Réactions
24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Toyota : "Nous avons encore une revanche à prendre"

Battu pour la seconde fois d'affilée par Ferrari aux 24 Heures du Mans, l'équipe Toyota déplore un manque de réussite sur cette édition 2024, et donne d'ores et déjà rendez-vous pour 2025.

#7 Toyota Gazoo Racing Toyota GR010 - Hybrid: Jose Maria Lopez, Kamui Kobayashi, Nyck De Vries

#7 Toyota Gazoo Racing Toyota GR010 - Hybrid: Jose Maria Lopez, Kamui Kobayashi, Nyck De Vries

Photo de: Shameem Fahath

Pour la deuxième année consécutive, Toyota échoue à la deuxième place au Mans derrière Ferrari. L'an passé, la GR010 Hybrid #8 avait terminé à 1'21"793 de la 499P #51, celle des vainqueurs, James Calado, Antonio Giovinazzi et Alessandro Pier Guidi.

Cette fois, il aura manqué 14"221 à la Toyota de pointe, la n°7 emmenée par Kamui Kobayashi, Nyck de Vries et José María López – qui remplaçait Mike Conway au pied levé –, pour aller chercher la victoire finalement revenue à la Ferrari #50 de Miguel Molina, Antonio Fuoco et Nicklas Nielsen.

L'équipage n°7 avait été contraint de s'élancer du 23e et dernier rang des Hypercar au départ, après que Kobayashi a provoqué un drapeau rouge lors des qualifications après une sortie de piste. Un incident qui a valu au Japonais de voir ses temps annulés, comme le veut le règlement.

Lire aussi :

Dès lors, ce fut une bataille de tous les instants pour le clan Toyota. Partie 11e, la n°8 de Sébastien Buemi, Brendon Hartley et Ryo Hirakawa semblait être en bonne posture pour la victoire, pointant en tête à de nombreuses reprises, avant de voir toute chance de succès s'envoler après un accrochage entre Hartley et la Ferrari n°50 de Fuoco, qui faisait chuter le Néo-Zélandais à la sixième place.

Chez Toyota, les espoirs reposaient alors sur la n°7, plombée avant cela par deux crevaisons et des coupures moteur, mais José Maria Lopez parvenait à revenir sur la Ferrari de tête dans les derniers instants de la course, avant de lâcher prise et de conclure à la deuxième place.

Nous avons fait de notre mieux, mais je suis surpris de voir à quel point Ferrari était performant.

Fataliste, Kamui Kobayashi, pilote de la n°7 mais également team principal de Toyota Gazoo Racing en Endurance, se montrait fataliste après l'arrivée. "Je pense que nous aurions pu être plus chanceux", regrette le Japonais. "Nous avons eu deux crevaisons, et des problèmes de coupures moteur, qui nous ont fait perdre dix ou vingt secondes au moins. Nous avons eu des moments difficiles, mais c'est comme ça, nous prenons cette deuxième place."

"Nous avons fait de notre mieux, mais je suis surpris de voir à quel point Ferrari était performant. Nous avons une revanche à prendre sur eux l'année prochaine, encore une fois."

Deuxièmes, Jose Maria Lopez, Kamui Kobayashi et Nyck De Vries peuvent se montrer frustrés après la course.

Deuxièmes, Jose Maria Lopez, Kamui Kobayashi et Nyck De Vries peuvent se montrer frustrés après la course.

Photo de: Alexander Trienitz

Même constat de frustration pour Nick De Vries, qui évoque les nombreux petits détails qui ont fait pencher l'issue de la course à la faveur de Ferrari. "C'était une épreuve pleine de rebondissements, très exigeante, avec des conditions qui changeaient constamment", commente le Néerlandais. "Et pour nous dans la voiture, et toute l'équipe c'était très stressant, et c'était comme ça jusqu'à l'arrivée, c'était un gros challenge pour tout le monde."

"C'est un sentiment mitigé, comme je l'ai dit, on peut faire de nombreuses suppositions, il y a eu quelques petits pépins qui nous ont affectés durant la couse et qui n'étaient pas forcément visibles de l'extérieur, et qui nous laissent imaginer que nous aurions pu être plus proches de jouer la victoire."

"Au final, cela fait partie de la course, tout le monde a fait super boulot, nous nous sommes très bien préparés. Je veux remercier mes équipiers, il n'était pas prévu que José soit avec nous mais il a fait un super boulot dans le dernier relais."

Une montagne russe d'émotions

"Ce fut une montagne russe d'émotions pour moi", soufflait de son côté José Maria Lopez. "Et ce à partir d'il y a dix jours lorsque Mike s'est blessé et que j'ai pris sa place. J'étais heureux d'être ici mais aussi triste pour lui."

"Ensuite, la course a été tout simplement la plus difficile que j'ai jamais vécue, avec la météo, le fait de devoir partir derniers et de perdre du temps à cause des Slow Zones, des crevaisons et d'autres problèmes. Nous avons toujours réussi à revenir et nous avons montré notre était d'esprit esprit. Je suis fier de tout le monde pour cela. C'est une journée émouvante pour moi car je ne sais pas quand j'aurai une autre chance de concourir pour la victoire au classement général."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Alpine a vécu un cauchemar aux 24 Heures du Mans
Article suivant Porsche dubitatif face au rythme de ses rivaux en course

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France