Formule 1 GP d'Italie

Wolff : Hamilton est le seul pilote à reconnaître ses torts

D'après Toto Wolff, un seul pilote en Formule 1 reconnaît ses torts quand il commet une erreur : Lewis Hamilton.

Toto Wolff, Team Principal et PDG, Mercedes-AMG, avec Lewis Hamilton, Mercedes-AMG

Au Grand Prix d'Italie, Lewis Hamilton s'est fait remarquer en provoquant une collision avec la McLaren d'Oscar Piastri au freinage de la Variante della Roggia, tassant un peu trop l'Australien vers l'extérieur de la piste. L'accrochage a endommagé l'aileron avant de la MCL60 et a valu au pilote Mercedes une pénalité de cinq secondes.

"C'était une erreur", analyse Toto Wolff, directeur de Mercedes AMG F1. "Je pense qu'une pénalité de cinq secondes pour ça, c'est ce qui est au menu. Ça arrive. Il faut batailler fort si l'on veut dépasser ici, et on a vu quelques [incidents] comme celui-ci. Bref, c'est justifié."

Hamilton a d'abord expliqué à la radio que Piastri se trouvait dans son angle mort, et dès la fin du Grand Prix, il est allé présenter ses excuses à son cadet avant de réitérer ce point de vue devant la presse. Une attitude qui suscite l'admiration de Wolff.

"Il est très sportif de ce côté-là, et il est le seul que je vois reconnaître : 'Je me suis planté", affirme l'Autrichien sans détour. "Nous venons de discuter, il n'avait pas vu [Piastri] sur la droite et : 'C'est ma faute'. Je pense que ce genre de sportivité est ce qu'il faut admirer chez lui : quasiment tout le monde passe son temps à se plaindre et à geindre, juste pour tenter de ne pas avoir de pénalité."

Cependant, une telle attitude est parfaitement normale aux yeux du septuple Champion du monde. "Je me suis excusé parce que c'était évidemment ma faute, et ce n'était bien sûr pas intentionnel", avait-il déclaré. "Je me suis mis à côté et j'ai mal évalué la marge que j'avais sur la droite, et je l'ai accroché. Cela peut arriver à n'importe quel moment. Mais peu après, j'ai réalisé que c'était sûrement de ma faute. Je voulais m'assurer qu'il sache que ce n'était pas intentionnel. C'est ce que font les gentlemen, n'est-ce pas ?"

La pénalité de cinq secondes n'a finalement pas eu d'incidence sur le résultat du Britannique, qui a décroché la sixième place avec initialement sept secondes d'avance sur le trio Albon-Norris-Alonso sous le drapeau à damier.

Propos recueillis par Jonathan Noble

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Gasly : "C'est tout le package qui doit être meilleur"
Article suivant Alonso n'oubliera pas son GP d'Italie "anonyme"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France