Marc Márquez : une pole "impossible à imaginer"

Marc Márquez est le premier surpris par sa pole à Motegi, trois ans après la dernière et alors qu'il vient à peine de reprendre la compétition. L'Espagnol est conscient que les conditions l'ont aidé et reste prudent pour la course.

Marc Márquez : une pole "impossible à imaginer"
Charger le lecteur audio

Une semaine à peine après son retour en MotoGP, Marc Márquez renoue déjà avec la pole ! Le sextuple Champion du monde de la catégorie courait après cette performance depuis le même GP du Japon en 2019, il y a 1071 jours. Les trois dernières années l'ont vu enchaîner les hauts et les bas entre sa blessure en 2020, son retour avec trois succès l'an passé et une nouvelle absence pour une quatrième opération de son humérus en juin dernier.

L'os ne le gène désormais plus mais sa condition physique reste perfectible, en raison d'un manque de muscle au niveau du bras. Le pilote ne croyait donc pas à une pole si rapidement mais l'espoir est apparu ce samedi, quand il a signé le meilleur temps en EL2, puis il a su profiter de la pluie pour se maintenir au sommet pendant les qualifications.

"Je suis vraiment, vraiment heureux d'être en pole position", a déclaré Márquez. "Pendant les EL2, j'ai senti que je pilotais facilement, les chronos venaient, et je me suis dit que j'aurais une grosse chance si c'était mouillé en qualifs. C'est ce que j'ai fait, j'ai essayé d'attaquer. J'ai fait un bon tour, sans exagérer, mais ça a suffi pour être en pole. Parfois, sur le mouillé, quand on exagère on est plus lent."

"C'était impossible à imaginer", a ajouté l'Espagnol au micro de Canal+. "Cela faisait longtemps. Ma dernière pole était ici, à Motegi. C'est très important pour Honda. Je me sens toujours très fort dans les conditions humides. L'année dernière, je me sentais déjà bien mais je ne pouvais pas piloter la moto comme je le voulais. Aujourd'hui j'ai pu le faire, j'étais doux [dans mon pilotage]. J'ai profité des conditions."

Márquez tient à pondérer sa performance, sachant que la pluie l'a aidé à compenser son manque de force dans le bras, les contraintes physiques étant plus faibles sur piste humide, mais aussi le manque de performances de la Honda, déjà moins perceptibles sur cette piste.

"Sur ce circuit, dans les conditions sèches de vendredi, je n'ai pas tellement senti nos points faibles", a-t-il expliqué. "Il y a beaucoup de virages dans lesquels ils ne ressortent pas parce que c'est stop-and-go, or là où l'on a le plus de difficulté c'est quand il faut emmener de la vitesse en virage, la moto ne tourne pas comme je le voudrais. Sur le mouillé, ce sont les mêmes problèmes mais aussi les mêmes avantages. Car il n'y a pas que des problèmes, la moto a des points forts et aujourd'hui j'ai pu exploiter tout son potentiel, surtout en pneus neufs."

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Marc Márquez

"Ce n'est qu'une pole, et c'est sur le mouillé, mais compte tenu de la situation dont on revient et celle dans laquelle on se trouve actuellement avec le team et avec Honda, avec de grosses difficultés en 2022, c'est très bonne nouvelle pour nous dans l'équipe. On a besoin de ces petites réussites et de ces motivations, cet air frais dans le box est nécessaire. Je suis heureux, c'était le bon moment pour le faire."

Une chance de podium ? "Non !"

Marc Márquez pourra-t-il reproduire un tel résultat dimanche ? L'intéressé n'y croit pas vraiment, sachant que la course devrait se disputer sur piste sèche, augmentant par la même occasion les forces exercées sur son bras. Vendredi, il prévenait qu'il ne pourrait pas attaquer du premier au dernier tour en raison de son manque de masse musculaire.

"Demain, ça sera une course différente sur le sec, ça sera une autre histoire", a confirmé le #93 après sa pole, préférant surtout savourer le moment : "Couvrir la distance sera dur et on est loin du meilleur niveau parce que ça sera sec, mais on doit faire la fête, Honda et moi. On a besoin de petites motivations pour continuer à pousser."

Lorsqu'il lui a été demandé s'il avait une chance de podium en cas de course sèche, la réponse du pilote espagnol a fusé : "Non !" Et de rappeler à quel point ce résultat masque la réalité à ses yeux : "Demain on va revenir à ce qui est notre position naturelle actuellement. Bien sûr, j'aimerais être au top, j'aimerais me battre pour le podium ou pour le top 5, mais ce n'est pas le moment pour ça, c'est ce que je crois. Quand j'aurai une petite chance, j'essaierai toujours ; je suis comme ça, mon caractère est inchangé par rapport à quand je suis arrivé en MotoGP. Mais demain la course sera très longue."

"Oui, c'est une pole, c'est très bien, mais ce n'est pas la réalité. Ce n'est pas parce que j'ai fait la pole ici au Japon que je vais en faire maintenant. On doit continuer à travailler et demain, sur le sec, on va être remis à notre place."

Oui, c'est une pole, c'est très bien, mais ce n'est pas la réalité. Demain, sur le sec, on va être remis à notre place.

Marc Márquez

"Vendredi j'ai déjà senti que j'allais avoir du mal à être régulier et à attaquer dans tous les tours ici. Mais on verra. Il faut d'abord comprendre quelle sera la météo, et deuxièmement les pneus [à choisir], pour lesquels il y a des interrogations. Ensuite, il va falloir bien partir. Les pilotes rapides vont me passer et il faudra que je trouve ma place et que je fasse une course régulière."

Après avoir abandonné dès le premier tour à Alcañiz, Márquez espère cette fois pouvoir évaluer sa condition sur l'intégralité de la course, lui qui n'en a pas bouclé depuis fin mai. "Demain, ce sera un bon essai pour faire 24 tours consécutifs et voir comment les gérer de la meilleure façon possible. Il faudra aussi gérer d'autres choses comme les pneus, le plein, le physique. Piloter en ne pensant qu'à piloter comme je l'ai fait aujourd'hui est une chose, piloter en pensant à se conserver physiquement en est une autre. C'est sur ce point que je devrai gérer beaucoup de choses. Plus on a de choses en tête et plus c'est difficile de piloter comme on le veut."

Avec Charlotte Guerdoux

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

La grille de départ du GP du Japon MotoGP
Article précédent

La grille de départ du GP du Japon MotoGP

Article suivant

Quartararo inquiet de la remontée de ses rivaux en course

Quartararo inquiet de la remontée de ses rivaux en course