Réactions
MotoGP GP des Pays-Bas

Roi du dépassement, Bastianini sait qu'il doit mieux se qualifier

Il a beau être capable de multiplier les dépassements pour faire oublier ses mauvaises positions sur la grille, Enea Bastianini en est conscient : il faudrait qu'il se facilite la vie en réussissant mieux ses qualifications. Cela a encore été le cas à Assen, où sa remontée l'a mené jusqu'au podium.

Enea Bastianini, Ducati Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Depuis la quatrième ligne de la grille de départ, Enea Bastianini était déjà remonté jusqu'à la quatrième position pendant le sprint, samedi à Assen. Le lendemain, il a cette fois décroché une place sur le podium, quatrième trophée qu'il obtient en huit Grands Prix.

"Je suis satisfait parce qu'aujourd'hui il aurait été difficile de faire plus que cette troisième place", s'est félicité le pilote Ducati à l'heure du débrief avec le site officiel du MotoGP. Difficile d'imaginer faire mieux en effet quand on occupe la dixième place après le premier tour, mais il en aurait fallu plus pour le décourager. Dans un MotoGP à qui certain reprochent son manque d'action, Bastianini a encore une fois multiplié les dépassements. Morbidelli, puis Binder, Álex Márquez, Acosta, Di Giannantonio, Marc Márquez et enfin Viñales : il les a tous battus un à un pour irrésistiblement remonter vers la troisième place.

"En partant dixième, contre 11e hier [après le forfait d'Aleix Espargaró, ndlr], c'était beaucoup plus difficile parce que j'étais vraiment à l'extérieur et les autres m'y ont bloqué au premier virage", a-t-il pourtant expliqué, pointant l'un des éléments ayant pesé dans son début de course. "J'ai aussi eu du mal à faire monter mon pneu arrière en température. En plus, j'avais Brad Binder devant et c'est vraiment compliqué de le dépasser, il faut beaucoup de tours ! Au final, je l'ai passé et j'ai petit à petit comblé mon retard sur les autres. Dans les sept ou huit derniers tours, j'ai vu la possibilité de monter sur le podium et j'y suis arrivé en dépassant Viñales."

"Ça n'est pas facile ! Ça a été compliqué, et parfois au-delà de la limite", a admis Bastianini, qui a connu une touchette contre Marc Márquez, forçant celui-ci à élargir quand il l'a passé à six tours de l'arrivée. "J'étais sur la trajectoire intérieure et je suis passé", a défendu l'Italien. "Je crois que Marc et moi, on a relâché le frein trois ou quatre fois à cet endroit. J'étais sur la trajectoire, il a relâché, puis je l'ai fait, on a freiné, puis relâché… C'était très étrange. Mais au final, j'étais à l'intérieur et lui à l'extérieur, il a essayé de refermer ma trajectoire mais c'était risqué pour lui − pas pour moi parce que j'étais à l'intérieur."

J'ai souffert parce que tous les dépassements ont été borderline.

"J'ai souffert, mais je me suis amusé. J'ai souffert parce que tous les dépassements ont été borderline, car ça n'est pas une piste facile, il y avait du vent, c'était la fin de la course et on commençait donc à souffrir un peu avec les pneus. Mais ça a clairement été amusant !" a-t-il ajouté. "Je crois que le plus beau dépassement et le plus difficile a été celui sur Pedro parce que j'ai vraiment dû faire tourner la moto dans un mouchoir de poche. C'est celui sur lequel j'ai pris le plus de risques."

VIDÉO - Le résumé du GP des Pays-Bas MotoGP

"C'est une situation qui ne s'est pas souvent présentée cette année. Au contraire, j'ai perdu des places en course. Donc je suis content d'avoir retrouvé ma vitesse en course, d'avoir la moto en main. On a clairement progressé depuis le début de l'année", s'est félicité Enea Bastianini, malgré une pointe de frustration que l'on a vite senti poindre.

Car s'il s'est montré particulièrement rapide dans la seconde partie de la course, l'Italien s'est encore une fois compliqué la vie en se qualifiant mal. "Les qualifs ne se sont pas bien passées, ça a été un peu chaotique. C'est dommage, mais je crois que Pecco n'était de toute façon pas à notre porté, en particulier dans les premiers tours où il a attaqué très fort. Peut-être que, si j'étais parti devant, Jorge aurait pu être une cible."

S'il estime avoir sauvé le maximum en montant sur la troisième marche du podium, il sait aussi la nécessité d'améliorer ses qualifications, trop irrégulières. "À mon avis, la victoire n'était pas pour moi cette fois, même si j'avais été devant, parce que Pecco a un très bon rythme ici. C'est sa piste favorite et on l'a tous vu. Au Mugello, mes qualifs ont été bonnes mais [samedi] je n'avais pas confiance dans la moto, elle bougeait beaucoup par rapport à d'habitude. On a très bien travaillé pour le sprint avec mon équipe et on a résolu ce problème, mais c'était trop tard. Quand on est derrière, c'est difficile de faire plus."

"Les qualifs sont parfois difficiles pour moi et il m'arrive de faire des erreurs dans le time attack. Cette fois, mes réglages n'étaient pas très bons non plus samedi matin. [...] J'ai besoin de progresser en ce sens pour me battre pour la victoire parce qu'on est tout le temps proche et je suis tout le temps aussi rapide que les premiers dans la dernière partie de la course."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Álex Márquez et Gresini officialisent leur prolongation
Article suivant Viñales sent qu'Aprilia a perdu sa principale force à Assen

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France