Red Bull a "du mal à comprendre les critiques" envers Albon

Christian Horner estime qu'Alexander Albon "a fait du super boulot" pour Red Bull lors du Grand Prix de Hongrie.

Red Bull a "du mal à comprendre les critiques" envers Albon
Charger le lecteur audio

Cinquième du Grand Prix de Hongrie après avoir été éliminé en Q2 la veille, Alexander Albon a de nouveau souffert de la comparaison avec son coéquipier Max Verstappen chez Red Bull Racing. Néanmoins, le pilote thaïlandais a reçu les félicitations de ses patrons, qui peinent par ailleurs à comprendre les critiques dont il fait l'objet depuis le début de la saison.

Lire aussi :

Parti 13e, Albon a mené sa barque dans les conditions mixtes de Budapest pour finalement terminer à 20 secondes de la quatrième place occupée par Lance Stroll. L'écart avec Verstappen, deuxième de l'épreuve, est important mais la performance d'ensemble est plutôt rassurante alors que la RB16 s'avère une monoplace encore capricieuse et inconstante.

"Je suis très heureux", réagit Christian Horner, directeur de Red Bull, interrogé sur les progrès d'Albon entre l'Autriche et la Hongrie. "C'était un week-end difficile pour Alex, les spécifications de la voiture ont beaucoup changé d'une séance à l'autre, et quand on n'a pas d'expérience, ce qui est son cas, c'est plus difficile à gérer. Je pense qu'en course, il a réussi à trouver son rythme, qui était très, très bon et comparable à celui de Max. Ses dépassements étaient solides et contre les Ferrari et tous ceux qu'il a doublés, il a fait du super boulot. Si l'on regarde son rythme dans l'air propre, il était plutôt correct. Nous sommes très, très satisfaits de la performance d'Alex."

Insistant la semaine dernière sur la patience dont il fallait faire preuve avec le pilote de 24 ans, et sur la nécessité de le soutenir au maximum, Horner joint la parole aux actes. Il rappelle à quel point la situation est difficile pour son pilote, et souligne le fait qu'il répond aux attentes dans de telles circonstances.

"Il a connu un début d'année difficile compte tenu du fait que nous ne lui avons pas donné une voiture qui lui convient, et la capacité de Max pour contourner les problèmes les a parfois masqués", développe Horner. "Alex a très bien piloté en course cette année, et j'espère qu'en améliorant la voiture, lui progressera le samedi. Mais en course, son rythme la semaine dernière en Autriche, dans l'air propre et en deuxième partie, ainsi qu'ici, c'est de l'excellent travail. J'ai du mal à comprendre les critiques que vous pouvez lui adresser. Nous savons que nous devons peaufiner la voiture et rendre la vie des pilotes plus facile, nous rapprocher de Mercedes. Ils ont une monoplace phénoménale actuellement. C'est à nous de réduire l'écart et d'essayer de les rattraper."

partages
commentaires
Ocon : Un "week-end à oublier" mais "c'est loin d'être terminé"
Article précédent

Ocon : Un "week-end à oublier" mais "c'est loin d'être terminé"

Article suivant

Pérez : "Si quelqu'un doit partir, c'est évident..."

Pérez : "Si quelqu'un doit partir, c'est évident..."
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021