Verstappen se moque de savoir qui sera son coéquipier en 2021

Alors que Red Bull Racing évalue ses options pour la saison 2021 de Formule 1, Max Verstappen refuse de prononcer une éventuelle préférence pour son prochain coéquipier.

Verstappen se moque de savoir qui sera son coéquipier en 2021
Charger le lecteur audio

Voilà deux ans que Max Verstappen est le clair leader de l'écurie Red Bull, ayant dominé ses partenaires Pierre Gasly et Alexander Albon de la tête et des épaules. Depuis début 2019, le Néerlandais a obtenu quatre victoires, 18 podiums et 440 points, quand le Français puis l'Anglo-Thaïlandais devaient se contenter d'un petit podium et de 203 unités au total.

En 2020 plus précisément, Albon n'est parvenu à marquer que 64 points contre 162 pour Verstappen, et bien que Red Bull soit actuellement impuissant face à Mercedes pour le titre mondial, avoir un deuxième pilote compétitif pourrait s'avérer crucial à l'avenir. L'équipe ne promouvra pas Pierre Gasly à nouveau, ce dernier ayant été confirmé chez AlphaTauri, mais s'intéresse à Sergio Pérez et à Nico Hülkenberg.

Lire aussi :

Cependant, savoir qui sera à ses côtés, Verstappen ne s'en soucie guère : "En fin de compte, ça ne dépend pas de moi. Je ne prends pas cette décision. Bien sûr, ils me demandent mon avis, mais au final, ça ne m'importe pas vraiment tout de suite."

Le fer de lance de Red Bull pourrait-il néanmoins avoir besoin d'un coéquipier expérimenté, lui qui n'a que 23 ans mais a déjà participé à plus de 100 Grands Prix et marqué plus de 1000 points dans l'élite ? "Quand je suis arrivé en Formule 1, c'était le cas. On ne sait alors pas grand-chose, on n'a pas testé grand-chose, on n'a pas tant d'expérience. Mais maintenant, après cinq ou six ans, je pense que ça va. Je n'ai besoin de personne."

Alex Albon, Red Bull Racing RB16, Max Verstappen, Red Bull Racing RB16

"Je sais peaufiner les réglages de la voiture moi-même, mais surtout en ce moment, nous ne sommes pas assez bons pour nous battre au championnat, donc ça n'importe pas vraiment. Mais si l'on est proche de Mercedes et l'on peut faire des choses avec la stratégie, c'est bien d'avoir un deuxième pilote qui répond présent. Mais ce n'est pas un problème pour l'instant."

De son côté, Alexander Albon a été informé par Red Bull que ses performances à Portimão et à Imola allaient être cruciales pour son avenir, et cela a mal commencé au Portugal avec une demi-seconde de déficit sur Verstappen en qualifications et un tour de retard en course, certes avec une stratégie loin d'être optimale.

Pour autant, le natif de Londres ne ressent pas de pression supplémentaire, comme il l'expliquait samedi dernier : "Je sais qu'il faut que je fasse le job. Il n'y a pas de secret dans ce sport. Mais sinon, je garde la même approche que lors d'un week-end normal. Je trouve que les qualifications s'améliorent. Bien sûr, il reste un écart [avec Verstappen]. Mais en général, je trouve que les choses se passent un peu mieux. J'ai juste besoin de bons week-ends, propres. C'est vraiment tout."

"La performance est la priorité, mais je n'ai pas d'objectif spécifique [fixé par Red Bull] en termes de statistiques ou d'autre chose, simplement de progresser. Et bien sûr de réduire l'écart sur Max, c'est une manière très simple de voir les choses. Mais on ne m'a pas donné de consigne de ce côté-là."

Albon affirme par ailleurs ne pas se laisser décontenancer par la frénésie médiatique qui entoure son avenir. "Sans vouloir vous vexer [les journalistes], rien que vous disiez ne va influencer mon pilotage. Je suis concentré sur moi, sur ce que je dois faire pour m'améliorer. Je me moque vraiment de ce qu'ont à dire les médias, je me focalise sur ma relation avec l'équipe et sur les chronos dans la voiture. Regarder mon téléphone ne va pas changer mes chronos", conclut-il.

Propos recueillis par Luke Smith et Adam Cooper

partages
commentaires
Fernando Alonso va de nouveau rouler avec Renault F1 à Bahreïn
Article précédent

Fernando Alonso va de nouveau rouler avec Renault F1 à Bahreïn

Article suivant

Massa : Schumacher plus travailleur, Hamilton plus talentueux

Massa : Schumacher plus travailleur, Hamilton plus talentueux
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021