Aprilia n'a "pas atteint" ses objectifs mais se sent prêt à rebondir

La première partie de la saison 2023 a été décevante pour Aprilia, qui a néanmoins identifié ses point faibles et se sent capable de progresser.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing

Troisième du championnat des constructeurs l'an passé, à seulement huit points de Yamaha qui se reposait surtout sur Fabio Quartararo, Aprilia espérait se rapprocher de Ducati cette année. Les premiers signaux ont été positifs, tant lors des tests de pré-saison qu'au GP du Portugal, où Maverick Viñales a pris la deuxième place dans la roue de Pecco Bagnaia, mais la marque a depuis eu du mal à confirmer.

Viñales n'a depuis retrouvé le top 10 qu'une seule fois en course, avec une quatrième place à Austin, tandis qu'Alex Espargaró s'est montré plus régulier, notamment grâce à des cinquièmes places à Jerez et au Mans, mais n'a décroché qu'un podium, à Assen, obtenu après une pénalité pour Brad Binder. Une maigre moisson alors qu'il avait empoché cinq trophées et gagné une course au même stade il y a un an.

Aprilia reste la troisième force du plateau mais KTM a pris l'avantage. Paolo Bonora reconnaît que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes mais évoque des circonstances atténuantes, comme l'arrivée de la pluie en Argentine alors que ses pilotes dominaient le début du week-end sur le sec, et il se montre confiant pour la reprise après la pause estivale.

"C'est dur de dire quelque chose de positif parce que nous n'avons pas atteint les objectifs fixés dans la première partie de saison", reconnaît le manager d'Aprilia sur le site officiel du MotoGP. "Malgré les progrès que nous avons faits sur la nouvelle moto, qui est meilleure que l'an dernier, pour de nombreuses raisons – des blessures ou les conditions météo en Argentine – lors des courses nous n'avons pas décroché les meilleurs résultats."

"Maintenant, nous pensons être en position de franchir un nouveau cap techniquement et de donner aux pilotes la confiance dont ils ont besoin pour décrocher de meilleurs résultats dans la deuxième partie de saison", a ajouté Bonora.

Avant même le début de la saison, Aprilia ne se sentait pas capable de s'inviter dans la course au titre, ce qui s'est confirmé ces derniers mois. Bonora espère néanmoins de meilleurs résultats à partir de Silverstone : "La lutte pour le championnat est un objectif irréaliste pour nous. Notre objectif plus réaliste était d'être dans le top 5 à toutes les courses et actuellement nous ne l'avons pas atteint. Il reste le même pour la deuxième partie de la saison et nous allons essayer de faire de notre mieux, dès la pause estivale."

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Maverick Viñales

Si l'Italien affiche cette confiance, c'est parce qu'Aprilia sait clairement ce qu'il faut améliorer sur sa moto. Les pilotes ont mis en avance des faiblesses précises, comme les performances de la RS-GP dans les duels ou son niveau en qualifications. Sur le plan technique, Bonora sait également où les efforts doivent être concentrés.

"Le MotoGP est à un niveau si élevé qu'un dixième peut faire passer du top 5 à hors du top 10. On doit améliorer les méthodes de travail séance par séance pour tout corriger de la meilleure façon. Mais sincèrement, nous connaissons nos points faibles, notamment au freinage, pour apporter plus de confiance au pilotes dans les dépassements en course."

RNF peut jouer un rôle impportant

Aprilia compte également sur RNF, devenu son team satellite cette année, pour progresser. Les pilotes de l'équipe officielle ont souvent jugé peu utiles les données apportées par Miguel Oliveira et Raúl Fernández mais Paolo Bonora n'est pas de cet avis.

Oliveira était très performant lors de la première manche de la saison mais a depuis composé avec des blessures, et comme Fernández, il est susceptible d'apporter une aide précieuse à Aprilia : "Nous sommes ravis de nos pilotes. On voit la puissance et l'énergie d'Aleix et Maverick, mais aussi de Miguel et Raúl."

"C'est une grosse opportunité pour nous parce qu'avoir quatre pilotes au lieu de deux signifie que nous pouvons analyser beaucoup plus de données", a précisé Bonora. "Dans la première partie de la saison, nous avons vu – à Portimão en particulier malgré la blessure de Miguel – qu'il y a beaucoup de domaines où nous pouvons progresser en étudiant toutes les données."

"Nous sommes ravis de la coopération mise en place avec RNF et notre objectif est de leur faire profiter de nos efforts techniques pour les aider, eux et leurs pilotes."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Chutes : quelle est la moto la plus piégeuse ?
Article suivant Les manœuvres de VR46 pour que Bezzecchi ne file pas chez Pramac

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France