Réactions
24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Ferrari a vécu un "très long dernier relais" au Mans

Aux 24 Heures du Mans 2024, Ferrari a signé une deuxième victoire consécutive en autant d'éditions. Après la Ferrari 499P #51 l'année passée, c'est l'équipage de la #50 qui s'est imposé lors de cette 92e édition.

#50 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen

Photo de: Rainier Ehrhardt

Échouant à la cinquième place l'année passée alors qu'elle avait réalisé la pole position, la Ferrari 499P #50, pilotée par Antonio Fuoco, Miguel Molina et Nicklas Nielsen, a pris une grande revanche cette année. Après 24 heures d'une course bouleversée à plusieurs reprises par des conditions météo imprévisibles, l'équipage de la #50 s'en est le mieux sorti, remportant l'édition 2024 des 24 Heures du Mans.

Pourtant, les trois pilotes Ferrari ont failli ne jamais voir le drapeau à damier en tête en raison d'un problème de portière qui a contraint la #50 à s'arrêter prématurément, décalant sa stratégie par rapport à ses concurrents directs. Un petit contre-temps qui n'a pas empêché Antonio Fuoco de célébrer à la ligne d'arrivée.

"C'était chouette ! C'était une course incroyable", déclare l'unique italien du trio. "Nous avions un peu peur à la fin avec la porte, mais je crois que nous avons fait un travail incroyable tout au long de la course. Je suis fier d'appartenir à cette famille. L'an dernier nous étions passés près avec cette voiture sur cette course, donc c'est bien d'être de retour cette année, sur le podium avec les deux voitures. Nick a fait un boulot incroyable sur le mouillé et maintenant, il est temps de profiter de tout ça."

Nicklas Nielsen était le pilote à bord de la Ferrari 499P qui est passée sous le drapeau à damier en première position. Avec un "taux d'énergie potentiel" qui était quasiment nul au moment de passer la ligne, le pilote danois a avoué avoir eu un dernier relais interminable.

"Franchement, c'était très long", avoue-t-il en conférence de presse. "Surtout avec le problème que nous avons eu avec la porte, je pensais que tout était perdu. Je savais que le rythme était bon à la fin. C'était un très, très long dernier relais, et un très long dernier tour aussi. Je ne sais pas quoi dire. C'est tout simplement incroyable d'être là et de gagner enfin une course que je voulais gagner. Voir la voiture sœur gagner l'an dernier était évidemment un moment de fierté pour tous ceux qui étaient impliqués, et cette année c'est notre tour. Le faire deux années de suite est un grand accomplissement."

La course a été marquée par plusieurs épisodes pluvieux qui ont contraint les pilotes à choisir entre rester en slicks ou chausser les pneus pluie. La #50 a fait partie de ceux qui ont finalement fait le bon choix, profitant de toutes les opportunités apportées par les Slow Zones, Full Course Yellow et toute procédure de neutralisation de course.

"À certains moments de la course nous avons pris le risque de rester en slicks, et la dernière décision quand on a décidé de passer aux pneus pluie est intervenue au bon moment. C'est incroyable, nous avons travaillé pour ce résultat pendant très longtemps. Nous sommes très fiers. Aujourd'hui, c'était notre jour. Nous avons connu des moments parfois difficiles mais nous les avons dépassés, et au bout du compte le résultat est là. Je suis vraiment fier de tous ceux qui ont été impliqués dans ce projet."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ferrari triomphe d'une édition dantesque des 24H du Mans face à Toyota !
Article suivant Alpine a vécu un cauchemar aux 24 Heures du Mans

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France