24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Comme un air de revanche pour la Ferrari n°50

Échouant à la cinquième place lors du centenaire des 24 Heures du Mans, l'équipage de la Ferrari 499P #50 fait son retour en Sarthe dans l'espoir de se démarquer dans un peloton plus resserré que jamais.

#50 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen

Photo de: Marc Fleury

Pour son retour en Sarthe après 50 ans d'absence, Ferrari avait marqué le coup en plaçant ses deux Ferrari 499P sur la première ligne des 24 Heures du Mans l'année passée, la n°50 s'adjugeant le meilleur temps lors de l'Hyperpole. L'équipage composé de Miguel Molina, Antonio Fuoco et Nicklas Nielsen n'avait, cependant, pas pu confirmer ce résultat lors du double tour d'horloge, franchissant le drapeau à damier à la cinquième place et laissant la victoire à la voiture sœur, la n°51.

Cette année, il y a comme un air de revanche dans le ciel sarthois. La Ferrari 499P #50, auteure du quatrième temps de l'Hyperpole, s'élancera de la deuxième ligne, aux côtés de la #51. Pour Miguel Molina, la défaite amère de l'an dernier a laissé un goût d'inachevé au sein de l'équipage italien, qui vise clairement la victoire dans cette 92e édition des 24 Heures du Mans.

"Cela fait un an que nous voulons revenir ici", déclare Molina. "Je pense que nous avons senti que l’on avait perdu l'occasion de gagner cette course et nous avions hâte de revenir. On est vraiment motivés et vraiment concentrés sur les choses que nous devons faire. Avec notre force mentale, je pense que cette course sera vraiment bonne et nous allons y aller à fond."

"Dans la 50, nous avons de la chance avec Nicklas, Antonio et moi-même, d’avoir un style de pilotage très similaire. Donc, la plupart du temps, lorsque nous demandons quelque chose pour les trois, cela fonctionne bien, c'est un avantage. Pour les autres équipages, ce n'est pas toujours comme ça, il faut parfois se sacrifier. Mais comme je l'ai dit, nous avons de la chance et normalement, tous les changements que nous apportons fonctionnent assez bien pour les trois."

"La voiture est performante, c’est une bonne chose et c'est une bonne base. Hier soir, nous avons senti que nous avions également fait une bonne amélioration. J'espère que cela portera ses fruits à la fin de la course. Avec tout le développement et toute cette expérience que nous avons engendrée, espérons donc que cela fonctionne pendant 24 heures."

#50 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen

#50 Ferrari AF Corse Ferrari 499P: Antonio Fuoco, Miguel Molina, Nicklas Nielsen

Photo de: Alexander Trienitz

Des adversaires plus compétitifs

Au volant de la 499P #50 jeudi lors de l'Hyperpole, Antonio Fuoco espère, comme son coéquipier, laisser derrière lui le résultat de l'an passé. Cependant, avec une catégorie Hypercar plus serrée que jamais, le pilote italien estime que la tâche sera bien plus difficile que l'édition précédente, citant Porsche, Cadillac et Toyota comme les principaux rivaux du Cheval Cabré.

"Depuis la Journée Test, nous avons vu que de nombreux concurrents étaient bien présents, en particulier Cadillac et Porsche, mais je pense que Toyota sera aussi là pour la course. Malheureusement, ils n'étaient pas qualifiés pour l'hyperpole, mais si nous regardons leur rythme pendant les essais libres, en particulier lors de la séance de nuit, ils ont vraiment fait du bon travail."

"Je pense que c'est assez serré parce que même Alpine est là. Nous sommes donc assez proches avec tout le monde, mais je pense que Toyota, Porsche et Cadillac sont un peu plus expérimentés qu'eux. Ils ont l'air d'être un peu plus rapides aussi que les deux BMW. Je pense donc que ce sera plus difficile que l’an passé."

Depuis le début de la Journée Test, Porsche ressort souvent comme étant le grand favori pour ce week-end, notamment en raison leur très bon début de saison, couronné de deux victoires, au Qatar pour la #6 d'usine et à Spa pour la #12 du team Jota. 

"Ce sera difficile de les battre", déclare Fuoco. "De plus, ils ont montré qu'ils avaient déjà une très bonne voiture depuis le début de la saison au Qatar. Cette année, ils ont l'air très, très compétitifs. Je pense que ça va être vraiment serré avec eux. Honnêtement, je pense que ça va être très difficile. Nous donnons le meilleur de nous-mêmes jusqu'à présent et je pense que maintenant tout le monde attend la course pour montrer où nous sommes, où ils sont et se battre avec eux."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Entretien Bruno Famin : "Plein de raisons d'être au Mans pour Alpine"
Article suivant Lapierre évoque "le moment particulier" de la course au Mans

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France