Aleix Espargaró compte faire la bonne opération du week-end à Motegi

Aleix Espargaró compte capitaliser sur son départ en deuxième ligne au Grand Prix du Japon, alors que Fabio Quartararo et Pecco Bagnaia seront plus en retrait. L'Espagnol croit en ses chances de victoire.

Aleix Espargaró compte faire la bonne opération du week-end à Motegi
Charger le lecteur audio

Dans une séance de qualifications perturbée par la pluie, Aleix Espargaró est le prétendant au titre qui s'en est le mieux tiré à Motegi. Le pilote Aprilia a pris la sixième place sur la grille de départ, trois positions devant Fabio Quartararo et six devant Pecco Bagnaia. Il est agréablement surpris de ses performances dans ces conditions et se satisfait de la façon dont il a géré une séance très piégeuse.

"La position est assez bonne, je suis devant mes rivaux, mais je ne m'attendais pas à ces performances sous la pluie", a reconnu Espargaró. "Je suis très content. J'ai fait une très grosse erreur au premier virage, j'ai perdu plus de trois dixièmes dans le premier tour. J'étais proche de la lutte pour la pole position. C'était un choc, je ne m'attendais pas à être si rapide donc je suis très content."

"J'ai terminé à cinq dixièmes du meilleur et j'ai été plus rapide que mes rivaux", a-t-il ajouté. "C'est important d'utiliser la tête, d’être prudent. Ça a été une bonne journée pour nous."

Espargaró veut faire preuve de la même intelligence pour capitaliser sur cette position en course. Son objectif n'est pas simplement de reprendre des points à Quartararo et Bagnaia mais tout simplement de s'imposer. Pour y parvenir, il devra bien gérer chaque séquence de la course, notamment le départ.

"Il faut utiliser son cerveau mais je veux gagner demain. Je pense que j'ai une bonne chance. Je suis rapide, la moto fonctionne assez bien, le niveau d'adhérence est un peu particulier, mais il faudra savoir où [Quartararo et Bagnaia] seront et analyser la situation. J'ai l'impression qu'il est difficile d'établir un plan clair maintenant. Évidemment, j'ai quelques idées en tête mais il faudra être intelligent en course et tenter de s'adapter à chaque circonstance."

"On a fait 50% du travail, il reste maintenant les 50% restants, qui seront le départ demain", a souligné le Catalan. "Si au départ je ne gagne pas beaucoup de places et qu’eux en gagnent beaucoup, ils seront avec moi et le travail d'aujourd'hui ne vaudra rien. Mais si je parviens à prendre un bon départ, je crois que même si Pecco et Fabio sont rapides, c'est toujours compliqué de partir loin. On l'a vu à Silverstone avec Fabio et lors des dernières courses Pecco est toujours parti de la pole, le scenario sera donc nouveau pour lui. On verra."

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Aleix Espargaró

Si Aleix Espargaró compte tant sur le départ, c'est aussi parce qu'à l'image de Fabio Quartararo, il craint les performances des Ducati dans les duels : "Si on analyse les différences de vitesse en Aragón et ici, entre la Yamaha de Fabio et mon Aprilia, je ne vois pas tant de différence. Je crois que Ducati a beaucoup progressé alors que nous, on a un peu stagné mais les vitesses de l'Aprilia et de la Yamaha sont très proches."

"S'il croit qu'il aura des difficultés à doubler, ça ne sera pas tellement plus facile pour moi. C'est toujours difficile de doubler ici, au Japon. Heureusement, on peut faire un peu la différence dans les secteurs 2 et 3, après le pont. L'Aprilia y fonctionne très bien et on peut prévoir des dépassements mais c'est difficile pour la Yamaha et l'Aprilia de doubler les Ducati, il a raison."

Márquez ? "S'il n'a pas le rythme, il va gêner"

Aleix Espargaró devra peut-être également prendre en compte la variable Marc Márquez, aux performances inconnues : le pilote Honda a signé la pole mais ne se sent sent pas capable de jouer le podium avec un bras droit encore faible. Espargaró estime néanmoins qu'il serait idiot d'écarter son compatriote de la lutte pour la victoire.

"Il est rapide, il l'a aussi été sur le sec, pas seulement sur piste humide. Ici, il a trois choses [à gérer] : le pneu arrière, la vitesse et dans son cas il y a la condition physique, ce qui n'est pas le cas pour les autres. Il est toujours très rapide au Japon et il semble qu'il sera bon ici, parce que Pol [Espargaró] était également rapide hier. Pour moi, c'est bien qu'il parte devant."

"J'ai le sentiment qu'il va partir à fond pour essayer de gagner et, s'il n'a pas le rythme, il va gêner", a-t-il ajouté. "Mais il a montré sur le sec et le mouillé qu'il était très rapide."

Quels que soient ses adversaires ce dimanche, Aleix Espargaró dispose d'une machine pour jouer les premières places, ce qui n'était pas le cas lors de la dernière visite du MotoGP à Motegi il y a trois ans. L'Aprilia a tellement évolué qu'il lui a fallu prendre de nouveaux repères lors de la première séance d'essais vendredi.

"Hier, la moto était très loin d'être performante. Entre 2019 et ici, c'est un autre monde avec l'Aprilia. Il y a cinq virages dans lesquels je ne suis plus sur le même rapport. À trois endroits, j'étais en première et maintenant en deuxième, à un autre j'étais en deuxième et maintenant en troisième. On a changé la boîte, l'équilibre, l'électronique. J'étais quand même très rapide vendredi. Je pense que la journée de demain pourrait être bonne pour nous."

Avec Charlotte Guerdoux

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Márquez le sait : son opération est "déjà une victoire"

Marc Márquez vraiment pas prêt à gagner ?