salve.

Dans la deuxième tentative, les Red Bull améliorent légèrement, mais pas de quoi chambouler la tête de course : Hamilton n'améliore pas mais Rosberg le fait, pas suffisamment toutefois pour enlever la pole à son équipier qui signe sa 59e pole position sur un 24e circuit différent ! La performance du jour est à mettre au crédit de Hülkenberg, 5e devant les deux Ferrari.

Affiche F1 "Deux Légendes" - Mansell/Senna, GP de Grande-Bretagne 1991
Affiche F1 "Deux Légendes" - Mansell/Senna, GP de Grande-Bretagne 1991, sur Motorstore.com

Q1

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1  Lewis Hamilton  Mercedes 6 1'19.447  
2  Kimi Räikkönen  Ferrari 5 1'19.554 0.107
3  Daniel Ricciardo  Red Bull 5 1'19.713 0.266
4  Sebastian Vettel  Ferrari 5 1'19.865 0.418
5  Max Verstappen  Red Bull 5 1'19.874 0.427
6  Nico Rosberg  Mercedes 5 1'19.996 0.549
7  Sergio Pérez  Force India 6 1'20.308 0.861
8  Valtteri Bottas  Williams 5 1'20.338 0.891
9  Felipe Massa  Williams 4 1'20.423 0.976
10  Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 8 1'20.457 1.010
11  Fernando Alonso  McLaren 4 1'20.552 1.105
12  Nico Hülkenberg  Force India 6 1'20.599 1.152
13  Marcus Ericsson  Sauber 8 1'21.062 1.615
14  Kevin Magnussen  Renault 10 1'21.254 1.807
15  Jenson Button  McLaren 9 1'21.333 1.886
16  Pascal Wehrlein  Manor 10 1'21.363 1.916
17  Esteban Gutiérrez  Haas 9 1'21.401 1.954
18  Daniil Kvyat  Toro Rosso 4 1'21.454 2.007
19  Felipe Nasr  Sauber 9 1'21.692 2.245
20  Esteban Ocon  Manor 10 1'21.881 2.434
21  Romain Grosjean  Haas 10 1'21.916 2.469

Q2

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1  Max Verstappen  Red Bull 3 1'18.972  
2  Lewis Hamilton  Mercedes 4 1'19.137 0.165
3  Sebastian Vettel  Ferrari 4 1'19.385 0.413
4  Daniel Ricciardo  Red Bull 4 1'19.553 0.581
5  Nico Rosberg  Mercedes 9 1'19.761 0.789
6  Nico Hülkenberg  Force India 8 1'19.769 0.797
7  Kimi Räikkönen  Ferrari 9 1'19.936 0.964
8  Valtteri Bottas  Williams 8 1'19.958 0.986
9  Felipe Massa  Williams 8 1'20.151 1.179
10  Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 8 1'20.169 1.197
11  Fernando Alonso  McLaren 8 1'20.282 1.310
12  Sergio Pérez  Force India 8 1'20.287 1.315
13  Jenson Button  McLaren 8 1'20.673 1.701
14  Kevin Magnussen  Renault 8 1'21.131 2.159
15  Marcus Ericsson  Sauber 7 1'21.536 2.564
16  Pascal Wehrlein  Manor 7 1'21.785 2.813

Q3

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1  Lewis Hamilton  Mercedes 8 1'18.704  
2  Nico Rosberg  Mercedes 8 1'18.958 0.254
3  Max Verstappen  Red Bull 6 1'19.054 0.350
4  Daniel Ricciardo  Red Bull 6 1'19.133 0.429
5  Nico Hülkenberg  Force India 8 1'19.330 0.626
6  Kimi Räikkönen  Ferrari 7 1'19.376 0.672
7  Sebastian Vettel  Ferrari 8 1'19.381 0.677
8  Valtteri Bottas  Williams 7 1'19.551 0.847
9  Felipe Massa  Williams 7 1'20.032 1.328
10  Carlos Sainz Jr.  Toro Rosso 8 1'20.378 1.674
partages
commentaires
La grille de départ du GP du Mexique
Article précédent

La grille de départ du GP du Mexique

Article suivant

Rosberg battu mais "satisfait d'être en première ligne"

Rosberg battu mais "satisfait d'être en première ligne"
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021